- Page 3

  • Pin it!

    Prendre soin de soi à Fontaine

    jcpmf1.jpgDécouvrez le plaisir de courir et ses bienfaits sur la santé : Sans esprit de compétition, dans une ambiance de groupe, via un programme de 12 semaines, en étant suivi par un entraîneur : info sur jcpmf@villedefontaine.be

    Découvrez le plaisir de courir et ses bienfaits sur la santé

     

    -- Sans esprit de compétition
    -- Dans une ambiance de groupe
    -- Via un programme de 12 semaines
    -- En étant suivi par un entraîneur

    Vous êtes peu ou pas sportifs ? Vous avez plus de 10 ans et souhaitez améliorer votre forme ? Vous voulez maigrir (oui, ça marche !)Ce programme est fait pour vous !
    Santé et convivialité sont les principaux objectifs du programme. Cinq animateurs formés vous attendent dès le lundi 24 mars 2014 au hall omnisports de Fontaine, rue de la Fauvette.

    # INFO :  jcpmf@villedefontaine.be - http://www.jecourspourmaforme.com/belgique/

    Horaires : (à partir du lundi 24 mars 2014)

    Débutant :
    -- 
    Olivier Dufour (0494/357232)

    les  lundis à 18h30, mercredis à 18h00 et samedis à 09h15.
    -- Marcel Seghers (0472/820249)
    les lundis, mercredis et vendredis à 18h00.


    Moyen : 
    -- Christian Lauwaert (0487/167884)
    les lundis, mercredis et vendredis à 17h30.
    -- Stéphanie Pantaléo (0485/393881)
    les  lundis à 18h30, mercredis à 18h00 et samedis à 09h00.


    Expérimenté : 
    -- Christine Boulanger (0479/294941)
    les lundis à 18h30, mercredis à 17h30 et samedis à 09h00.

     

    jcpmf2.jpg

     

  • Pin it!

    Appel à témoins

    police.jpgLes derniers instants de Bernard Cordier - L’enquête de la PJF piétine

    Les enquêteurs de la section « Homicide » sont à la recherche du moindre élément qui permettrait de résoudre la mort brutale de Bernard Cordier : l’homme de 36 ans avait été tué alors qu’il retirait de l’argent au Bancontact de la place de Fontaine-l’Évêque. Un appel à témoin a d’ailleurs été lancé.


    L’enquête ouverte suite au meurtre de Bernard Cordier patauge, n’ayons pas peur de le dire. Un avis de recherche a d’ailleurs été lancé ce mercredi, sur demande du Procureur du Roi de Charleroi.
    Bernard Cordier, un homme de 36 ans avait été abattu d’une balle sur la place de la Wallonie à Fontaine-l’Évêque, ce 1er février, durant la nuit de vendredi à samedi. Il venait de sortir seul du café « Le Parc » où il était en sortie avec deux amis. Bernard Cordier s’est effondré à proximité du distributeur Bancontact.


    « Les services d’enquête aimeraient éclaircir les circonstances exactes de cet homicide et identifier toutes les personnes s’étant trouvées sur la place peu avant les faits ou dans l’établissement « Le Parc », peut-on lire dans cet avis de recherche.
    Si vous avez des informations à donner sur les faits relatés, veuillez prendre contact avec les enquêteurs de la Police Fédérale via le numéro de téléphone gratuit : 0800/30.300 ou à naviguer sur le site www.polfed.be, onglet « avis de recherche ». Les enquêteurs sont à l’affût du moindre témoignage qui permettrait d’éclairer les derniers instants de la victime.


