- Page 3

  • Pin it!

    Hugues, exécuté parce que Sophia l’avait choisi

    FAITS_DIVERS.jpgLa jolie brune, au centre de ce drame amoureux fatal, lui a rendu un hommage émouvant
    Aaron et Savvas, les deux Fontainois qui se sont rendus aux autorités judiciaires lundi après-midi, ont été inculpés de l'assassinat de Hugues Laurent. L'homme a été tué pour une histoire de cœur au centre de laquelle se trouve Sophia, une jolie brune, qui a été l'enjeu de la discorde entre Hugues et ses assassins. Hier après-midi une cérémonie d'hommage s'est tenue à l’endroit même où il a été abattu. La jeune femme était effondrée et soutenue par ses proches.

    Des larmes. De l’émotion. Des roses blanches.
    Mardi, 16h30, une minute de silence a été respectée à Mons, à l’endroit où «Hugo» Laurent, 42 ans, a été tué samedi midi. Un hommage organisé par des Montois, via Facebook, «pour faire réagir les politiques». Parmi les personnes présentes, dévastées, une jeune femme cachée derrière un sweat-shirt à capuche, qui sanglote : «Elle s'appelle Sophia. C'est elle, la jeune femme qui a quitté Aaron pour se mettre avec Hugues. Elle est complètement bouleversée par le terrible drame. D'abord, quelqu'un a mis le feu à sa voiture et puis, ça... C'est horrible pour elle et c'est bien compréhensible», assure un proche lors de la cérémonie montoise. La jeune femme cache son visage sans pouvoir cacher son chagrin. «Sa peine est épouvantable», assure sa sœur en appelant notre rédaction. Sophia est une grande et jolie brune, Le genre de fille sur lequel les hommes se retournent dans la rue. Aaron n'avait, semble-t-il, pas supporté la rupture. La tension autour de ce triangle amoureux était arrivée à son point culminant. Les personnes présentes lors de l’hommage confirment ce que l’on savait déjà : Hugo avait peur, il craignait pour sa vie. «Si je m’en sors, j’aurai de la chance», avait-il confié à un ami..

    ELLE L’A QUITTÉ POUR HUGUES
    Quelques heures plus tôt, Aaron N., 31 ans, et Savvas N., 29 ans, de Fontaine-l’Évêque, avaient été inculpés d’assassinat et placés sous mandat d’arrêt par la juge d’instruction Christine Dutilleux chargée du dossier. C’est, disent-ils, le hasard qui leur a fait croiser la route d’Hugues Laurent samedi, à deux pas de la Grand-Place de Mons. Mais la rencontre a dérapé. Toujours à cause de cette histoire de femme qui les opposait depuis quelques mois : la petite amie d’Aaron l’avait quitté pour Hugues. Difficile à avaler. Mais Aaron affirme, lui aussi, qu’il se sentait menacé et qu’il avait peur de son rival. Un élément que la téléphonie permettra sans doute de confirmer . Savvas, lui, est un ami d’enfance d’Aaron. Les deux hommes s’étaient rapprochés depuis la rupture : ils sortaient souvent ensemble depuis qu’Aaron avait plus de temps à consacrer à ses potes, mais il ne connaissait pas Hugues Laurent, affirme-t-il. Et pourtant, c’est lui qui a tiré : «J’ai vu qu’il plongeait la main dans sa sacoche. J’ai cru qu’il était armé, j’ai moi-même sorti mon arme et j’ai tiré, par peur», a-t-il expliqué aux enquêteurs de la PJF de Mons en charge du dossier. Un élément permettra peut-être de mieux comprendre : la scène a été filmée par la caméra de vidéosurveillance de la boutique devant laquelle les faits se sont déroulés.
    Cela dit, un 357 Magnum est une arme particulièrement effrayante, un gros calibre. Pour l’arme aussi, Savvas a une explication : il la détenait depuis une grave agression subie quelques mois auparavant. Si Savvas a des antécédents judiciaires pour stupéfiants, il n’est cependant pas connu pour des faits de violence. l

    1197036927.jpg

    Aaron, « un gentil garçon »
    Aaron, quant à lui, est né à Bandaka au Zaïre en 1982, il est un enfant adopté et vit à Fontaine-l’Évêque, depuis son arrivée en Belgique. «Un gentil garçon qui travaillait bien à l’école» estime un de ses anciens condisciples qui l’a connu à l’école primaire. Ce n’est que récemment qu’il avait revu son pote Savvas et particulièrement renoué avec lui depuis sa séparation. l

    AN.D.

  • Pin it!

