Pin it!

Ras. Le. Bol.

Quad.jpegLes habitants du quartier qui entoure le terril du Pétria sont à bout. Des mois que le ballet incessant des quads et moto-cross sur ce site pourtant classé Natura 2000 leur pourrit la vie : nuisances sonores, odeurs de mazout... «Les autorités communales sont au courant de notre situation intenable depuis longtemps, qu’attendent-elles ?»


À peine arrivé sur le terril du Pétria, on peut déjà entendre le moteur essence d’un quad qui tourne, tourne. « Et encore, le lundi, ce n’est presque rien. Les week-ends et jours fériés, ils sont une dizaine et roulent de 10 heures du matin jusqu’à 19 heures », nous dit Rosa, d’une voix lasse. Cette citoyenne de Fontaine-l’Évêque habite à quelques dizaines de mètres du terril en question.
Pour elle et son mari, ainsi que nombre d’autres riverains que nous avons pu rencontrer, les jours de soleil sont un enfer.

«Ce n’est pas compliqué, on en vient à souhaiter qu’il pleuve toute la journée. Au moins, les fous du volant ne sont pas de sortie. Sinon, on entend que ça : les moteurs, avec en cadeau les odeurs de mazout qui vont avec.»
Le terril du Pétria offre en effet un terrain de jeux idéal pour les amateurs de sensations fortes motorisées. Plusieurs circuits sont tous tracés, les marques de pneus fraîches en témoignent.
Il est pourtant interdit de circuler avec un véhicule sur le terril. Et pour cause, l’endroit est classé Natura 2000. Sa faune et sa flore sont censées y être protégées. Ce n’est visiblement pas le cas.

1.jpg

CARABINE
«J’ai interpellé à plusieurs reprises les autorités communales à ce sujet, il y a plusieurs mois déjà», poursuit Rosa. «À part des promesses, rien ne s’est passé. J’ai également appelé la police maintes fois. Rien n’y fait, les jeunes reviennent dès le lendemain, et de plus belle. Oui, il y a des blocs de pierre à l’entrée du site, installés pour empêcher le passager de véhicules. Mais quelques jeunes bras suffisent à les déplacer. Des panneaux qui interdisent l’entrée ? Oui, ils sont là, couchés à terre... J’habite ici depuis 68 ans, et je n’ai pas besoin de subir ceci. Il y a quelques jours, j’ai eu l’Echevine de l’environnement au téléphone. J’ai été très claire : si elle ne les fait pas déguerpir, je le ferai moi-même. Heureusement pour eux, je n’ai pas de carabine (rires). Je demande aux autorités communales de prendre leurs responsabilités. Car ici, la situation est intenable.»
Des riverains prêts à tout, ou presque, pour leur tranquillité. l

Le terril du Pétria a tout pour plaire : la nature y règne, le site est beau et classé Natura 2000 à juste titre. Plusieurs balades y sont tracées, mais l’on comprendrait que le promeneur lambda ne s’y attarde pas trop. En dehors du va-et-vient des quads et toutes les nuisances qui vont avec, les nombreuses crasses et détritus qui jonchent le sol ne servent pas la cause du Pétria. Les lieux semblent avoir été adoptés par nombre de fêtards. Au sol : vidanges de bières, bouteilles en plastique, canettes pas encore rouillées. Au bord des petits points d’eau se trouvent même les restes d’un petit barbecue entre copains... « Je viens régulièrement remplir des sacs de déchets, mais à chaque fois, ils reviennent », confie le mari de Rosa, riverain.
Il est clair qu’un site de cette qualité mériterait un peu plus d’attention. l

Barbecues sauvages et cadavres de fêtes: Le Bourgmestre: «On ne peut pas être présent 24h/24»

3694641293.jpgNoël Van Kerckhoven, bourgmestre de Fontaine-l’Évêque, se dit conscient de la problématique des quads sur le terril du Pétria.
«Et d’ailleurs, nous avons fait le nécessaire pour l’heure», affirme- t-il. «Dire que nous ne faisons rien est totalement faux. Malheureusement, on ne peut pas être présents 24 heures sur 24, avec des policiers à chaque entrée du terril".
Pour l’instant, nous avons pris contact avec la police et nous leur avons demandé de faire le nécessaire pour que je puisse prendre des ordonnances spéciales à ce sujet. J’attends ces propositions dans les jours à venir. Car, pour l’instant, la réglementation sur ce site Natura 2000 n’est pas très claire. Toute verbalisation pourrait être contestée. J’ai aussi demandé que la police y patrouille régulièrement. Par ailleurs, nous avons correctement fermé les entrées aux véhicules. Tout en prenant soin de laisser le passage libre pour les promeneurs. Mais le véritable problème, ce sont les entrées sauvages. Des contacts ont également été pris avec la police de l’environnement.


Faire plus? Oui, il y a toujours moyen. Mais pour cela, il faut des budgets, qui ne tomberont pas avant 2015. » l

petria7.2.jpg

Commentaires

  • Même problématique sur le terril de Forchies. Interdiction des quads
    demandée dans toute l'entité, comme à Charleroi.
    Le bourgmestre n'a rien fait, comme d'habitude...

Les commentaires sont fermés.