    La vidéo de surveillance installée près du Bancontact fatal n’a rien donné : cette nuit-là, qui vit la mort de Bernard Cordier, il ventait et il pleuvait à seau.
    Du côté de l’enquête, toujours, on semblerait tout de même se diriger plutôt du côté d’un règlement de comptes, même si on évoquait une échauffourée qui aurait dégénéré. C’est que la victime n’était pas un inconnu auprès des autorités judiciaires. On le sait, Bernard Cordier avait eu maille à partir, pour toutes sortes de délits : on parle de vols, de bagarres. « L’homme avait même tenté de refiler de la fausse monnaie à la buvette d’une fête locale à Leernes, d’où il était originaire », se souvenait le bourgmestre de Fontaine-l’Évêque. À la suite de ce délit, Bernard Cordier avait d’ailleurs été embarqué par la police, avant d’être relaxé. On sait aussi que la victime du Bancontact avait aligné les déménagements, partant de Leernes vers Fontaine-l’Évêque, pour arriver à Charleroi, avant de revenir sur Forchies-la-Marche et, à nouveau, Fontaine-l’Évêque. Au total, on comptabilise une trentaine de logements successifs !

    Les funérailles de Bernard Cordier se dérouleront ce samedi 8 février, au funérarium Fostier (Montigny-le-Tilleul), à 09h30. Le cortège se dirigera alors vers le cimetière de Leernes, où il arrivera à 10 heures. l

    B.BT

    BC.jpg

     

  • Pin it!

    Fontaine-l’Évêque: chômeurs exclus en janvier

    32.000 chômeurs wallons exclus en janvier: découvrez la carte de ces exclusions, commune par commune

    chomage-emploi.jpgLa FGTB wallonne a peaufiné ses calculs. Et réussi à déterminer, commune par commune, le nombre de demandeurs d’emploi qui seront exclus du système en janvier prochain.But : sensibiliser leurs bourgmestres, pour qu’ils fassent pression sur leurs partis…

    Thierry Bodson repart à l’offensive. Et le secrétaire général de la FGTB wallonne a décidé de frapper un grand coup, comme il nous le dévoile en exclusivité. En ligne de mire : ces dizaines de milliers de demandeurs d’emploi qui seront privés de leur allocation d’attente dès janvier prochain. L’indemnité versée à ceux qui n’ont pas encore suffisamment travaillé pour avoir droit à des allocations de chômage a en effet été limitée dans le temps par le gouvernement Di Rupo.

    En novembre dernier, le syndicat socialiste les avait évalués à 55.000, dont 35.000 Wallons. Une mesure prise vendredi a légèrement adouci les choses pour une petite partie d’entre eux. Mais la FGTB wallonne a refait ses comptes. Ils sont encore 50.000 pour tout le pays, dont 32.105 rien que pour la Wallonie ! Mieux : on sait maintenant où ils vivent. Car Thierry Bodson a chargé son service d’études d’en déterminer le nombre, commune par commune.

    Pour Fontaine-l’Évêque, le nombre de chômeurs exclus d'ici janvier 2015 sera de 213.

    Christian Carpentier

    Détails dans La Nouvelle Gazette de ce mercredi 5 février

    http://www.sudinfo.be/927250/article/actualite/belgique/2014-02-04/32000-chomeurs-wallons-exclus-en-janvier-decouvrez-la-carte-de-ces-exclusions-co

     

  • Pin it!

    Procès Cazzetta: Il a même braqué la fête du potiron !

    Justice.jpegLa cour d’assises du Hainaut a analysé lundi matin les faits commis le 26 septembre 2010 au procès de Julien Cazzetta. L’accusé doit répondre de l’homicide de Vincenzo Taibbi, de tentative de meurtre, de prise d’otages et de nombreuses infractions. Jérémie Solvel, Kevin Skaluba, Hicham Mimi sont également dans le box des accusés, pour des faits de braquages.

     


    La ferme du Maustitchi, située à Leernes, accueillait le dernier week-end de septembre 2010 les 10èmes fêtes du potiron. Le dimanche à 4h du matin, les dernières personnes rangeaient les lieux lorsque deux individus se sont présentés en réclamant une bière. Mathieu B. a répondu qu’ils n’en servaient plus. C’est à ce moment que l’agresseur a sorti une arme de sa veste et a pointé le canon sur le ventre de Mathieu.
    Julien Cazzetta est en aveux de ces faits. Il affirme avoir agi seul. L’audition des témoins se poursuivra mardi.