    Deux Fontainois se livrent à la police

    FAITS_DIVERS.jpgMeurtre de Hugues Laurent à Mons: deux Fontainois se livrent à la police, il s'agirait d'une histoire de jalousie

    Coup de théâtre dans l’enquête sur la mort de Hugues Laurent, tué de deux balles, samedi en fin d’après-midi à Mons. Deux individus carolos se sont livrés à la police en compagnie de leurs avocats respectifs. Des premiers éléments recueillis, la piste du règlement de compte suite à un différent amoureux serait bien à l'origine du meurtre.


    Moins de 48 heures après la fusillade qui s’est déroulée à Mons, samedi midi, à deux pas de la Grand-Place, et qui a coûté la vie à Hugues Laurent, un Binchois de 42 ans, deux hommes se sont rendus aux autorités judiciaires. L’un et l’autre sont Carolos de Fontaine-l’Évêque, et se sont adressés à leurs avocats respectifs. Me Michaël Donatangelo et Me Etienne Gras leur ont conseillé de se rendre aux autorités judiciaires et les ont accompagnés dans cette démarche.

    À ce stade, on sait que A.N. reconnaît avoir été présent sur les lieux lors de la fusillade mortelle mais il nie avoir tiré ; On ignore encore quelle est la version de l’autre homme. L’un et l’autre cependant insisté auprès de leurs avocats : « il s’agit d’une histoire de femme, de jalousie, et pas une affaire de grand banditisme avec des tueurs et des commanditaires ».

    Les deux hommes seront entendus par la police judiciaire de Mons ce lundi soir et comparaîtront devant la juge d’instruction Dutilleux dans la journée de mardi.

    An.D.

    2125395137_B972434392Z.1_20140407232857_000_GQA28EAKJ.1-0.jpg

    Plus d'infos sur

    NouvelleGazette.jpg

     

     

  • Pin it!

    Ernest et Célestine

    Cinema.jpgCINÉRENC'ARTS FAMILIAL 2013/2014 DE BIG BROL ASBL A LA BOUTEILLERIE
    Bd du Nord (ancienne Brasserie Patiny, face au N° 64)

    MERCREDI 9 AVRIL 2014 À 14H00 ERNEST ET CÉLESTINE
    Film d'animation de Benjamin Renner Vincent Patar et Stéphanie Aubier
    (France, Belgique, Luxembourg, 2012).


    Un film d’animation au dessin superbe tiré des albums de la peintre belge Gabrielle 
Vincent, disparue en 2000. Preuve que les valeurs humanistes peuvent toucher aussi les petits.
    Les connaisseurs de la littérature enfantine se sont le plus souvent délectés des aventures du même nom, une série de vingt-cinq albums illustrés parus aux Éditions Casterman.

    Leur auteur, la peintre belge Gabrielle Vincent, disparue le 24 décembre 2000, a obtenu le premier prix à l’Académie des beaux-arts de Bruxelles, et c’est au long des années 1980 qu’elle a élaboré le récit de cette amitié dont le grand écran devait bien finir par un jour s’emparer, tant le succès de ces histoires alla grandissant à un niveau planétaire. Et puis, cette Célestine ne rappelle-t-elle pas une certaine reine Céleste, elle venue des aventures de Babar et elle aussi née sous le signe du succès ? Pour autant la chose ne fut pas évidente, tant l’adaptation frôle facilement le danger de flirter avec la trahison, ce dont les auteurs se méfient comme de la peste.


    Mais il n’y a pas de citadelle imprenable quand les forces d’assaut ont la puissance ici présente. À la production, Didier Brunner à qui l’on doit, au hasard, Kirikou et la Sorcière, les Triplettes de Belleville ou Brendan et le secret de Kells. Aux scénario et dialogues, Daniel Pennac, dont la longue carrière dans l’écriture ne saurait faire oublier tout ce qu’il a écrit à l’intention des jeunes lecteurs chez Gallimard jeunesse et Nathan jeunesse. Les voix de nos héros animaliers ont par anthropomorphisme été fournies par Lambert Wilson et Pauline Brunner, fille du producteur. La musique du prolifique et fin Vincent Courtois s’agrémente de paroles de Thomas Fersen. On voit qu’il y avait du monde au générique pour ce film qui s’adresse ouvertement aux plus petits. Cela ne veut pas dire qu’ils n’aient pas droit à la qualité la meilleure.


