La Commune - Page 5

  • Pin it!

    Jubilés 2015

    Cérémonie de célébration des noces de Brillant, Diamant et Or à la Salle des Fêtes: quelques photos.

    21776831275_a7dc3e8175_z.jpg

    Album.jpg

  • Pin it!

    La salle des fêtes fermera ses portes

    Travaux.jpgLa salle des fêtes de Fontaine-l’Evêque, située sur la place de Wallonie, fermera ses portes le 1er janvier 2016. Et ce, pour des raisons de sécurité. Le bâtiment est fissuré et est victime de graves problèmes de stabilité. C’est une décision qui ne réjouit pas du tout le collège communal. « Mais nous n’avons pas d’autres choix. La sécurité avant tout » , a déclaré Noël Van Kerckhoven, le bourgmestre de la commune.

    C’est en mai dernier que ces problèmes ont été mis à jour. «Nous voulions en effet réduire les coûts de consommation en matière de chauffage et d’électricité dans ce bâtiment. Viser quelque chose de plus économe. Nous avons donc demandé une étude. Et c’est alors que l’on a remarqué la présence de grosses fissures. Il y avait en fait des problèmes de stabilité dus à l’affaissement des anciennes mines sous les terrains de la commune. C’est un véritable gruyère en dessous de nos pieds…», a expliqué le bourgmestre.

    Du coup, il n’est plus du tout question de rénovation pour réduire les consommations d’énergie… Mais plutôt de rénovation pour pouvoir continuer à utiliser la salle !
    «Le problème, c’est que ce sont de très gros travaux. Nous avons commandé une étude pour savoir combien cela nous coûterait exactement pour pouvoir la remettre aux normes. Mais les budgets de la Ville sont serrés…», continue Noël Van Kerckhoven.
    En attendant ces travaux, le collège a pris la décision de fermer la salle à partir du 1er janvier. «Nous la gardons jusqu’au 31 décembre vu que de nombreux événements y sont déjà planifiés. Mais pas plus longtemps».

    Cette salle des fêtes, située sur la place de Wallonie, est pourtant la seule que la Ville possède.
    «Nous avions celle près de l’ancienne église Saint-Vaast mais elle a été fermée dans le cadre du réaménagement de ce quartier-là. Nous ne savons donc pas encore où nous allons pouvoir célébrer les noces, les fêtes et les événements communaux à venir», conclut le bourgmestre.
    A.W.
  • Pin it!

    Partenariat conclu entre CPAS et Foyer Fontainois

    Cpas.jpgUn accord concrétisé entre Nathalie Maghe et Sébastien Verstricht

    DR

    Le CPAS de Fontaine-L’Évêque et la Foyer Fontainois ont décidé d’augmenter leur collaboration. Dorénavant, trois articles 60 travaillent dans les locaux de la société de logement. Et dans le futur, les deux présidents espèrent développer ces échanges.

    C’est une première dans l’entité de Fontaine-L’Évêque. « Et nous sommes ravis. Ravis d’avoir eu cette idée, ravis d’avoir lancé ça et ravis que cela se soit conclu si rapidement ! », déclare d’emblée la présidente, Nathalie Maghe, du Foyer Fontainois, la société de logements sociaux présente sur la commune. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Un partenariat, simplement, entre le CPAS de Fontaine-L’Évêque et cette société de logements. « Aujourd’hui, je ne comprends pas comment on n’a pas réalisé cela plus tôt. C’est la première fois que cela se fait ici. Pourtant, c’est déjà le cas à Charleroi, à Thuin... Bref, on a lancé ça aussi », nous explique-t-elle, très enthousiaste.

    1.jpg

    Un accord concrétisé entre Nathalie Maghe et Sébastien Verstricht.

    Actuellement, le CPAS de Charleroi a donc proposé l’aide de trois « articles 60 » pour de multiples travaux d’entretien dans les locaux de la société. « C’est une idée de Sébastien Verstricht, le président du CPAS. Lui, dans les missions du CPAS, doit prendre toutes les dispositions nécessaires afin de mettre à l’emploi les personnes qui bénéficient des allocations sociales. Il faut trouver des sociétésqui acceptent de les accueillir. Et comme nous sommes souvent en contact de par nos missions respectives, quoi de plus logique que d’en engager nous-mêmes ? », déclare Nathalie Maghe.