  • Pin it!

    C’était bien un coup de feu mortel !

    Poignarde.jpgQui a tiré sur Bernard Cordier samedi vers 2 heures du matin sur la place de la Wallonie ? Car il s’agissait bien -finalement- d’un coup de feu alors qu’on avait, dans un premier temps, évoqué la possibilité d’un coup de couteau...
     
    C’est finalement l’autopsie qui a permis de déterminer que la victime, âgée de 37 ans, a bien succombé à un tir par arme à feu, dans la poitrine. Peut-être un petit calibre dans la mesure où il n’y avait pas d’orifice de sortie du projectile, ce qui avait laissé penser, dans les premières heures, à une blessure par arme blanche. C’est donc un individu équipé d’une arme à feu qui est désormais recherché par les enquêteurs de la police judiciaire fédérale. Et pour l’heure, bien qu’ils aient multiplié les auditions depuis samedi matin, l’affaire n’est pas encore élucidée.
     
    Ce qu’on sait désormais, c’est qu’il ne s’agit pas d’un «crime de bancontact», c’est-à-dire l’agression d’une personne qui vient de retirer du cash au distributeur afin de lui voler son argent. Certes, le corps de Bernard Cordier a été découvert au sol à proximité du distributeur de la BNP sur la place de Fontaine, mais il ne semble pas avoir retiré de liquide.
    Alors quoi ? Une mauvaise rencontre ? Une transaction tourne mal ? Un règlement de comptes ? Une dispute à cause de l’alcool ? Apparemment, toutes les options restent ouvertes. Bernard Cordier sortait d’un des cafés encore ouverts cette nuit-là, où il avait retrouvé des amis. Il restait encore pas mal de monde dans les cabarets cette nuit et on n’y avait pas bu que de l’eau pétillante. Et puis, sans être le moins du monde une figure du banditisme local, Cordier avait eu son lot de petites affaires qui lui avaient valu quelques ennuis avec la police et la justice. Mais peut-être avec d’autres, également, plus prompts à régler leurs comptes de manière violente...
     
    Pour l’instant, on cherche toujours d’éventuels témoins du drame. l
     
    AN.D.

    Sans titre 09.37.31.jpg

  • Pin it!

    Les 7èmes matines d’Aulne.

    Photo.jpgIl y avait 35 photographes à avoir bravé le froid, le vent, la pluie battante pour participer à la septième édition des Matines d’Aulne ! Et ces conditions n’ont pas empêché les participants de réaliser de splendides clichés !


    Un grand merci aussi à Pierre NAVEZ, Président de l’Office du tourisme de Thuin et sa collaboratrice Laurence VAN LENT d’avoir rejoint le groupe pour partager l’apéritif. Il faut préciser que notre ville de Fontaine-l’Évêque est affiliée à l’Office du Tourisme de Thudinie.

    A l'initiative de Jean-François Collignon, les Matines d’Aulne rencontrent un succès de plus en plus grandissant, sur les 35 participants, il y avait 12 nouveaux venus.

    Alors, l’aventure continue ! La huitième édition des Matines d’Aulne aura lieu, sous un soleil que l’on espère éclatant, le samedi 3 mai 2014. Avec le même programme si ce n’est qu’à la demande de certains participants, la promenade découverte autour de l’abbaye, intégrant la visite de la ferme de la Basse-cour, sera ajoutée à la traditionnelle balade dans les ruines de l’Abbaye d’Aulne.

    A bon entendeur…

    Pierre NAVEZ, Président de l’Office du tourisme de Thuin et sa collaboratrice Laurence VAN LENT.jpg

    Laurence VAN LENT et Pierre NAVEZ  -  Photo JF Collignon

    Album.jpg

    Mai2014.jpg

     

  • Pin it!

