Humeur

  • Pin it!

    Le nouveau défi fou des réalisateurs de Marbie.

    Un film pour financer du social.

    2.jpgA près le succès rencontré par « Marbie, star de Couillu les deux églises », Dominique Smeets et Dominique Dubuisson se lancent dans « La Vérité sort du puits ». Un long métrage à vocation 100% sociale !

    Photo: Lors du tournage de "Marbie Star de Couillu Les Deux Eglises".
    Avec Marbie et Raymond Drygalski.

    Lire la suite

  • Pin it!

    « Sans chirurgie,   j’ai perdu 116 kilos »

    Sa bonne résolution de 2014 arrive à son terme. Aujourd’hui, Benjamin ne pèse plus que 110 kg.

    3.jpg

     

     

    Benjamin Guillaume, à l’aube de ses 27 ans est fier de son parcours. Depuis 3 ans, il a réussi à perdre 115 kg sans avoir recours à la chirurgie bariatrique. Aujourd’hui, c’est une toute nouvelle vie, remplie de nouvelles opportunités, qui s’offre à lui.  

     

    Lire la suite

  • Pin it!

    Trente deux restaurants plébiscités dans la région de Charleroi

    Souper.jpgDe nombreux établissements de la région de Charleroi et ses environs ont été répertoriés dans ce célèbre guide des restaurants. On en compte 32 sur 80. Cette édition 2017 compte quelques nouveautés, comme le Tribeca à Gerpinnes.  

    Le célèbre guide des restaurants Gault&Millau vient de présenter le classement des établissements les mieux notés. Pour cette édition 2017, près de quatre-vingts restaurants ont été répertoriés, dont trente-deux dans la région de Charleroi.

    Parmi les restaurants qui figurent dans ce guide, il y a quelques nouveautés comme le Tribeca à Gerpinnes. Ouvert depuis le 25 juin dernier, Ce restaurant propose de la cuisine française avec des produits de marchés et issus du circuit court.

    Une entrée aussi remarquable qu’inattendue pour ce restaurant qui a ouvert ses portes en juin dernier.  « Nous avons été agréablement surpris » , nous confie Christine Fauville, la cheffe de cet établissement.  « Nous sommes très heureux et très fiers. » 

    Pour la suite, Christine Fauville et son équipe vont continuer à travailler dur pour s’améliorer.

    Voici la liste des restaurants et leur note entre parenthèses : 

    -Le Prieuré Saint-Géry à Solre-Saint-Géry (18).

    -L’Éveil des Sens à Montigny-le-Tilleul (17).

    -Le Délice du Jour à Gerpinnes (16).

    -Les Trois P’tits Bouchons à Mont-sur-Marchienne (15).

    -La Part des Anges à Ragnies (15).

    -Le Val d’Heure à Montigny-le-Tilleul (15).

    -L’Esprit Bouddha à Gosselies (15).

    -Restaurant Chermanne à Charleroi (14).

    -Espace Culinaire Bulthaup à Gosselies (14).

    -Le Saint-Charles à Marcinelle (14).

    -Les Vrais Soudeurs à Thuin (14).

    -2 fenêtres à Charleroi (13).

    -La Vigneraie à Mont-sur-Marchienne (13).

    -Côté Terroir à Gozée (13).

    -Détail et Nous à Ham-sur-Heure/Nalinnes (13).

    -Le Mont-à-Gourmet à Gouy-lez-Piéton (13).

    -Au Provençal à Charleroi (13).

    -Sotto Il Ponte à Couillet (13).

    -Version Originale à Mont-sur-Marchienne (13).

    -De Vous à Nous à Montigny-le-Tilleul (13).

    -On 600 Bien à Jumet (13).

    -Les caves de l’Abbaye d’Aulne à Gozée (recommandé).

    -Le Bambino à Monceau-sur-Sambre (recommandé).

    -La Casa Nuova à Montigny-le-Tilleul (recommandé).

    -Il Trulletto à Ransart (recommandé).

    -Kokeshi à Gosselies (recommandé).

    -Le Monteco à Monceau-sur-Sambre (recommandé)

    -New Vintage à Gosselies (recommandé)

    -Le Pré Vert à Ham-sur-Heure/Nalinnes (recommandé).

    -Vin… rue des écoles à Ham-sur-Heure/Nalinnes (recommandé).

    -Da Mimmo e Giovanna à Ransart (recommandé).

    -Tribeca à Gerpinnes (recommandé). 