    Découverte à la Quinzaine des réalisateurs, à Cannes en mai dernier, cette charmante animation prône la fraternisation entre ceux qui devraient s’ignorer, la souris Célestine, qui va devenir médecin (anticipation des souris qui emmènent les dents de lait tombées des enfants) et qui en attendant est pensionnaire orpheline à qui l’on raconte dans le goût expressionniste des histoires de grands méchants ours, et Ernest, un gros ours clown et musicien plutôt bourru et gourmand qui cache un cœur d’or sous son aspect revêche. Bien entendu, il s’agit d’une parabole sur la différence, le droit à l’existence de l’autre et les vertus du rapprochement et de la fraternité. C’est aussi un travail exquis de délicatesse, dont les teintes pastel enchantées évoquent à l’occasion Raoul Dufy. On n’avait pas vu une telle sensibilité à l’œuvre depuis les travaux de Michel Ocelot. Une ou deux allusions politiques ne feront sans doute sourire que les parents mais tous prendront un plaisir dont nous nous portons garants à cette sortie pour petits et grands, festive par excellence.

    L'Humanité

    ERNEST_ET_CELESTINE.jpg

    Entrée + 1 boisson : 3 E

    Organisation :
    Big Brol asbl

    Collaboration :
    La Province de Hainaut - Article 27
    Fleurs Cristaline -SPRL - l'Étude (A. Fiore) - Feron Jardins SA Restaurant - le Roy d'Ys - la SA Bouton

    --
    Big Brol C/O FREDDY GUIDé asbl - N° d’Entreprise : 48023779
    rue de la Station, 58/2 – B6140 – Fontaine-l'Évêque - Belgique
    Tel : 32 71 54 51 04 – Portable : 32 497 53 50 34
    guidf7@gmail.com
    Banque:BE29 0682 3389 0164 - IBAN : BE29 0682 3389 0164 – BIC / GKCCBEBB

  • Pin it!

    Les Foulées Filamarchoises

    Joggueur.jpgLe Deuxième Régiment de Zouave de Forchies-la-Marche à le privilège de vous inviter à participer à la 29e Édition des Foulées Filamarchoises !!, le dimanche 13 avril 2014 à Forchies-la-Marche.

    Cette épreuve, comptant pour le CHALLENGE DU HAINAUT, se disputera comme chaque année sur une distance de 10 ou de 4 km au travers d'un parcours varié alliant chemin campagnard et urbain avec la côte de la rue Royale en "dessert" pour le 10 km !

    11ème  Épreuve du Challenge Province de Hainaut - COURSE CHALLENGE

    HEURE - DISTANCES : 10 h 00 - Jeunes Foulées et Run & Bike / 10 h 30 - 4 kms et 10 kms

    ORGANISATION : Du Douzième Zouave

    CONTACT : Serge BROODHUYS - Tel : 0495 902 933 & 071 520 836

    COURRIEL : sergebroodhuys@hotmail.com

    INSCRIPTIONS : Sur Place - Hall Omnisport - Rue Vanderick - 6141 FORCHIES
                                 6 € - 5 € pour les Challengers - 1 € Jeunes Foulées

    DÉPART: Hall Omnisport - ARRIVÉE : Rue des 3 Bonniers

    PARCOURS : Campagnard - Un peu Vallonné - Côte de la Rue Royale peu avant l'Arrivée.

    RAVITAILLEMENTS : Mi-Parcours et Arrivée


    REMISE DES PRIX : 12 h 30 - Récompenses aux 3 premiers de Chaque Catégorie

    TOMBOLA : Présence Obligatoire

    Renseignements divers et inscriptions auprès de Mr BROODHUYS Serge ou de Mr HELLEPUTTE Ludovic.

    En espérant le soleil et votre participation en masse ;) !

    foulee-6.jpg

    Photo Paul Lorsignol

     

  • Pin it!

    Rencontre avec le RW

    Affiche invitation avril 2014.jpg

  • Pin it!

    Décès

    Deces.jpgC’est avec la plus profonde tristesse que nous apprenons le décès inopiné de Monsieur  Claude Lefevre,
    Président / secrétaire de la société musicale leernoise « Loisirs et Agrément ».

     

     

     


    Né à Leernes , le vendredi 27 novembre 1942, décédé à Marchienne-au-Pont, le vendredi 04 avril 2014 dans sa 72ème année.


    image.jpgLa messe de funérailles aura lieu le mercredi 09 avril 2014 vers 09h00/9h30 en l’église saint Martin de Leernes.


    Le corps de Claude Lefevre repose actuellement au funérarium Marchand à Fontaine-l’Évêque.

     

     

    image2.jpg

  • Pin it!

