Pin it!

Le château Bivort tombe en ruine: «Un gouffre financier»

Un château magnifique... mais peu pratique. - Photo Christophe Hennuy.

PAR MAUREEN VANVERDEGEM | CHARLEROI ET SA REGION

À Fontaine-l’Évêque, le château Bivort est magnifique, mais il est aussi vieux et très contraignant. Sa toiture à remplacer, ses infiltrations d’eau, ses châssis qui n’isolent plus rien… Avec une consommation de 3.000 litres de mazout chaque semaine en période hivernale, il représente « un gouffre financier et énergétique », confirme le bourgmestre Gianni Galluzzo.

.../...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En période hivernale, le château Bivort à Fontaine-l’Évêque, où est installée l’administration communale, nécessite la venue d’un camion de mazout chaque semaine pour se chauffer. « Ça représente plus de 3.000 litres », confie le bourgmestre Gianni Galluzzo. Cette information, révélée par la RTBF, a de quoi interpeller. « Il s’agit d’un gouffre financier et énergétique qui n’a rien de fonctionnel », poursuit-il.

CB2.jpgCar, on n’y pense pas forcément, mais rien ici n’est conçu pour faciliter la vie des travailleurs. « La fibre optique ne passe pas. On n’a très peu de sanitaires au château. Pas de cuisine, d’espace pour manger, pas d’eau chaude. C’est normalement obligatoire, mais il n’y a aucun moyen d’en avoir. Les agents doivent venir faire leur petite vaisselle dans les toilettes », regrette le bourgmestre.

Le poids des années

CB3.jpgÀ toutes ces petites choses qui s’accumulent déjà assez, s’ajoutent d’autres problèmes plus conséquents. « Les châssis sont dans état catastrophique : certains se décomposent Ils laissent totalement passer le vent, on les isole comme on le peut et chacun y va de sa petite astuce originale. Partout, c’est du simple vitrage. Dans deux ou trois bureaux, il y a des infiltrations d’eau. Par-dessus tout, il faut rénover la toiture. »
 
Voilà un problème de taille. Dans cette bâtisse classée, les ardoises naturelles du toit CB4.jpgdoivent êtres remplacées par ce même matériau… qui coûte cher ! « La dernière estimation fait état d’un million d’euros, sans compter l’isolation », détaille Gianni Galluzzo. « On a interpellé les ministres en fin d’année 2019 pour recevoir des aides, auxquelles on a droit comme le château est inscrit au patrimoine. Heureusement, la charpente principale est en bon état. »
 

Une chaudière biomasse


CB5.jpgParce qu’il est très mal isolé, le bâtiment consomme, on l’a dit, une quantité astronomique de mazout. Cependant, depuis plusieurs mois, une solution a été trouvée : une chaudière biomasse. « On a fait une demande de subside qui n’a pas encore été approuvée, le projet a donc été réinscrit au budget 2020. Quoi qu’il en soit, elle devrait arriver courant 2020 », se réjouit le bourgmestre.Le château Bivort devrait donc se chauffer, dans quelques mois, à l’aide de plaquettes de bois : le combustible le moins cher du marché. Ce concept totalement innovant est rendu possible par des entreprises d’économie sociale, qui recyclent du bois. Il fera l’objet de nombreux ateliers de sensibilisation à l’écologie auprès des riverains.

Déménager ?

CB6.jpgMalgré cette avancée, le château n’en reste pas moins peu pratique et ses problèmes toujours aussi importants. L’accueil des riverains ayant été décentralisé afin de les recevoir dans un endroit plus propice, l’administration communale se divise aujourd’hui en trois sites. « C’est peu pratique », avoue Gianni Galluzzo.« Nous devons avant tout penser à sauvegarder ce patrimoine, même si cela représente un budget colossal. À moyen terme cependant, nous pourrions envisager de créer une cité administrative ou une annexe, mais cela coûterait aussi très cher. » Et que deviendrait le château Bivort sans ses occupants ? Son état pourrait encore empirer. Les solutions sont donc limitées et l’avenir incertain.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Commentaires

  • Il y a des années que l'on doit faire des investissement au château, mais on laisse aller....maintenant il y a urgence...comme église en face de Ninno, comme église d'en bas, comme tout à fontaine...le patrimoine on s'en fou, au pro rata de choses qui ne valent pas la peine....ciao

Les commentaires sont fermés.