    Un homme mortellement poignardé (2)

    FAITS_DIVERS.jpgUn homme de 37 ans a été poignardé peu après avoir retiré de l'argent à un distributeur de Fontaine-l’Évêque, durant la nuit de vendredi à samedi. La victime est décédée de ses blessures.

     

     

     

     

    Un homme de 37 ans, qui venait de retirer de l'argent à la BNP Paribas de la place de Wallonie à Fontaine-l’Évêque, a été victime d'une agression, durant la nuit de vendredi à samedi, vers 3h30. La victime aurait été poignardée à plusieurs reprises par son agresseur qui a pris la fuite.
    A leur arrivée, les services de secours ont constaté que la victime était en sang et en arrêt cardiaque. Lors de la tentative de réanimation, ils ont remarqué que l'homme portait plusieurs traces de coup de couteau. Ils n'ont rien pu faire, la victime est finalement décédée sur place.
    La police locale des Trieux s'est rendue sur place et a instauré un périmètre de sécurité en attendant l'arrivée du parquet.

    Source RTL Info: Un homme poignardé à la sortie d'une banque

    La Nouvelle Gazette en ligne: http://www.lanouvellegazette.be/924352/article/regions/charleroi/actualite/2014-02-01/fontaine-l-eveque-un-homme-mortellement-poignarde-apres-avoir-retire-de-l-

    Bernard Cordier, 37 ans, a succombé à ses blessures -plusieurs coups de couteau- dans la nuit de vendredi à samedi sur la place de la Wallonie à Fontaine-l’Évêque. Il venait de retirer de l’argent au distributeur tout proche, c’est peut-être le mobile du crime. Dans le quartier, les riverains se plaignent :«L’insécurité empire» affirment-ils en pointant les cafés des environs.

    NOËL VAN KERKHOVEN, BOURGMESTRE (PS) DE FONTAINE-L’ÉVEQUE
    « La police m’a appelé à 4h17 »

    Vendredi, il avait été appelé pour un fort chabrol à Forchies, un homme qui menaçait de faire sauter sa maison, pour la ixième fois. Samedi à l’aube, c’est un mort à deux pas du bureau de police... «La police m’a appelé à 4h17 pour m’expliquer qu’un homme avait été poignardé sur la place de Wallonie, qu’il était identifié, et même connu des services de police -mais je ne sais pas pour- quoi- et qu’on en savait pas vraiment plus» dit-il en s’étonnant «Franchement, c’est une heure indue pour aller chercher de l’argent au Bancontact, il faut être prudent ».

    Le week-end est difficile pour le maïeur de Fontaine : «ll ne faut pas exagérer, nuance-t-il, on a de la petite délinquance, comme partout, mais les faits graves sont rares, heureusement.» Les nuisances de certains cafés de la place, il admet : «Certains ne respectent pas les heures de fermeture, minuit en semaine, 1 heure le samedi, on les convoque, on les sermonne... C’est vrai qu’il y a eu des karaokés improvisés dans la rue jusque 5 heures du matin cet été et que la clientèle n’est pas toujours recommandable, mais on fait ce qu’on peut avec nos moyens».


    Ironie du sort, le drame s’est joué à deux pas du bureau de police : «Il y a un service de garde 24h/24 mais ils étaient peut-être appelés ailleurs ou en patrouille au moment du drame. C’est d’ailleurs sur le terrain qu’ils sont censés se trouver et pas au bureau.» Pas de caméras sur la place ? «C’est exact. Il faudra peut-être y passer, on en parle avec la bourgmestre de Courcelles puisque nous sommes sur la même zone de police, les Trieux, mais la Ville, la zone de police et le CPAS ne roulent pas sur l’or. Ces moyens de préventions là dépendent aussi de nos possibilités budgétaires.» l
    AN.D.