    Ce sont donc trois bénéficiaires du CPAS qui travaillent actuellement au Foyer Fontainois. Il s’agit de deux ouvriers et une technicienne de surface. «On aimerait monter à cinq personnes par après. Mais actuellement, nous sommes très contents du travail de ces personnes. Ils sont là depuis juin et nous n’avons pas à nous plaindre».

    Et puis surtout pour eux, c’est une expérience de travail. «Ils sont réinsérés dans un processus de travail, donc dans une vie sociale active, ce qui les valorise aussi. C’est tout bénéfice !», explique la présidente.

    Un partenariat qui commence donc plutôt bien. Rien de vraiment formel pour l’instant mais les deux présidents veulent aller vers plus de collaboration.

    «Notre but est vraiment d’augmenter cette collaboration dans le futur. Nous ne savons pas encore comment mais nous allons y travailler. C’est quelque chose qui est assez logique vu que nous avons beaucoup d’interactions, nous traitons souvent les mêmes dossiers, voyons les mêmes personnes... C’est une démarche que nous allons faire !», conclut la présidente.

  • Pin it!

    21 juillet : des activités à gogo

    belgique1.jpg

    Fontaine-l’Évêque célébrera dignement la fête nationale. Lundi soir, on inaugure l’exposition «Du centenaire au bicentenaire, évocation d’Albert Ier et Elisabeth, bicentenaire de la bataille de Waterloo et fin du 1er empire» avant le spectacle son et lumière dans la cour du château Bivort.

    Mardi, la fête, ce sera toute la journée.

    2158lju58.jpg

  • Pin it!

    Dotation à la Police

    Police.jpgAugmentation de 228.831 euros pour la dotation à la Police
    Lors du dernier conseil communal, le collège de Fontaine-l’Évêque a évoqué les modifications budgétaires 2015. Le budget est à l’équilibre.
    Mais, fait notable, la Ville augmente la dotation pour la Zone de police des Trieux (Courcelles et Fontaine-L’Évêque) de 135.206 euros. On passe donc de 1.966.130 euros à 2.101.336 euros.
    Pourtant, il y avait déjà eu une augmentation de 93.625 euros entre l’année 2014 et 2015.


    Bref, la Ville de Fontaine-L’Évêque paie 228.831 euros de plus sur une année. Ce n’est pas rien… Surtout que la Ville présente un déficit de 433.000 euros en 2014.
    Alors pourquoi ? Depuis 2002, la Zone de police des Trieux est en déficit de près d’1 million d’euros. « À notre arrivée, nous avons donc dû refinancer la zone avec l’aide de la Ville de Courcelles, en 2012. À hauteur de 34 % pour nous et 66 % pour eux », nous explique le bourgmestre de Fontaine-L’Évêque, Noël Van Kerckhoven.
    20 euros de plus qu’à Courcelles.

    À l’époque, ils avaient clairement dû croiser le fer avec Courcelles pour se répartir le paiement de la dotation. À l’échelle des habitants de ces communes, la différence est de 20 euros. Un citoyen de Fontaine-L’Évêque paie actuellement 119 euros pour financer sa police et un citoyen de Courcelles débourse 99 euros. On parle en tout d’une dotation de plus de 5,6 millions d’euros.
    un vrai comptable...
    « À l’époque, c’était un simple agent de police qui faisait les comptes de la zone. Évidemment, il n’était pas formé pour faire ce genre de travail et assumer ces responsabilités pourtant très importantes. Et ça a donné la situation d’aujourd’hui… Heureusement, actuellement, c’est un véritable comptable de métier qui tient le budget de la zone de police », continue le bourgmestre.
    Et même encore aujourd’hui, ils paient ce déficit, dans tous les sens du terme.

    Par ailleurs, la commune signale que la participation pour la Zone de secours, estimée à 968.496 euros a été revue à la baisse de 2 % vu le rapport en 2016 de l’installation des zones de secours.
    Les dépenses pour la Zone de police et Zone de secours représentent 37 % du budget de la commune de Fontaine-L’Évêque.
    Les dépenses du personnel représentent, quant à elles, 41 % du budget. Et l’indexation de 2 % qui avait été prévue au budget initial 2015 a été supprimée vu qu’il n’y aura pas d’index cette année.
    Les frais de fonctionnement sont à près de 12 %. 

