Pin it!

Centre d’Enfouissement de Monceau-sur-Sambre

Dechet.jpgLe Centre d’Enfouissement Technique situé à Monceau-sur-Sambre a été au centre des débats dans les diverses communes ces derniers temps.

Il y a quelques années maintenant, la Ville de Charleroi octroyait un permis arrivant à échéance fin 2019. Au grand dam des habitants, une nouvelle demande de permis a été introduite par la S.A. CETB. De plus, la société demandait aussi les permis pour y créer une extension afin de passer de 2.950.000m³ à 5.500.000m³ de déchets ! 

Selon l’exploitant, les déchets traités sont non-dangereux mais de nombreuses plaintes ont été déposées depuis des années.

L’inquiétude des Moncellois grandit donc de nouveau depuis quelques semaines.

Par ailleurs, de nombreux riverains subissent des nuisances importantes qu’elles soient olfactives ou sonores. Elles portent également sur la dispersion de poussières et les risques de présence de fibres d’amiante.

« Les Moncellois voient enfin le bout du tunnel, ils n’ont pas envie que la décharge de Monceau soit encore exploitée 20 ans. D’autant que dans le projet présenté par l’exploitant, celui-ci prévoit de créer un tumulus de près de 20 mètres de haut. Vous en conviendrez, cela déformera fortement le paysage proposé et ne fera qu’amplifier la colère des riverains. En outre, géographiquement, ce CET se trouve par ailleurs juste à côté d’une réserve naturelle qui est le terril du Martinet  », écrivait Véronique Salvi dans une question posée à Madame Cencig au Conseil communal de Charleroi de ce mardi.

1769302531_B977158211Z.1_20151124180352_000_G335M3B4B.1-0.jpg
Le collège communal, à l’initiative d’Ornella Cencig, a rendu un  avis défavorable pour la demande de permis unique pour l’extension du CET. Il estime que l’emplacement d’un CET d’une telle capacité n’a pas sa place en pleine agglomération et a relevé les inconvénients tels que la proximité des habitations, l’impact sur le paysage, la proximité du terril du Martinet, l’impact du charroi des camions et la problématique de l’enfouissement de l’amiante. L’échevine, dans sa réponse au Conseil, a notamment souligné que le CET de Monceau n’est pas en capacité d’enfouir de l’amiante légalement. En effet, elle a demandé une visite d’inspection par les services du Département Police et Contrôles qui a conclu que « le CET ne respecte pas l’ensemble de toutes les conditions relatives à l’amiante ». 

Après la transmission de l’avis de la Ville, la décision des Fonctionnaires technique et délégué devra être notifiée à l’exploitant pour le 15 février 2016 au plus tard.

Le collège communal de Courcelles a également demandé à l’autorité compétente de refuser la demande d’extension et de prolongation du CET. 

A.W.

 

Les commentaires sont fermés.