    Poignarde.jpg

    Sans titre.jpg

    Plus d'infos dans La Nouvelle Gazette de ce jour

     

  • Pin it!

    Voici l’homme le plus malchanceux de Fontaine

    Voleur bleu.jpgCambriolé 2 fois la même nuit, brûlé avec de la soupe, trahi, Rudy accumule les ennuis...

    Au cours de la même nuit, la maison de Rudy est visitée par des cambrioleurs et sa voiture est volée par une autre équipe de bandits.

    Rudy n’a pas une existence comme les autres. Le brave homme accumule les ennuis: cambriolage, brûlure, vols...


    Le 15 janvier dernier, au beau milieu de la nuit, Rudy se réveille. Il s’aperçoit que la porte de sa maison est ouverte. Il vient d’être cambriolé. «Ma télévision avait disparu, ainsi que mon enregistreur numérique», nous raconte- t-il. «J’ai fait le tour de la maison. Je me suis rendu compte que d’autres objets avaient disparu, dont mes clefs de voiture. Je suis alors sorti de la maison. Ma voiture
    était stationnée sur la rue voisine car ma rue était en travaux et donc inaccessible aux autos. Et lorsque je suis arrivé, elle n’était évidemment plus là.»
    Rudy alerte la police. Une enquête est ouverte. Quelques jours plus tard, la police reprend contact avec Rudy. «Les enquêteurs avaient retrouvé mon auto à Lodelinsart. Mais figurez-vous que la portière était fracturée. Pourquoi les voleurs de ma maison auraient fracturé l’auto alors qu’ils étaient en possession des clefs ? Nous en avons déduit qu’une autre équipe de voleurs s’en était prise à ma voiture...»
    Et les péripéties de Rudy ne s’arrêtent pas là. En avril dernier, il reçoit un jeune homme dans les locaux de son ASBL «Aira» à Fontaine. « L’ASBL va fêter son 30e anniversaire cette année et je suis le dernier fondateur encore en vie. Elle vient en aide aux personnes dans le besoin. Depuis toutes ces années, nous avons aidé 5.000 personnes. » Ce jour-là, le jeune homme cherche de l’aide. Rudy tente de l’aiguiller. Bon cœur, le Fontainois se laisse convaincre et accepte de recharger sa carte de GSM via son compte en banque. Dans la foulée, le jeune escroc parvient à lui subtiliser ses cartes de banque et de crédit. Bilan : 3.250 euros. «J’aurais dû me méfier mais bon, voilà, il avait l’air honnête.» Le plus fou dans cette histoire, c’est que le voleur a repris contact avec Rudy : «Quelques jours plus tard, il m’a téléphoné. Et vous savez ce qu’il voulait me dire ? Il m’a présenté ses... excuses. « Je suis désolé pour toi car, au fond, je vois bien que tu es un brave type. » Mais ce n’est pas pour autant qu’il m’a remboursé...»
    Entre tout cela, Rudy a été brûlé au deuxième degré en renversant une soupe sur son ventre. «Dans le courant de l’année, j’ai assez mal supporté une trahison d’un ami de longue date sur lequel je pensais pouvoir compter. Et finalement, lorsqu’on a besoin de quelqu’un, c’est là qu’on voit réellement qui sont les vrais amis. »
    Et puis, toujours en 2013, il a perdu un être cher pour lequel il ne veut pas trop s’épancher. Cela se comprend. «Franchement, cette accumulation de mésaventures, d’agression et de déceptions commence à peser sur mon moral. J’aimerais pouvoir me concentrer sur mon ASBL. J’ai travaillé pour elle toute ma vie. C’est un peu le bébé que je n’ai pas eu. J’aimerais que l’année 2014 soit un peu plus calme pour moi. On ne peut pas dire que cela a bien commencé avec ce que j’ai vécu en janvier mais bon, je ne perds pas espoir. » l

    PHILIPPE BOUDART

    Portier.jpg

    Photo Portier

  • Pin it!

