Pin it!

Arrêt de travail au CPAS: ça chauffe

Attention.pngMise au point

Lors des précédents posts relatifs au problème du CPAS de Fontaine-l'Evêque, il était possible aux divers lecteurs de devenir intervenants et d'afficher leurs commentaires à la suite de chaque article publié. C'est ce qui est défini par défaut.

Cette possibilité, qui est un avantage que la presse Internet offre, a cependant ses limites. Celles-ci ont été dépassées pour les articles  touchant à cette matière très sensible dans notre commune.

J'ai dès lors décidé, avec l'intention de protéger toutes les parties concernées, de ne plus concéder cette possibilité, pour le sujet concerné.

Nous pourrons ainsi laisser les autorités compétentes régler sereinement ces différends et ce, pour le plus grand bien de notre commune et de son CPAS.

Le personnel, à tous niveaux, a le droit de travailler dans des conditions optimales.

Le correspondant

_________________________________________________________________________________________

n.c. Vendredi 27 janvier 2012

Fontaine-l’Évêque conflit à l’administration

Hier, dix employés ont dénoncé l’insupportable

Depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois selon certains, un conflit opposant certains employés du CPAS et la secrétaire pourrit l’ambiance. Hier, le service s’est paralysé.

Bivort.jpgCe jeudi matin, le CPAS de Fontaine-l’Évêque était à l’arrêt. En cause, un conflit interne qui enraye la machine. Traduisons cet énorme grain de sable déréglant la montre fontainoise en une phrase : au moins 12 employés considèrent qu’il est devenu impossible de côtoyer professionnellement la secrétaire !

Qu’est-ce qu’ils lui reprochent ? De l’agressivité, des faits de harcèlement, des excès d’autorité. “ Nous avons pris connaissance de la problématique ”, expliquait hier le bourgmestre, Philippe Seghin. “ Nous avons entendu ces employés lundi soir et ils nous ont révélé un certain nombre d’éléments troublants. ” Impossible d’en savoir plus, en tous les cas pour la version officielle.

Pour la version officieuse - celle des protestataires -, outre ce qui est écrit ci-dessous, on sait qu’ils dénoncent l’insupportable expression d’autorité de la secrétaire. Cela se traduit par une pression exponentielle, une tension insoutenable et surtout une impossibilité d’espérer que la situation se résolve. Bigre.

Très clairement, il faut trouver une solution et nous nous réunissons ce jeudi soir ”, expliquaient tant le bourgmestre Philippe Seghin que l’échevin de tutelle, Michele Siciliano. Et les acteurs politiques locaux ne désespéraient pas de dégager une solution optimale, dans l’urgence. Car, de l’avis collégial, cela ne peut plus durer.

Objectivement, le divorce entre la secrétaire et cette dizaine d’employés est signé et contresigné. Plusieurs pistes sont envisagées, comme l’idée de mettre en place une séparation physique entre les deux camps. Un déménagement est alors indispensable.

Et malheureusement, on a appris hier en soirée que la réunion programmée s’est terminée sans qu’une solution puisse être dégagée.

Ambiance guère réjouissante à l’administration.

Gauvain

Cet arrêt de travail était-il réellement justifié, n’y avait-il pas une autre option?

OUI

* “ Pour nous, c’est inévitable. Il est devenu impossible de travailler avec elle. Elle nous a demandé de nous présenter au conseil, vêtus d’un tee-shirt sur lequel il est écrit “ Nous ne sommes pas harcelés ”. Elle a exercé des pressions sur plusieurs employées pour publier des avis positifs sur le blogue Sudpresse de la ville de Fontaine.

Suite à la rencontre organisée lundi soir par l’administration, nous pensions avoir été entendus. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Désormais, nous ne nous sentons plus soutenus. Nous avons été écoutés, mais pas entendus. À présent, il faut une réelle solution ou nous ne travaillons plus avec elle. ”

NON

* “ Je refuse de prendre position. Toutefois, je m’étonne de cette décision d’arrêter le travail. L’administration a fait le nécessaire pour tenter de résoudre la situation. Lundi soir, nous avons écouté les employées qui éprouvent des difficultés à travailler avec la secrétaire. Dans l’intervalle, la situation n’a pas évolué, à ma connaissance. Et c’est cela qui nourrit mon étonnement d’observer cet arrêt de travail. De notre côté, nous avons décidé de faire appel à Arista (Service Externe de Prévention et de Protection). La procédure est donc mise en route mais il est un fait évident qu’il faut à présent patienter pour obtenir un rapport d’Arista. Nous l’espérons pour la fin avril ou début mai. ”

Employée au service du CPAS de l’administration. Ponciau.
n.c. Samedi 28 janvier 2012

La secrétaire f.f. s’écarte du CPAS

logo cpas bleu.jpgNouveaux rebondissements dans les couloirs du CPAS de Fontaine-l’Évêque. La secrétaire f.f., Florence Hubo, accusée par une partie de son personnel de harcèlement moral et d’excès d’autorité, a pris la décision de s’écarter du CPAS, pendant au moins un mois. Une décision d’application dès hier. Cette solution temporaire fait suite à l’arrêt de travail effectué ce jeudi matin par une douzaine d’employés excédés par le comporte- ment de la secrétaire.

Suite à l’action des travailleurs, j’ai fait réunir le soir même le Collège communal. Dans la foulée, un point du jour a été fixé, en huis clos, lors du Conseil, pointe Philippe Seghin, le bourgmestre de Fontaine-l’Évêque. Une décision a alors été prise : que le mayeur s’entretienne le lendemain avec Florence Hubo, en compagnie de Marc De Guide, le président du CPAS. “Lors de la rencontre d’hier, elle nous a proposé son écartement du CPAS spontanément, atteste Marc De Guide. Elle ne se sent plus capable d’assurer correctement son travail, vu la situation physique et morale dans laquelle elle se trouve depuis plusieurs semaines. Je comprends la souffrance des gens qui se sont sentis harcelés mais je pense aussi que l’état de Florence Hubo est devenu problématique. ” Reste que cette décision n’est valable qu’à court terme. Certes, elle va sans doute permettre d’offrir des conditions de travail plus supportables. Mais, ne va-t-elle pas reporter le problème à “demain” ? “OK. Mais c’est une solution temporaire en attendant les résultats du rapport Arista, un service externe qui surveille la santé des employés. Ce rapport nous permettra de prendre une vraie décision, pointe Philippe Seghin. Nous avons demandé cette étude depuis plusieurs semaines mais les résultats ne seront disponibles qu’à la mi-avril.

En attendant, il fallait donc agir et trouver une solution temporaire. ”

E.V.

 



 

 

 

Les commentaires sont fermés.