Pin it!

Notre CPAS ne loge pas de réfugiés

Cpas.jpgQuatorze communes environnantes accueillent des initiatives locales d’accueil (ILA). Via leur CPAS, elles proposent un logement et des aides médicale, alimentaire et sociale aux demandeurs d’asile.
Fontaine-l’Évêque n’en fait pas partie.


Farciennes, Fontaine-l’Évêque, Châtelet ou bien encore Charleroi n’organisent pas d’initiative locale d’accueil via le CPAS. Mais le cas de Charleroi est particulier. En effet, la commune héberge tout de même des candidats réfugiés politiques sur son territoire via le centre d’accueil Fedasil, installé dans le zoning industriel à Jumet. Sa capacité d’accueil est actuellement de 130 places.

Par contre, pour les trois autres communes, aucune structure d’accueil pour les demandeurs d’asile n’est proposée. «Non, effectivement, à Fontaine-l’Évêque, il n’y a pas de politique mise en place au niveau de l’accueil des candidats réfugiés, avoue Noël Van Kerckhoven, le bourgmestre. Le dossier des ILA n’a pas encore atterri sur la table du collège communal.»

Et de pointer : «De plus, honnêtement, l’accueil des réfugiés n’est pas notre priorité actuellement. Nous avons d’autres préoccupations... Au premier janvier, le CPAS va devoir gérer la mise à la porte du chômage de nombreux demandeurs d’emploi fontainois. Voici notre préoccupation première actuellement... Le CPAS et la Ville travaillent pour voir comment aider tous ces gens. Nous avons besoin d’argent pour soutenir le CPAS.» l

Commentaires

  • Ce serait très important d'activer une réelle politique d'emploi afin de diminuer le nombre d'inactifs jeunes et ensuite aider les demandeurs d'asile politico économiques

Les commentaires sont fermés.