    O.Pâq.

     

  • Pin it!

    Le cimetière dans un état déplorable

    Pour certains citoyens, le site de Fontaine-l’Evêque est, comme celui de Leernes, laissé à l’abandon 

    À l’instar du cimetière de Leernes, Pascal, un Fontainois, déplore l’état dans lequel se trouve celui de Fontaine-l’Evêque. « J’ai découvert un lieu totalement laissé à l’abandon. » Malgré nos nombreuses tentatives hier, le bourgmestre Noël Van Kerckhoven (PS) et l’échevin en charge des cimetières étaient injoignables.

    En allant se recueillir sur la tombe de ses parents au cimetière de Fontaine-l’Evêque ce dimanche, Pascal s’est indigné de voir l’état dans lequel se trouve le site. « De nombreuses mauvaises herbes poussent un peu partout dans les allées », explique-t-il. Ce citoyen de Fontaine-l’Evêque espère que les services de la Ville vont se rendre dans les plus brefs délais sur place afin de procéder à un nettoyage approfondi des lieux.
    Thierry Portier

    Les cimetières de l’entité de Fontaine-l’Evêque sont-ils mis de côté par les autorités locales ? Oui, à en croire certains citoyens. 

    De fait, le cimetière de Fontaine-l’Evêque est dans un état déplorable. Une situation qui rappelle celle du cimetière de Leernes. L’état dans lequel se trouvait ce dernier avait également interpellé les citoyens.

    Selon eux, le cimetière de Fontaine-L’Evêque fait peine à voir.  «Je suis allé ce dimanche sur la tombe de mes parents , explique Pascal.  J’ai découvert un cimetière totalement laissé à l’abandon. J’ai l’impression qu’il n’a plus été entretenu depuis la Toussaint.» 

    Et de poursuivre,  «Il y a énormément de chardons et d’autres hautes mauvaises herbes qui poussent un peu partout dans les allées.» 

    Une situation inacceptable, selon lui, compte tenu du fait que la commune a les moyens de lutter contre la prolifération de mauvaises herbes dans ces lieux où les gens peuvent se recueillir. «Les autorités locales ont une très mauvaise gestion de leurs cimetières.» 

    Un Collège injoignable

    Du côté de la commune, à l’époque où le cimetière de Leernes faisait polémique, le bourgmestre Noël Van Kerckhoven (PS) avait expliqué que l’une des trois personnes en charge des cimetières était en congé. Un manque d’entretien dû à un manque de personnel durant les grandes vacances ? Toujours est-il que malgré nos nombreuses tentatives hier, le bourgmestre et l’échevin en charge des cimetières étaient tous les deux injoignables. 

    Mais comme pour celui de Leernes, les équipes de la Ville seront sans doute envoyées sur place dans les plus brefs délais. C’est en tout cas le souhait de Pascal.

    À noter que la commune utilise, pour ne plus recourir aux pesticides, l’eau chaude à très haute pression pour désherber l’espace public. Une technique propre pour l’environnement mais qui prend plus de temps à agir que les pesticides.

    O.Pâq.

     

     

    GESTION DIFFÉRENCIÉE DES ESPACES VERTS 

    Un cimetière végétalisé à Gerpinnes-centre

     

    Suite aux effets néfastes des pesticides sur l’environnement, l’alimentation et la santé, Gerpinnes a choisi de se doter d’une nouvelle gestion de ses espaces verts : la gestion différenciée des espaces verts. L’objectif est de se préparer à l’année 2019. Date à laquelle, les communes ne pourront plus utiliser le moindre pesticide.

    Les cimetières, en tant qu’espace public, sont également visés. Ainsi dans celui de Gerpinnes-centre, les élus locaux ont ensemencé les zones entre les tombes. Les allées principales resteront, quant à elles, en gravier. Quant à la plante couvre-sol qui sera choisie, elle est actuellement en train d’être testée.

     

  • Pin it!

    Musées fermés depuis 2007, les œuvres pourrissent 

    1.jpgCelui du Gazomètre pourrait rouvrir avant 2018

    Le musée de la Mine et du Clou est, tout comme celui du gazomètre, fermé au public depuis 2007.

    Th.P.

    Les musées de la Mine, du Clou et du Gazomètre, situés en contrebas du Château Bivort sont fermés depuis 2007. Aucune mesure conservatoire n’a été mise en place après sa fermeture. Les œuvres, surtout celles placées dans le musée du Clou et de la Mine, pourrissent. Il y a peu de chances de voir ce musée rouvrir prochainement. Par contre, des solutions existent pour celui du Gazomètre. 