    L’habitué du Fort-Chabrol a encore frappé

    Police2.jpgComme en 2012, il veut tout faire sauter

    Jody Huart, 35 ans, un habitant du Cour Bury, à Forchies-la-Marche, a une nouvelle fois menacé de faire sauter sa maison. Au gaz, cette fois-ci. En novembre 2012 déjà, il s’était barricadé chez lui avec des grenades. L’homme a pu être rapidement maîtrisé et son avenir se dessine vers une aile psychiatrique.


    Les riverains de la Cour Bury, à Forchies-la-Marche (entité de Fontaine-l’Évêque) se passeraient bien de cette déplorable habitude : hier matin, comme il l’avait déjà fait voici quinze mois, Jody Huart, un habitant du quartier, âgé de 35 ans, s’est claquemuré dans son domicile, installé au no12 du Cour Bury, et a menacé de tout faire sauter avec ses bonbonnes de gaz qu’il avait entreposées dans son logis. L’énergumène, qui souffre clairement de problèmes mentaux, a finalement pu être maîtrisé vers 11h30 par les policiers de la zone des Trieux. Cette interpellation a été rapidement effectuée : dès l’alerte reçue, les policiers avaient encerclé le périmètre. Calfeutré chez lui, Jody Huart a ouvert un instant sa porte : les policiers ont profité de cet instant pour lui tomber sur le dos. Ceux-ci l’ont ensuite ramené au poste principal, où il a été entendu. Les pompiers de Charleroi s’étaient également rendus sur les lieux.


    Ce jeune homme s’était distingué en novembre 2012. À l’époque, déjà retranché chez lui, il menaçait de tout faire sauter avec trentenaire avait, à l’époque, été délogé et maîtrisé par les unités spéciales de la police fédérale : une de ces unités avait d’ailleurs été rappelée hier matin, avant d’être finalement décommandée.

    EXAMEN PSYCHIATRIQUE
    Le dossier du jeune homme n’était pas encore mis à l’instruction, hier après-midi. On ignorait si un examen psychiatrique devait être ordonné, mais cela ne semblait faire aucun doute aux yeux du procureur du Roi de Charleroi.
    Et même s’il était placé en institution, des poursuites au pénal seront plus que vraisemblablement engagées.
    Fin 2012, durant la nuit du 24 au 25 novembre, l’homme avait déjà littéralement «pété un câble», toujours chez lui, au n° 12 du Cour Bury. Après une violente dispute, leur voisin, Jody Huart, s’est enfermé à son domicile en menaçant de faire exploser l’habitation avec des grenades. Ses voisines, dont l’une est sa belle-mère, s’étaient ter- rées chez elles, effrayées à l’idée d’en sortir. Jody Huart aurait d’ailleurs proféré des menaces envers ces deux personnes.


    La police des Trieux, déjà, avait été dépêchée sur place, avant d’être rejointe par les forces spéciales d’intervention de la police fédérale. Vers 8 heures, Jody Huart a eu le temps d’ouvrir la porte d’entrée de son habitation avant d’être plaqué et maîtrisé au sol par les forces spéciales d’intervention. Plusieurs heures après son interpellation, l’homme restait visiblement très agité et énervé. Et déjà, à cette époque, Jody Huart n’en était pas à ses premiers contacts avec les forces de l’ordre. Peu de temps auparavant, en effet, cet homme avait déjà détruit le mobilier d’un voisin... à coups de marteau ! À l’époque, une enquête psychiatrique avait déjà été sollicitée.


    Et un mandat d’arrêt avait été délivré à l’encontre de Jody Huart. Au vu de ces antécédents et de son comportement de ce vendredi, le sort de Jody Huart semble en tout cas clair : soit l’annexe psychiatrique de la prison de Jamioulx, soit, à tout le moins, un séjour à l’institut Van Gogh. l
    B.B

    FC.jpg