Pin it!

Le camionneur campe en attendant de livrer le module

En-bref.jpgL’homme vient de Turquie et dort depuis 8 jours dans sa cabine, devant l’école à livrer

Situation surréaliste à Fontaine-l’Évêque. Depuis maintenant près d’une semaine, un camion est stationné devant l’école libre de Beaulieussart. Un convoi exceptionnel, venant de Turquie, transportant les portakabins attendus par l’école primaire. Ceux-ci ne peuvent pas être placés et le chauffeur Turc campe dans son camion depuis tout ce temps. Les voisins n’en reviennent pas.


Depuis une semaine maintenant, un camionneur originaire de Turquie campe littéralement devant l’école libre de Beaulieusart à Fontaine-l’Évêque. L’homme a parcouru près de 3.000 kilomètres pour venir livrer des portakabins attendus par l’établissement scolaire. Le souci, c’est qu’on ne les a toujours pas déchargés… Alors il attend.
«Il est arrivé vendredi vers 18h30», indique un voisin, « Le chauffeur pensait que le module allait être placé lundi, mais ils ont seulement fait la dalle pour le placer. Ça a été reporté au mardi, puis mercredi… Là on dit que ça sera pour vendredi. Et on laisse ce pauvre monsieur dans cette situation.» Et depuis, le semi-remorque est là, garé tant bien que mal sur le trottoir juste devant l’établissement scolaire.
«Le projet de ces modules afin d’agrandir l’école a été initié il y a deux ans, ils devaient être placés pour le 1er septembre… À quelques jours près, on y est», explique la direction, «de notre côté, nous sommes contents de les voir arriver… Mais nous constatons la situation de ce pauvre chauffeur. Malheureusement, cela n’est pas de notre ressort. Nous attendons aussi qu’on les place.»

Unknown.jpeg
Le camionneur s’est garé tant bien que mal et attend qu’on vienne prendre la marchandise

Le temps passe et le chauffeur reste là. Il semblerait que la grue qui doit décharger le tout a un peu de retard. «Nous lui avons donné accès aux toilettes de l’école et à un évier afin qu’il puisse se rafraîchir», ajoute le directeur de l’établissement. Du côté du voisinage, on a aussi fait un geste envers ce pauvre chauffeur turc condamné à attendre que quelqu’un vienne le délivrer de sa marchandise. « Nous lui avons proposé à manger, mais il préfère aller faire ses courses au magasin du coin et se préparer quelque chose dans son camion. Il passe son temps, il regarde la télévision et dort dans sa cabine», explique un voisin, médusé face à cette situation, «le souci, c’est qu’on ne se comprend pas bien. Heureusement qu’une voisine parle turc et peut lui demander de quoi il a besoin. Il a d’ailleurs passé une soirée chez ces voisins-là. On tente de faire en sorte qu’il ait une vie normale, mais on se doute qu’il aimerait rentrer chez lui, à quelque 3.000 kilomètres d’ici.»
La situation devrait se débloquer ce vendredi. Le camionneur pourra alors reprendre la direction de son pays… Après avoir campé à Fontaine-l’Évêque durant presque une semaine.

TH.P.

Les commentaires sont fermés.