Pin it!

Les Fontainois ne trient pas assez leurs déchets.

La facture de l'ICDI s'en ressent...à la hausse.

Le budget 2017 de Fontaine-l’Evêque présente à l’ordinaire un boni de 39.187 €.   La commune va poursuivre ses investissements dans divers domaines et compte lutter efficacement contre les incivilités de ces citoyens. Les dépôts clandestins sont toujours aussi nombreux. Un agent constatateur va dès lors être engagé en 2017. « Près de 40 P.-V. ont été dressés aux pollueurs en 2016 », précise l’échevin des Finances Philippe D’Hollander (PS).  

Le budget de Fontaine-l’Evêque pour l’année 2017 vient d’être voté par 13 voix « pour » (PS) et 10 abstentions (MR-CDH et Vous+) par le conseil communal. Il présente un résultat positif à l’exercice propre de 39.187 € pour un budget annuel avoisinant les 21.300.000 €. 

Les dépenses de fonctionnement sont en augmentation. En plus de la réalité des besoins pour l’année à venir, la commune a prévu de mettre sur pied un conseil des enfants et la location d’un car permettant aux enfants de retourner à la piscine quand celle d’Anderlues sera rouverte.

En ce qui concerne les dépenses de personnel, il est important de préciser que la ville n’a jamais licencié aucun agent pour des raisons budgétaires et ce, depuis le début de la législature

Taxes inchangées

Bonne nouvelle pour les citoyens, les taxes ne seront pas augmentées en 2017.  « La taxe sur les déchets sera simplement indexée » , souligne toutefois l’échevin des Finances Philippe D’Hollander (PS).  « Le coût-vérité sera de 97 % ; ce qui signifie que la ville prendra à sa charge 3 % des dépenses sans les répercuter sur les citoyens. Soulignons cependant que les Fontainois, Filamarchois et Leernois ne trient pas assez leurs déchets. » 

Il déplore que  « beaucoup trop d’immondices se retrouvent dans les sacs blancs au lieu d’être déposés dans les parcs à conteneurs. Conséquence : une facture salée de l’ICDI se répercutant sur la taxe forfaitaire. Et ne parlons pas des dépôts sauvages dont la facture du ramassage et de l’évacuation se retrouve aussi dans le coût du service. Près de 40 P.-V. ont été dressés aux pollueurs en 2016. » 

C’est pourquoi les autorités locales prévoient notamment le recrutement d’un agent constatateur supplémentaire pour mieux lutter contre les incivilités.

Au niveau des investissements, la commune entend aménager la salle Matagne, démolir le petit pavillon sur la plaine du château, rénover les autres pavillons qui sont utilisés par des groupements, aménager le rond-point Place Cornille et de celui de la place des Mays.

Une prévision de 200.000 € concerne l’entretien ordinaire de voiries. À cela s’ajoute le Plan d’investissement Communal (PIC) évalué à 600.000 € dont les rues restent à déterminer, ainsi que l’achat de mobilier urbain et/ou d’éléments de sécurité.

Attendue par de nombreux citoyens, la phase 2 pour l’étude de l’aménagement du « parking » Don Bosco sera lancée en 2017 ainsi que la sécurisation des écoles, le remplacement des châssis à l’école du Boulevard du Nord et la maintenance de l’école des Trieux. 

Pour les terrains de football, si l’éclairage de celui de Fontaine a été budgété en 2016 (NDLR : le dossier est en cours), celui de Forchies-la-Marche fera l’objet d’une maintenance de son éclairage en 2017. 

60.000 € sont prévus pour la mise en conformité des installations dans les salles omnisports, lesquelles bénéficieront d’une nouvelle machine de nettoyage.

Pour éviter les inondations notamment au bas de la Grand-Rue en cas d’orages violents, un curage et un entretien du bassin d’orage sis rue de l’Athénée vont être effectués.

Les cimetières embellis

Il est également prévu de remettre en conformité des cimetières, dont l’état semblait être – il faut le dire – laissé à l’abandon ainsi que faire l’acquisition de matériel pour le service propreté, parcs et jardins (tracteur- tondeuse autoportée, petit outillage).

Enfin, près de 3,8 millions d’euros restent prévus pour le projet St-Vaast/Le Cercle.

Pour rappel, ce projet de grande ampleur permettra, une fois terminé, de dynamiser le centre-ville et d’améliorer le cadre de vie de ses citoyens.

Cependant, selon un fonctionnaire qui gère désormais ce dossier à la Région wallonne, certains aménagements ne peuvent pas être financés dans l’enveloppe SAR (site à réaménager).

En attendant, le projet St-Vaast est bloqué. Si aucune solution n’est trouvée rapidement, le Collège entend simplement démolir ce qu’il y a à démolir afin d’assainir le site.

« Un budget réaliste et responsable », selon l’échevin des Finances en guise de conclusion. 

O.Pâq.

Les commentaires sont fermés.