Pin it!

Politiquement renversé par les affaires...

Justice.jpegCorrectionnelle  : Georges Rovillard est malade : va-t-on vers un procès à la Despi ? 

Belga/Herwig Vergult

Georges Rovillard, l’ancien bourgmestre PS de Fontaine-l’Évêque doit comparaître ce mardi en correctionnelle. Le parquet lui reproche des faux et des détournements remontant à l’époque où il était à la fois maïeur de Fontaine et administrateur général de l’AWIPH, avec un fort penchant pour les voyages à l’étranger…


Mais Georges Rovillard sera-t-il là ? La réponse est probablement non : l’ancien homme fort de Fontaine-l’Évêque est malade et couvert par un certificat médical de longue durée.
L’audience n’avait certes pour but que de fixer un calendrier, mais il faudra donc aussi trouver une solution pour gérer l’absence du principal prévenu, au risque de voir le procès s’enliser comme le dossier « Carolo bis » avec un Claude Despiegeleer malade. Il faudra sans doute faire sans Georges Rovillard, qui sera représenté par ses avocats. On sait de toute manière qu’il nie l’ensemble des reproches qui lui sont adressés par le parquet de Charleroi. Dommage, on aurait bien aimé entendre ses récits de voyage, heu… ses explications !

Rovillard.jpg
Politiquement renversé par les affaires...

De fontaine à Washington
Évidemment, tout cela remonte à une autre époque… Entre 2000 et 2008, Georges Rovillard avait un agenda à la Georges Bush !

Il n’est question que de colloques, de voyages d’études et de symposiums aux quatre coins de la planète ! Quand Rovillard n’est pas dans son bureau du château Bivort, il se trouve à Paris, en Tunisie, au Maroc, à Pékin, à Washington, au Canada, à Hanovre, au Mexique, à Chypre, au Liban, à Arles ou à Turin… Le principe même de ces voyages n’est pas remis en cause par la justice, d’autant que Rovillard a réussi à y participer chaque fois sous sa double casquette de maïeur de Fontaine-l’Évêque et d’administrateur-général de l’AWIPH, l’Agence Wallonne pour l’Intégration des Personnes Handicapées. Ce que le parquet reproche en revanche à l’ancien homme fort de Fontaine, c’est d’avoir un peu trop mélangé ses casquettes sur le plan financier. Se faire conduire à l’aéroport de Roissy par la voiture de l’AWIPH et réclamer des frais de kilomètres à la ville de Fontaine, c’est pas top ! Réclamer des frais d’hôtel à l’AWIPH quand c’est Fontaine qui paie le voyage, c’est limite. Rentrer ses tickets de pharmacie, de chocolat, de champagne, de bouquins à l’administration de Fontaine-l’Évêque, en les faisant passer pour des frais professionnels, c’est pas délicat non plus… surtout quand on a acheté «Les quatre filles du docteur March» et «Croc Blanc» !

La suite à l’audience…

AN.D.
  

Les commentaires sont fermés.