    3ème Vide-dressing

    IMG_1090.JPG

     

  • Pin it!

    Les subsides de l’ASBL Ricochet sur la sellette

    Subside.jpg23 enfants handicapés menacés

    L’ASBL Ricochet (Leernes), bientôt victime d’un jeu de ping-pong institutionnel ? Qui des cabinets Tillieux (Action sociale en Wallonie), Huytebroeck (Aide à la jeunesse en FDW) et Onkelinx (Santé au fédéral) doit soutenir financièrement ce centre d’accueil pour enfants mentalement handicapés ?

    «Si personne ne prend ses responsabilités, nous devrons fermer nos portes dès le mois de juin», prévient le directeur de Ricochet.

    Un sujet particulièrement d’actualité et interpellant en cette journée nationale de sensibilisation à l’autisme. L’ASBL le Ricochet accueille des enfants concernés par trois types de problématiques : une maladie mentale associée à un handicap mental et accompagné de la composante psychosociale, ces jeunes étant souvent placés par un juge de la jeunesse. Un centre unique en fédération Wallonie-Bruxelles. Tout le monde sans exception s’accorde à dire que le travail qu’on y réalise est sensationnel. Et pourtant, l’ASBL risque
    de devoir fermer ses portes pour une question d’argent.
    «Tout cela parce que les trois institutions (Awiph, SPF Santé publique et SAJ) dont nous dépendons pour les subsides ne parviennent pas à s’entendre», dénonce Pierre Hannard, directeur du centre. L’ASBL, âgée de trois ans seulement, est en grande partie financée par les services de l’Aide à la Jeunesse dépendants du cabinet d’Évelyne Huytebroeck. Ministre qui, ce mois de mars 2014, a annoncé la réduction de 2/3 de ces aides.


    «Les premières victimes de ce carrousel à la belge sont bien entendu les enfants eux-mêmes», poursuit ce président. «Fermer nos portes serait une véritable catastrophe sanitaire et sociale. Aucune autre structure ne propose l’équivalent de nos services, nous sommes inondés de demandes. Je rappelle qu’un mineur délinquant coûte environ 650 euros à l’état par jour. Les enfants dont nous nous occupons représentent un budget bien moindre : 205 euros pour le suivi social médical et psychologique.»
    Pierre Hannard craint qu’au lendemain du triple scrutin du 25 mai, ses 23 enfants ne se retrouvent dispersés dans plusieurs institutions qui ne leur sont pas 100 % adaptées.

    En l’espace de quelques jours, une pétition a récolté un peu moins de 6.000 signatures. l
    J.D.

     

    Sans titre.jpg

    « Nous avions déjà tiré la sonnette d’alarme »

    2 07.28.22.jpgActuellement, l’ASBL Ricochet est en grande partie financée par le SAJ. « À hauteur de 75 % », précise-t-on au cabinet Huytebroeck, ministre Écolo de l’Aide à la Jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles « En 2013, sur l’ensemble des 2,7 millions d’euros consacrés à ce genre d’initiatives par nos services, le Ricochet a bénéficié d’un million d’aides. Dès sa création, il était évident pour
    nous que l’ASBL ne devait pas relever dans une telle proportion de l’Aide à la Jeunesse. » Pour le cabinet Huytebroeck, les deux autres secteurs n’ont clairement pas pris leurs responsabilités.
    « Ce service fonctionne à merveille, c’est évident. Mais dès ses premiers mois d’existence, nous avions remarqué et signalé que le coût de financement allait être insupportable à long terme pour nos services. Il faut impérativement que tous les secteurs prennent leurs responsabilités. » Le SAJ ne se dit pas fermé à une renégociation de ce fameux cofinancement. Pour ce faire, une invitation à une réunion a été lancée aux ministres Tillieux et Onkelinx. Elle devrait se dérouler ce jeudi 3 avril

    Croisons les doigts. l

  • Pin it!

    Fontaine-l'Évêque: une grenade retrouvée Espace Nicolas

    1.jpgPetit moment de frayeur, cet après-midi, à l’Espace Nicolas de Fontaine-l’Évêque. Vers 14h30, un passant remarque la présence d’un objet bizarre au sol, dans un coin de la place qui accueille le marché.

    Il s’agissait… d’une grenade !

    Après l’arrivée des autorités, un périmètre de sécurité a été dégagé, en attendant la venue du service de déminage. «On ne sait pas d’où elle provient», dit le bourgmestre Van Kerckhoven, «Mais d’après nos informations, il s’agit d’un explosif assez vieux.»

    Plus de peur que de mal.

    Rédaction en ligne