    Inaugurés respectivement en 1968, 1999 et 2001, les musées de la Mine, du Gazomètre et du clou sont aujourd’hui fermés au public. Une situation qui ne date pas d’hier. De fait, situés en contrebas du château Bivort, soit près de l’Espace Nicolas, ces musées ne sont plus accessibles depuis 2007.

    La raison ? Des mesures d’économie selon le bourgmestre actuel Noël Van Kerckhoven (PS).  « L’ancien Collège communal a fait fermer les deux sites car ils étaient trop coûteux en termes de frais de fonctionnement (électricité, chauffage, etc.). » 

    Pourtant, ces musées renferment une partie de l’histoire de la commune. Cette dernière était reconnue dans le monde entier pour sa fabrication de clous tant par sa qualité que sa diversité. De nombreuses exploitations minières se trouvaient sur le territoire fontainois.

    Pourtant, il semblerait que les autorités locales aient mis de côté leur passé historique. Ainsi au sein du musée de la Mine et du Clou, la vétusté des lieux est telle qu’il y a malheureusement peu de chances de le voir rouvrir un jour. « Une partie du musée est sous-eau. Il y a de nombreux tableaux de présentation de clous qui sont aujourd’hui fort abîmés à cause d’une humidité omniprésente. Les œuvres et machines comme la forge sont rouillées. Une partie du plafond s’est effondrée. » 

    Bref, de nombreux milliers d’euros seraient nécessaires pour réhabiliter les lieux.  « Il faut dire qu’aucune mesure conservatoire n’a été mise en place depuis 2007 » , déplore le bourgmestre également en charge du Tourisme. 

    Quant au musée du Gazomètre situé en face de celui de la Mine, la situation est moins chaotique.  « Nous chauffons les lieux de temps en temps pour éviter qu’ils ne prennent l’humidité. Néanmoins, là aussi des problèmes existent. Certaines pièces du gazomètre qui alimentent en électricité le musée sont à remplacer. Remettre en ordre le site est prioritaire par rapport à l’autre. » 

    Pour cela, la commune va devoir se mettre à la recherche de subventions, auprès de la CGT (Commissariat général au Tourisme) notamment.  « Nous allons également interpeller ORES. À l’époque, nous avions réussi à être sponsorisés par Electrabel. Nous espérons rouvrir le musée du Gazomètre avant la fin de notre mandature, soit avant 2018 » , termine Noël Van Kerckhoven. 

    Enfin, la réouverture de ces musées amènera du public aux abords de l’Espace Nicolas. Cela serait peut-être la solution tant recherchée par les autorités locales pour diminuer les incivilités qui ont lieu sur ce site depuis de nombreuses années.

    O.Pâq.

    La réaction du Président du CHAF: Moyen d'en faire quelque chose

    Président du C.H.A.F. (cercle d’histoire et d’archéologie de Fontaine-l’Evêque), Roland Poliart nous rappelle l’historique et l’importance du métier de cloutier à Fontaine-l’Evêque.

    De fait, en 1764, l’industrie cloutière comptait dix-sept forges produisant 84.000 livres de clous et occupant 84 ouvriers . « La ville était clairement reconnue comme étant la capitale mondiale du clou , précise Roland Poliart.  Ils étaient vendus sur tous les continents. » 

    La ville de Fontaine-l’Evêque peut également se vanter d’être l’une des premières villes européennes à avoir été éclairée au gaz.

    Quant à la situation dans laquelle se trouvent les deux musées, Roland Poliart est attristé.  « Nous n’avons pas senti la volonté des élus locaux de maintenir les lieux en ordre. Il y avait pourtant encore moyen d’en faire quelque chose. »

     

  • Pin it!

    Près de 4000 jeunes sans emploi et sans ressources.

    NouvelleGazette.jpg

    En 2016, le gouvernement fédéral prévoit une explosion du nombre de jeunes demandeurs d’emploi privés d’allocation d’insertion, laissés souvent dans le dénuement le plus total. En cause, les différentes mesures entrées en vigueur en 2015.  

    Au sortir de leur année scolaire, selon l’Onem, 1.849 jeunes sans emploi, de moins de 21 ans, se sont vu refuser le droit aux allocations d’insertion (sur les 4 derniers mois de 2014).

