La photo du dimanche - Page 2

  • Pin it!

    Joyeuses Pâques

    Je vous souhaite une très bon week-end Pascal. 

    Fleur sepia.jpeg

    Arbre en fleur, ce dimanche matin

  • Pin it!

    Charleroi a son nouveau métro

    metroleger-tec-dossier.jpgCe lundi 27 février 2012, c’était jour de célébration à Charleroi. Le métro léger a fait peau neuve. Presque 26 ans après l’inauguration du premier tronçon, entre Villette et Sud, le métro carolo est entré dans sa phase de concrétisation.

    Véritable alternative à la voiture individuelle, le nouveau moyen de transport se veut rapide, efficace, fréquent et démocratique. Une grande attention est également portée à la sécurité. Tout est mis en œuvre pour vous simplifier la ville.
    Le métro de Charleroi, c’est simple comme 4 numéros de ligne (1, 2, 3, 4) ou 4 couleurs (rouge, vert, jaune, bleu), selon vos préférences. S’il faut encore patienter un peu avant l’inauguration de la ligne 3, jaune (reliant Charleroi à Gosselies, elle devrait être mise en service d’ici un an), les autres lignes sont effectives depuis ce lundi 27 février.

    Pour Fontaine-l’Évêque:

    Les lignes 1 et 2 remplacent les lignes 88 et 89

    La ligne 1, rouge, circule entre Charleroi et Anderlues, avec un passage dans la boucle centrale. Longue de 13,7 kms, elle compte 17 arrêts. Le métro part d’Anderlues toutes les 30 minutes, aux heures 15 et 45. La ligne 2, verte, relie Charleroi à Pétria, avec un passage dans la boucle centrale. Elle emprunte le même parcours que la ligne 1 mais est plus courte de 3,6 kms. Le métro part toutes les 30 minutes de Pétria aux heures 00 et 30. Les lignes 1 et 2 remplacent les anciennes lignes 88 et 89.

    Bon à savoir !
    Les tarifs du métro sont les mêmes que pour le bus. Votre abonnement de bus est valable pour autant que les zones parcourues soient les mêmes.


    Billet
    1 et 2 zones 1,70 €
    3 zones 2,55 €
    4 zones 3,40 €


    Carte
    Urbaine (2 zones maximum en zone 1, 2 et 7) 8 € la carte soit 1 € le trajet
     
    Inter (à partir de 3 zones)
    7 € la carte soit 1,17 € le trajet


    Abonnement Voir dépliant « Tarifs 2012 »
     

    FB.jpg

    Vous pouvez vous procurer  un titre de transport dans les TEC shop (gare de Charleroi Sud et certaines stations) ou les TEC Express (distributeurs). Si vous ne pouvez accéder ni à l’un ni à l’autre, il est toujours possible d’en acheter un auprès du chauffeur.

    Le réseau est hyper sécurisé. Un immense dispositif de caméras est mis en place. Des bornes d’urgence sont à votre disposition sur les quais. Des équipes de professionnels veillent à votre sécurité.

    Certaines lignes de bus sont adaptées. C’est le cas des lignes 14, 17, 19, 20, 25, 35, 28 et 710. Une nouvelle ligne, la ligne 62 reliant Gilly Soleilmont à Jumet Madeleine, est créée. Elle dessert les zonings de l’Aéropole, Ju

    met, Gosselies, Fleurus et Heppignies. Plus d’infos sur le site www.infotec.be

    Le tram est prioritaire sur les voitures, les autres usagers de la route et les piétons. Soyez vigilants.

    Le nouveau métro crée de l’emploi. 65 personnes ont été engagées : chauffeurs, contrôleurs, vigiles, techniciens.

    http://www.terreencommun.be

  • Pin it!

    “Ailleurs qu’à Binche? Impossible”

    phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpgENTRETIEN: Philippe Seghin Bourgmestre (MR) de Fontaine-l’Evêque. Gille de Binche depuis 1959 À PROPOS Du carnaval de Binche Philippe Seghin, 72 ans, est bourgmestre de Fontaine-l’Evêque, sa commune de naissance. Mais il est membre d’une vieille famille binchoise. Des origines qui remontent au XVII siècle selon notre interlocuteur. Depuis 1959, il est gille de Binche. Il nous raconte sa passion: l’émotion est palpable.

     

     Il y a Paul Furlan (Thuin), David Lavaux (Erquelinnes) et vous: le carnaval de Binche est donc une affaire de bourgmestres. D’où vient cette tradition chez vous?

    Je suis né à Fontaine-l’Evêque, mais je suis originaire d’une vieille famille binchoise. L’arbre généalogique d’un de mes oncles remonte au XVIIe siècle, d’ailleurs. Je me souviens de mon grand-père en gille. Je suis né dedans, j’ai un tambour dans le ventre, comme on dit. Vers quatre ou cinq ans, je traînais derrière mon père. J’adore danser sur les airs du carnaval. J’ai commencé aux “ Indépendants ”, une société qui s’est scindée deux fois. Maintenant, je suis aux “ Jeunes indépendants ”, depuis 31 ans.

