Pin it!

Mon fils n'est pas quelqu'un de violent!

1.jpgVous pouviez lire dans nos lignes ce lundi l’histoire d’ambulanciers agressés par la personne qu’ils voulaient aider. Le père de Johnny, l’auteur des faits avait également été décrit comme ayant un comportement agressif à l’extérieur de l’ambulance. Il a tenu à réagir et à défendre son fils.  

Pour son père, Johnny était en état de choc. Montage SP

« Johnny venait d’avoir un accident, il était sous le choc », explique Yves, le père du jeune homme. « Quand les ambulanciers sont arrivés, je les ai aidés à le mettre sur le brancard. Il ne savait plus vraiment où il était.  » 

Selon lui, outre son état de choc, son fils n’avait pas de comportement violent. Il a donc été embarqué dans l’ambulance.

L’équipe de police est arrivée sur place et est directement montée à l’arrière du véhicule de soins. « C’est là qu’il a commencé à crier  », explique Yves. « En l’entendant hurler dans l’ambulance, j’ai décidé d’ouvrir les portes pour voir ce qui lui arrivait. Je n’ai eu que le temps de le voir menotté dans le véhicule, un policier au-dessus de lui le maintenait en place.  » 

Yves explique alors que son fils ne voulait absolument pas cracher au visage des personnes présentes. « Il saignait du nez et du crâne suite à sa blessure. C’est en criant et se débattant qu’il a envoyé du sang. Malheureusement, un peu de sang est arrivé dans la bouche de l’ambulancier, mais ce n’était pas intentionnel. » 

Yves explique ensuite que des policiers l’ont pris à partie pour l’éloigner de l’ambulance. « La plupart des policiers présents étaient calmes et voulaient que tout se passe bien. Il y avait cependant deux jeunes qui m’ont dit de « fermer ma gueule » et qui ont demandé à la personne à côté de moi, qui était au téléphone, s’il y avait un problème. » 

Sorti de l’hôpital

Le jeune homme est sorti de l’hôpital hier matin, après presque quatre jours de soins. « Mon fils n’est vraiment pas quelqu’un de violent  », affirme son père. « Il n’est pas très costaud et ne pèse pas très lourd. Il suffit de le voir pour savoir qu’il ne pourrait pas tenir tête à plusieurs personnes. De plus, avec tous les produits qu’il a reçus, il a fait une crise d’épilepsie dans l’ambulance et son cœur s’est arrêté deux fois. J’aurais voulu monter dans l’ambulance, parce que je connais mon fils et je sais comment le calmer, mais je n’ai pas pu.  » 

Suite à l’affaire, Yves a tenté de prendre contact avec l’ambulancier qui a témoigné dans nos pages. « J’ai énormément de respect pour le travail de ces personnes  », explique-t-il. « Je tenais à m’excuser directement auprès de l’ambulancier pour ce qu’il a vécu. Mon fils voudrait également présenter ses excuses aux équipes présentes ce soir-là. » 

« Rien n’a été ajouté » 

Nous avons recontacté Arnaud, l’ambulancier qui avait témoigné dans nos pages. Il confirme avoir reçu un message du père du jeune homme. Il affirme ne pas savoir ce qu’il est arrivé au jeune homme après qu’il ait été pris en charge par l’hôpital. Arnaud maintient cependant sa version de l’histoire. « Tout ce que j’ai pu vous dire était vrai, rien n’a été ajouté.  » 

L’état de choc et le trauma crânien du Carolo, dû à l’accident, expliquent donc peut-être la réaction irrationnelle du jeune homme. Aujourd’hui, quelques jours plus tard, il tient à s’excuser pour son comportement. 

G.Fl.

Commentaires

  • Il a peut être fait une crise d épilepsie .

Les commentaires sont fermés.