Pin it!

LES CINÉRENC'ARTS 2013/2014 DE BIG BROL

BigBrol.gifA LA BOUTEILLERIE, Bd du Nord (ancienne Brasserie Patiny, face au N° 64)

CINÉMA ET REPAS SOLIDAIRE


LE VENDREDI 2 MAI À 19H, repas solidaire suivi de
ALABAMA MONROE, THE BROKEN CIRCLE BREAKDOWN
de Felix Van Groeningen
Avec    Johan Heldenbergh, Veerle Baetens, Nell Cattrysse (Belgique 2013)


Sans titre.jpgQuatre ans après "La Merditude des choses", Felix Van Groeningen continue d’impressionner avec son cinéma ivre de liberté et d’humanité.
Didier, chanteur d’un groupe de bluegrass – cette country pure et sautillante des Appalaches bordée de mélancolie – rencontre Elise, tatoueuse. Lui est athée et passionné d’Amérique. Elle est croyante mais furieusement indépendante. Ils donnent naissance à Maybelle. Quelques années plus tard, on leur annonce que leur fille est atteinte d’un cancer. On ne doit pas trop en révéler sur "Alabama Monroe". Non pas qu’il s’agisse là d’un thriller, évidemment. Mais la profondeur des situations décrites – dans tout ce qu’elles ont de tristement banal ou de joyeusement exaltant – et la force des émotions qu’elles suscitent méritent d’être découvertes par elles- mêmes, sans être déflorées a priori. Surtout que Felix Van Groeningen, en adaptant la pièce "The Broken Circle Breakdown" (le titre original d’Alabama Monroe), effectue un travail narratif en tout point remarquable, ménageant autant l’élan romanesque de son récit que ses atours de chronique où se succèdent une multitude de saynètes reliées les unes aux autres avec grâce. Tout comme dans son précédent film, l’extraordinaire "La Merditude des choses (2009)", Van Groeningen se saisit du destin d’une famille pour l’étudier avec une méticulosité et une densité thématique refusant soigneusement toute raideur clinique. Notamment grâce à ses superbes interprètes, Johan Heldenbergh (auteur de la pièce) et Veerle Baetens, "Alabama Monroe" se joue du sordide et de la tragédie pour déborder d’une soif de vivre, de communier (au sens païen du terme, même si la religion et la foi ont une place prépondérante dans le scénario), d’aimer, de partager, de se lier à l’autre. Qu’il s’agisse de la passion amoureuse aussi sensuelle qu’intellectuelle entre Elise et Didier, de l’amitié qui unit le groupe de bluegrass dont ce dernier est membre, de la relation fusionnelle entre le couple et Maybelle, chaque lien humain fait ici figure de quasi-épiphanie. Son histoire, Van Groeningen la conte par tous les bords – dramatique, mélancolique, comique – et par tous les moyens possibles : ellipses, flash-back, scènes musicales, muettes ou hautement dialoguées, brillantes idées de montage ou de transitions… Une construction en puzzle surprenante qui fait montre d’une fluidité remarquable. Ou comment la forme sert le fond, "Alabama Monroe" relayant via cette narration heurtée le caractère profondément aléatoire de l’existence humaine, faite d’une succession d’accidents et de hasards. Un vrai petit miracle de cinéma.

CinémaTeaser

LE SAMEDI 3 MAI À 17H

TANGO LIBRE
de Frédéric Fonteyne (France, Belgique, Luxembourg 2012)
Avec ... François Damien, Anne Paulicevih, Sergi Lopez

Sans titre2.jpgJC, un gardien de prison à la vie monotone, n'a pour seule distraction qu'une leçon de tango hebdomadaire. Il y rencontre Alice, qu'il retrouve contre toute attente au parloir où elle rend visite à deux détenus. Témoin de leur relation triangulaire, son attirance pour cette femme affranchie le conduit à enfreindre le règlement.
Alice est interprétée par Anne Paulicevich, compagne du réalisateur Frédéric Fonteyne et scénariste du quatrième film de l'auteur de La Femme de Gilles et d'Une liaison pornographique. Son personnage insinue le trouble au sein d'un univers carcéral, peu prompt à accueillir le désir. Naviguant entre deux hommes, qui consentent à cette relation peu conventionnelle, elle captive le maton qui va s'impliquer au-delà de ses prérogatives. Apprenant que sa femme danse chaque semaine avec JC, son mari, ivre de jalousie, va demander à un Argentin de lui donner des cours. Les prisonniers se laissent peu à peu séduire par l'apprentissage du tango. "Film de parloir", plus que film de prison, comme tient à le préciser Frédéric Fonteyne, Tango libre réserve effectivement une large place à la parole. Tout se dit, se délie et se dilue à l'occasion des confrontations entre les personnages. De sorte que le film est évidé de la moindre ambiguïté, y compris sexuelle, ainsi qu'en atteste l'évidente homosexualité qui unit les amants d'Alice. Sérieusement édulcorés par un scénario trop écrit, les conflits souffrent d'une mise en scène qui surligne constamment les motivations et les ambivalences des protagonistes. Avec un sujet comme le tango, on pouvait s'attendre à ce que Frédéric Fonteyne s'attache à l'observation sensuelle des corps. Mais à l'alchimie délétère qui les unit, il choisit plutôt de montrer ce qui les sépare. Une scène, cependant, emporte l'adhésion. Elle bat au rythme de la danse. Deux prisonniers d'origine argentine commence à esquisser des pas de tango sous les quolibets de leurs camarades de cellule. Mais la maladresse laisse bientôt place à une maîtrise fulgurante. Le filmage est au diapason de la danse, fluide et tendu. Cette séquence permet d'admirer Chico Frumboli, danseur professionnel, ici dans le rôle d'un caïd latino. Sous son influence, le film renoue avec les possibilités organiques de son sujet. Les comédiens, de manière générale, sont tous bons (mention spéciale à l'excellent Jan Hammenecker, vu chez Arnaud Desplechin), même si les possibilités de jeu sont limitées pour Sergi Lopez, coincé dans le rôle étroit du mari pathétique, constamment en colère. D'ailleurs, la jalousie qui le caractérise décrédibilise la relation triangulaire dans laquelle il évolue. C'est d'autant plus regrettable que ne faisant pas assez confiance à sa mise en scène pour raconter son histoire d'enfermement, de désir et de danse, Frédéric Fonteyne ne trouve jamais réellement le bon tempo pour son film.

Le Monde

Film suivi d'un repas

Cinéma & Repas pour les 2 jours 19€ UNIQUEMENT SUR RÉSERVATION

Organisation : BIG BROL ASBL - LE PROGRÈS ASBL

Collaboration: La Province de Hainaut - Article 27 - Fleurs Cristaline-Dutron SA-SPRL - l'Étude (A. Fiore) - Feron Jardins SA Restaurant le Roy d'Ys - la SA Bouton

Big Brol C/O FREDDY GUIDé asbl - N° d’Entreprise : 48023779
rue de la Station, 58/2 – B6140 – Fontaine-l'Évêque - Belgique
Tel : 32 71 54 51 04 – Portable : 32 497 53 50 34 guidf7@gmail.com
Banque:BE29 0682 3389 0164 - IBAN : BE29 0682 3389 0164 – BIC / GKCCBEBB
 

Les commentaires sont fermés.