    Ils ne possédaient pas le sésame requis : un diplôme de fin de secondaire, ou équivalent. Pire, le nombre de ces jeunes démunis risque de doubler en 2016. Selon le ministre de l’Emploi, Kris Peeters (CD&V), « il pourrait s’élever à 3.949 en 2016  » ! 

    « N  otre crainte, c’est de « perdre » les jeunes qui venaient auparavant uniquement pour percevoir une allocation », lance Stéphanie Wyard, porte-parole du Forem. « Par exemple, un garçon sans diplôme qui aurait arrêté l’école à 18 ans. On voudrait qu’il s’inscrive au Forem même s’il ne perçoit pas d’allocation. Au moins, il bénéficierait de conseils sur la manière de constituer un CV, de postuler, de se présenter à un entretien etc.  » Pour rappel, le gouvernement de Charles Michel a pris, lors de l’année écoulée, plusieurs mesures lourdes de conséquences en matière d’emploi. La dernière en date : en septembre, les jeunes de moins de 21 ans qui n’ont pas obtenu leur diplôme de fin du secondaire ont perdu leur accès à l’allocation d’insertion. Par ailleurs, ils doivent désormais, avant de pouvoir en bénéficier, avoir réalisé au moins un an de stage d’insertion et reçu deux évaluations positives du Forem. 

    Certains cas sont absurdes. Ils concernent souvent des jeunes, à peine plus âgés et parfois bardés de diplômes, mais qui se retrouvent totalement privés de revenus. Car, depuis janvier 2015, les diplômés de plus de 25 ans sont eux aussi privés de leur allocation d’insertion.

    « Diplômée mais trop vieille » 

    Comme Barbara, de Louvain-la-Neuve, diplômée en septembre dernier d’un master en biologie. Actuellement à la recherche d’un emploi, elle ne bénéficie pourtant d’aucune allocation car… elle avait plus de 24 ans lorsqu’elle a obtenu son diplôme ! En y ajoutant la durée du stage d’insertion, elle dépasse donc la barre fatidique des 25 ans. 

    Barbara n’a pourtant jamais raté une seule année d’étude. Mais, au terme de ses secondaires, elle est partie au Costa Rica et en Afrique du Sud, afin, notamment, de parfaire sa connaissance de l’espagnol et de l’anglais.

    « Je me sens piégée et délaissée car ils ont changé les règles du jeu en cours de route. Si j’avais connu d’emblée les changements qui allaient être opérés, je ne serais pas partie à l’étranger. En fait, avec ce système, ceux qui arrêtent leurs études à 18 ans ou privilégient un bac sont favorisés  », regrette-t-elle. 

    Le montant de ces fameuses allocations varie. Un isolé percevra 320,32 € par mois s’il a moins de 18 ans, 503,62 € entre 18 et 20 ans, 834,34 € à partir de 21 ans. Pour un cohabitant de moins de 18 ans, l’allocation sera de 271,96 € et de 433,94 € pour un majeur. 

    Enfin, depuis janvier 2015, un autre changement législatif a modifié le paysage de la demande d’emploi. Entre janvier et novembre, 22.727 personnes qui touchaient des allocations d’insertion depuis plus de 36 mois ont été exclues, dont une grande majorité de Wallons. Largement de quoi participer à la baisse spectaculaire du chômage (-11,2 % entre décembre 2014 et 2015) dans notre pays. 

    Adrien de Marneffe

     

  • Pin it!

    Poker: L. Gaone

    Poker.jpgDe simple amateur de cartes, le Fontainois Leandro Gaone est aujourd’hui, huit ans après sa création, à la tête du plus grand club de poker en Wallonie. Poker Belgique, une success story carolo, qui nous mène jusque dans les salles professionnelles du Casino de Namur. 

    À la base, c’était une passion bien plus qu’un travail. Aujourd’hui, les deux. Tout commence à Fontaine-l’Evêque il y a 8 ans. Depuis ses 21 ans, Leandro Gaone joue au poker. Au début en amateur, sur Internet. Il n’est pas le seul à cette époque : la vague poker a alors envahi toute la Belgique. Tout le monde joue : dans son salon, dans les bars, sur le net. 

    «J’ai décidé de créer un forum pour entretenir cette communauté, explique-t-il. Le nom était tout trouvé : Poker Belgique.  Avec  le nombre d’inscrits qui ne cessait de grandir, nous avons eu envie de rencontrer tous ces fans, comme nous, de poker.»