    Et à quel âge avez-vous fait le grand saut?

    Mon père était sévère. Il m’a dit un jour, en me vouvoyant: “ Vous ferez le gille, quand vous aurez une situation! ”. C’était un peu con, mais je le respectais, donc je n’ai commencé qu’en 1959, à 21 ans. Chaque année depuis, j’ai fait le carnaval de Binche. Depuis un an, je ne fais cependant plus le Mardi Gras. La fatigue s’installe. Je ne l’ai également pas fait en 1965, car mon père est décédé en janvier.

    Vous avez eu des récompenses?

    J’ai eu les médailles des 25 et 40 ans comme gille. J’ai raté celle des 50 ans, parce que je ne fais plus que le dimanche. Dur de récupérer après une telle journée, à mon âge. En plus, je n’ai pas de maison là-bas... C’est moins facile de se lever à Fontaine pour être prêt à 5 heures du matin, le mardi.

    Cela ne fait pas mal de ne plus faire le Mardi Gras?

    Je n’y arrive plus. J’ai besoin de tambour. Je ne suis pas un gille tranquille, je suis toujours en action. Alors, commencer pour m’arrêter crevé à 12 heures, non. D’autant que le cortège n’est pas mon moment préféré, même s’il est nécessaire. On a plus de mal à y danser. Surtout avec le chapeau. Le matin du mardi dès 6 heures, on part dans la Ville, dans le noir, avec le tambour. On passe devant les gens qui ne peuvent plus faire le gille à cause de leur santé. Qui vous embrassent en pleurant, après que vous leur avez lancé le ramon. C’est émotionnel, d’aller ensuite à l’Hôtel de Ville devant ce monde. Et le mardi soir, après le feu d’artifice, c’est pareil. Les gens s’en vont et restent les Binchois, qui réapparaissent...

    Que gardez-vous comme souvenirs de ces carnavals?

    J’ai toujours mes costumes du dimanche. Certains créent d’ailleurs l’ambiance: on se costume tous de la même façon dans notre cagnotte. On en a porté de beaux: le cireur noir américain, le Schtroumpf, le professeur Tournesol... Cette année, c’était le Pirate des Caraïbes.

    En tant que bourgmestre de Fontaine, on a dû bien vous chambrer à ce sujet...

    Je me suis lancé en politique en 1970. Aux premières élections auxquelles j’ai participé, les tracts de la très forte majorité PS d’alors étaient féroces à ce sujet. Cela disait quelque chose du type: “ Seghin n’est jamais là, il fait le malin à Binche. ” Ça a changé, heureusement.

    Si vos citoyens vous avaient demandé de faire le gille à Fontaine, l’auriez-vous fait?

    Non. De toute façon, si je le fais, je ne pourrais plus l’être à Binche. Je respecte énormément le carnaval de Fontaine, le Laetare. J’y vais d’ailleurs et je suis président d’honneur des Philanthropiques à Fontaine. Mais le carnaval de Binche est incomparable. Le vrai, c’est le Mardi Gras!

    Et donc, quand vous ne faites pas le carnaval mardi, comment vous sentez-vous?

    Je me lève tôt et je pleure pendant des minutes. Je préfère ne pas aller à Binche du tout. C’est trop dur. Comme on dit pour ces Binchois qui n’aiment pas le carnaval -si ça existe!-, je préfère “ m’en aller à Blankenberge ”, car cela me fait trop mal au cœur. Pour l’anecdote, et pour vous dire à quel point c’est important pour nous: j’avais un cousin binchois qui était au Congo à l’époque. Le jour du Mardi Gras, il se levait, mettait ses airs de gilles sur le tourne-disque et il dansait seul. Il paraît d’ailleurs que durant la guerre 40-45, dans les stalags allemands, des Binchois utilisaient leurs gamelles pour faire les airs de Gille, le jour du Mardi Gras. On est comme ça, nous, les “ Binchous ”.

    431167_155962227855783_100003260195501_218062_370233908_n.jpg

     

  • Pin it!

    Vague de froid

    La Belgique vit sa plus longue vague de froid depuis plus de 70 ans

    phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpgLa Belgique est en train de vivre sa plus longue vague de froid depuis plus de 70 ans. Il s’agit en effet du treizième jour consécutif où le thermomètre affiche moins de zéro degré à Uccle, ont indiqué samedi les météorologues Eddy De Mey et David Dehenauw.

    La plus longue vague de froid pourrait même atteindre les quatorze jours, dimanche étant attendu comme à nouveau glacial. Le dégel fera ensuite immanquablement son apparition.

    La dernière vague de froid, en janvier 1997, avait duré douze jours, tout comme celle de janvier 1987, selon Eddy De Mey.

