Pin it!

Ma maison s'effondre...

Check-info.jpgAxel Capelleman était au boulot hier quand sa compagne, Céline, l’a appelé, en panique : «La maison se fissure, il y a des risques d’affaissement, voire d’effondrement…» Le Filamarchois est rentré dare-dare pour constater l’étendue des dégâts.  

Il raconte, encore sous le choc : « J’habite rue de Souvret à Forchies-la-Marche, avec ma compagne, depuis deux ans. Nous occupons la maison d’une vieille dame, qu’elle considérait comme sa grand-mère et qui la lui a léguée. C’est une maison ancienne, où nous vivons avec nos 8 chats et nos deux chiens. Là, on nous a évacués en nous laissant peu d’espoir de retour. On a juste eu le temps de prendre quelques affaires. Heureusement, ma belle-mère habite en face. On a quand même un point de chute, c’est déjà ça. Mais les animaux sont très perturbés par le déménagement. Et nous, on est effondrés ». 

Des travaux dans la rue
Mais que s’est-il passé ? «Ce que j’ai compris, c’est qu’on remplace actuellement les canalisations de gaz dans la rue. Pour ce faire, on creuse une tranchée dans le trottoir, qui est large d’à peine 50 centimètres et on aspire les terres à l’aide d’une espèce de gros aspirateur. Manifestement, l’aspirateur a aspiré jusque sous la maison, qui n’a pas de fondations. C’est ce qui a visiblement fragilisé la structure et causé d’énormes fissures. Du coup, il y a des craintes pour la stabilité de la bâtisse : elle est en train de s’affaisser et il y a a même des risques qu’elle s’effondre.» 

On a tout stoppé
La maison d’Axel et Céline est la première de la rue de Souvret, elle porte le numéro 2. C’est naturellement devant chez eux que les travaux ont débuté ce vendredi.

«Dès que les fissures sont apparues et les risques d’affaissement, les ouvriers ont immédiatement stoppé les travaux. Le chef de chantier est venu constater. La police est arrivée pour dresser un P.-V. de constat. On attend la protection civile. Je vous avoue que, pour le moment, la situation est encore très aléatoire. On n’y comprend pas grand-chose, mais c’est difficile à vivre» 

Le week-end risque d’être passablement rock and roll pour Céline et Axel, qui assistent à l’inéluctable depuis l’autre côté de la rue : cette maison où il avait mis toute leur vie se dégrade sous leurs yeux.

Sans titre.jpg

 

Commentaires

  • Quelques petites erreurs dans ce récit...la maison n'est pas dépourvue de fondations, le chef de chantier n'était pas présent, après avoir demandé aux ouvriers de stopper c'est l'un d'entre eux qui est venu d'abord constater et ensuite les trottoirs font plus de 50 cm de largeur.

Les commentaires sont fermés.