Pin it!

Au 357 Magnum par dépit

1016568403_ID7539244_0-magnum_143739_H3QL7M_0.JPGMichel, 64 ans, a “explosé” la mâchoire de Fabian...
Fabian a pris une balle en pleine mâchoire. Il aurait pu y rester... Il y a laissé la plupart de ses dents et une année de sa vie dans les opérations chirurgicales.
À cause d’un vieil homme excédé par les incivilités qui pourrissaient son quartier 
de Forchies-la-Marche.

C’est une histoire folle. Un coup de feu tiré par un sexagénaire sur un jeune homme qu’il ne connaissait même pas, qu’il n’avait jamais vu et à qui il ne s’est adressé qu’avec son 357 Magnum... Michel est poursuivi pour tentative de meurtre.
On est en juin 2008. Un soir, après une après-midi trop arrosée, Michel rentre chez lui à la rue Lieutenant Tasse. Il percute au passage le rétroviseur d’un autre véhicule. Le conducteur lui court après, tape à sa vitre... Michel prend peur, il ne s’est pas rendu compte de l’accrochage: il rentre chez lui et appelle la police, inquiet.
Quelques instants plus tard, il aperçoit une camionnette inconnue qui se gare devant son garage. À bord se trouve le couple qui vient de l’interpeller et au volant, Fabian, qu’il n’ a jamais vu. Michel sort de sa maison, pointe les occupants. Et tire. Fabian est touché en pleine figure, la mâchoire explosée... Michel se détourne et part à la recherche des deux autres, en fuite, avant de revenir à son point de départ. Interpellé par la police, dégrisé, il dit alors: “ Je suis désolé. Je ne voulais faire de mal à personne... ”
C’est d’ailleurs la thèse développée par son avocat, Me Jean-Pol Schonnartz. Une thèse audacieuse: “ Michel n’a pas tiré sur Fabian. Il a tiré sur des années de frustrations, d’aigreur, de rancœur contre la dégradation de la qualité de vie dans son quartier, il a tiré contre le détricotage de ses droits de citoyen. Et l’alcool -2,19g/l- lui a permis de se désinhiber, lui qui a une vie rangée d’ancien comptable chez Caterpillar ”. Pour l’avocat, le prévenu n’a plus supporté ces jeunes qui font des courses de voiture ou de quad dans sa rue, qui défient les passants, qui pourrissent la vie des riverains, ces cambriolages à répétition. Et cela même si Fabian n’y était pour rien... Faut-il réellement préciser que le Parquet ne voit pas les choses de la même façon: “ Quand on tire au 357 Magnum, à une distance de 3m60 dans la tête d’un homme, c’est qu’on veut le tuer ou qu’on en accepte le risque ”. 
Depuis les faits, Michel a quitté Forchies et il a suivi une longue thérapie pour voir la vie un peu plus en rose. Il paraît que ça lui réussit...
AN.D.


Les commentaires sont fermés.