    Ces amis se lancent alors dans l’organisation de tournois gratuits. Et du même coup, créent une ASBL. Le premier événement attire une centaine de personnes. Puisqu’il en est le trésorier, les premières rencontres ont lieu au club de tennis de table de Fontaine.

    Mais la salle devient bientôt trop petite pour les toujours plus nombreux participants, Poker Belgique déménage donc à Anderlues.

    LG.jpg

    D’un événement par mois en 2007-2008, ils en sont à 4 par semaine début 2012, soit quelque 1.000 personnes par mois. «Nous avons alors franchi le cap et décidé de salarier 2 personnes sur les 4 de base au sein de l’ASBL. Un petit salaire. Mais l’organisation de tous ces tournois prenait tellement de temps qu’il fallait s’y consacrer à plein-temps.» 

    Monster

    Et en janvier 2013, c’est une belle récompense : Poker Belgique devient le club de poker résident du Casino de Namur, et y organise actuellement 5 à 6 événements par semaine. Fort de ses 5.000 membres, il est aujourd’hui le plus important club de poker de Wallonie, et le second de Belgique : Poker Night, en Flandre, compte grosso modo autant de membres. Leur événement incontournable ? Le Monster : 1.000 joueurs s’étaient rassemblés fin 2014. « Et rebelote cette année ! Du 02 au 09 novembre 2015, nous espérons bien pouvoir battre ce record ! » Les petits plats seront mis dans les grands, avec notamment un partenariat avec Golden Palace. 

    Citons encore Le Poker Belgique Masters, dont la quatrième édition aura lieu le premier week-end d’avril 2016.

    «C’était une passion, et pour mon plus grand bonheur, c’est maintenant mon travail. Poker Belgique est une belle aventure, qui devrait se poursuivre encore longtemps ! Il va de soi que tous les amateurs de poker sont les bienvenus chez nous.» 

    J.D.

    Pour contacter Poker Belgique, n’hésitez pas à écrire à  leandro@pokerbelgique.be(0495/790.740) ou encore https ://www.facebook.com /PokerBelgique.

  • Pin it!

    Un immigré pas comme les autres?

    Apple_Computer_Logo_rainbow.svg.jpgÊtre immigré ou fils d’immigré ne signifie ni inculture, ni incompétence, ni manque de potentiel.

    Le cas de Steve Jobs, nº1 d’Apple, qui nous a notamment donné l’IPhone, en est la preuve. Il est né le 24 février 1955 à San Francisco d’un père d’origine syrienne, étudiant en sciences politiques. Sa mère, Joanne Carole Schieble, était une riche héritière américaine.

    Quand la jeune fille est tombée enceinte d’un non chrétien, son père a menacé de la déshériter. La jeune femme a donc cherché une famille d’adoption. Le petit Steve a été adopté à la naissance par Paul Reinhold Jobs et sa femme Clara, une Arménienne. Quant aux parents biologiques de Steve, malgré l’opposition parentale, ils ont fini par se marier en 1955.

    Le futur boss d’Apple (décédé en 2011) a appris à lire avant même d’entrer à l’école. Il a commencé à travailler tout en étudiant dès l’âge de 13 dans le domaine de l’informatique avant de connaître une ascension fulgurante.
    V.B.

  • Pin it!

    Chute d'arbres à Leernes

    Attention si vous passez par certains sentiers à Leernes.

    Depuis plusieurs mois des terrains privés, peu ou pas entretenus, sont de véritables dangers pour les personnes se déplaçant à pied ou à vélo sur certains sentiers communaux.

    La moindre brise ou pire, des vents forts comme ceux qui sont courant durant l'été, font chuter des arbres pourris issus de parcelles laissées à l'abandon, en bordure de sentiers ou de routes carrossables.

    Méfiez-vous donc avant d'être les victimes de l'inconscience !!!

     20293788464_5e0032fa76_k.jpg

  • Pin it!

    Immobilier à Fontaine-l’Évêque

    3.jpg

    Les maisons deux-trois façades ont enregistré une augmentation de 14,81 % par rapport à la moyenne des prix de 2012. Toutefois, par rapport à 2011, l’augmentation ne s’élève qu’à 3,83 %.


    Pour les quatre façades, il y a une augmentation de 11,88 % par rapport à 2012, mais est quasi identique à celle de 2010.


    Les villas notent une augmentation de 3,26 % alors que les appartements observent une diminution de 5,45 %.

    FL.jpg

    NouvelleGazette.jpg