    D’après David Dehenauw, une plus longue période de gel avait été enregistrée en janvier 1941. Les températures se sont ainsi situées en-dessous de zéro degré du 1er au 17 janvier.

    “Il n’est néanmoins pas assuré que nous vivions actuellement la période la plus froide, mais l’on peut d’ores et déjà dire que c’est effectivement exceptionnel de connaître treize jours de températures négatives, et probablement quatorze jours dimanche”, explique David Dehenauw.

    Il précise également que la vague de froid touche principalement le centre du pays. Dans l’ouest du pays, le mercure a tout de même dépassé le zéro de temps à autre.

    Rédaction en ligne

    Publié le 11/02 à 17h07

     

  • Pin it!

    La photo du dimanche

    A un jet du printemps, l'hiver abat ses dernières armes.

    _MG_7343.jpg

  • Pin it!

    Joyeux Noël

    Je vous souhaite de passer un agréable réveillon ainsi qu'un jour de Noël plein de bonheur.

    Derry.

    Voeux.jpg

  • Pin it!

    La photo du dimanche

    Premières neiges sur Fontaine-l'Evêque

    Neige1.jpg

    Panorama-hiver.jpg

    Cliquez pour agrandir

  • Pin it!

    Mon dimanche à moi (Jean-Marc Nollet)

    Ce qui l’a marqué dans l’actualité de la semaine

    Il joue en Nationale 2 pour Mont-Saint-Guibert

    Jean-Marc Nollet Ministre Ecolo.

    Le dimanche, le vice-président de la Région wallonne et de la Communauté française prend son temps. « Le rythme est moins soutenu, ça permet de relâcher «. Et de s’aérer l’esprit en VTT ou au volley. Ou de boire un pot avec les amis.

    Nollet.jpgLe dimanche, c’est le jour où je peux dormir jusqu’à 8 h, au lieu de 5h30 en semaine. Le rythme est moins soutenu, sauf si j’ai “ Controverse ” ou “ Mise au point ”. Ces débats TV ne sont pas une corvée, ça fait partie de mon métier ”.

    Au volley maquillé

    Ses prestations télévisées n’empêchent pas le ministre Ecolo de retrouver ses coéquipiers du volley de Mont-Saint-Guibert: “ C’est parfois la course entre le plateau TV et le hall de sport. J’ai déjà joué des matches... tout maquillé ”.

    Du haut de son mètre 90, Nollet évolue en attaque. Il n’est pas le plus assidu aux entraînements (“ en semaine, je n’ai pas le temps ”). Il n’est pas le plus jeune non plus (41 ans alors que le cadet de l’équipe a 16 ans à peine). “ J’ai un entraîneur compréhensif ”, sourit le ministre. “ Et je me retrouve aussi sur le banc, faut pas croire! Disons que je joue sur mon expérience et que j’ai encore des genoux ”.

    Les Guibertins ne se débrouillent pas trop mal: on les pointe à la deuxième place du championnat.

    Le dimanche, c’est aussi les réunions scoutes pour les enfants de Jean-Marc Nollet, dans leur village à Fontaine l’Evêque (Charleroi). Theresa (14 ans), Diego (11 ans) et Nora (9 ans) sont dans les mouvements de jeunesse, comme leur papa jadis. “ Ils adorent jouer dans les bois ”, dit-il.

    Bricoleur à ses heures

    Parfois, le papa et son fils s’enferment dans le garage-atelier pour bricoler: une cage pour la poule, un clapier pour le lapin...

    Le dimanche, c’est aussi l’occasion d’improviser des apéritifs avec des amis qui débarquent à la maison ou de faire du VTT dans les bois.

    Histoire de ne pas démarrer sa semaine avec “ un passif ”, Jean-Marc Nollet s’oblige toujours à travailler un peu le dimanche: “ Lire une dernière note, un dernier document... pour reprendre lundi avec un agenda dégagé ”.

     “ Je pense surtout aux conséquences pour les gens qui perdent leur emploi, la valeur de leurs biens... Le coût des choses, des produits de première nécessité notamment, va augmenter. Ce pays bascule d’une situation confortable à une situation précaire. C’est interpellant, d’autant que c’est un pays voisin «.

    * “Pour boucler le budget de l’Etat fédéral, le MR veut faire payer les Régions et les Communautés, alors qu’on fait des efforts depuis 2 ans déjà, se fâche le ministre Ecolo. En deux ans, nous avons fait un milliard d’euros d’économie pendant que le gouvernement était en affaires courantes. Chacun sa part d’effort.

    Au Fédéral à faire des économies ”. (F. DE H.)

    n.c.

     

     

  • Pin it!

    La photo du dimanche 2

    Cette semaine, je vous propose une vue du clocher de l'église de Forchies-la-marche.


    L'église de Forchies-la-marche.jpg


    N'oubliez-pas, vous pouvez contribuer à cette rubrique en m'envoyant vos photos sur cette adresse: thdc@me.com