  • Pin it!

    La commune a engagé 2 millions d’€ de travaux

    Travaux.jpgLa commune bouge, la commune investit. En 2014, Fontaine-l’Évêque a engagé pour 2 millions d’euros d’investissements divers. Certains projets ont déjà été menés à bien, d’autres sont en cours, et d’autres encore vont débuter. Il y a deux secteurs en particuliers qui sont visés. Parcourons-les avec Gianni Galluzzo, l’échevin des travaux de la ville.

    PREMIER SECTEUR : LES VOIRIES

    Plusieurs rues ont été ou vont être rénovées.
    La rue de Forchies qui a été améliorée et dont le système d’égouttage a été refait.

    Pour la mi-juin, la commune prévoit le début de plusieurs autres chantiers dans diverses rues pour améliorer la voirie et le système d’égouttage : rue Oscar Carlier à Fontaine-l’Évêque, rue sentier des Trieux à Forchies-la-Marche, rue Forge-Ferry à Forchies, rue Des Carrières à Fontaine-l’Évêque et enfin, rue Yernelle à Forchies.
    Courant du mois de juin, les rues sentier de Trazegnies à Forchies et Henry Champs à Fontaine-l’Évêque seront refaites également très prochainement.

    DEUXIÈME SECTEUR : LES ÉCOLES

    Unknown.jpgDans le cadre des investissements pris en charge par IGRETEC pour l’amélioration énergétique des bâtiments communaux, la commune de Fontaine-l’Évêque a décidé de donner la priorité aux écoles de la région. Ainsi, trois écoles sont au programme : l’école des 3 Bonniers à Forchies-la-Marche, l’école de la cité des oiseaux et l’école Léo Collard à Fontaine-l’Évêque. Ces trois établissements vont bénéficier d’une amélioration de leur système de chauffage, un remplacement de l’ancienne chaudière et pour l’école Léo Collard, l’isolation de la toiture sera refaite. (Photo: Gianni Galluzzo, échevin des travaux).

    AUTRES SECTEURS

    Les 2 millions d’euros ont également servi à diverses choses. «Notamment la sécurisation du clocheton du château de Bivort. Il menaçait de s’effondrer. Nous avons dû le réparer, ainsi que les deux cheminées du château», explique Gianni Galluzzo. Une dépense qui n’était pas prévue au programme.

    Et puis finalement, nous en avions déjà parlé dans La Nouvelle Gazette il y a quelques mois,il y a eu le projet de la crèche à Fontaine-l’Évêque, l’Envolée des papillons, qui s’est considérablement agrandie. «Et cela fonctionne très bien, les places sont prises !», commente Gianni Galluzzo qui est également échevin de la petite enfance.

    A.W.

  • Pin it!

    La commune présente un déficit de 433.000 euros en 2014

    Budget - copie.jpgLe compte 2014 a été approuvé par le Conseil communal la semaine dernière. Résultat : un déficit de 432.956 euros. «Normalement, on était en boni.

    Mais avec la réduction des montants accordés par le SPF finances, on est dans le négatif !», déplore Philippe D’Hollander, l’échevin des finances.


    «Normalement, nous partions avec un budget en équilibre cette année», explique Philippe D’Hollander, l’échevin des finances, « mais le SPF Finances a annoncé à la commune une diminution de 731.935 euros par rapport à ce qu’il avait lui-même initialement estimé». Du coup, les budgets sont plombés. Le Collège le dit : «Sans cette diminution imprévisible des additionnels, la ville aurait terminé son année 2014 avec un boni et ce, grâce à une gestion extrêmement rigoureuse. La commune a en effet réussi à diminuer ses dépenses de fonctionnement et à maîtriser celles de personnel au cours de l’exercice 2014».

    Et pourquoi une telle diminution? «Les justifications avancées sont la «modification de la composition des revenus de la population». Mais ça, je n’y crois pas du tout. Oui, il y a plus de lotissements mais je pense qu’ils ont surtout pris un retard dans les enrôlements. C’est d’ailleurs leur seconde justification. Et puisqu’il s’agit d’un retard, j’ai demandé si, du coup, nous aurions les montants l’année prochaine mais on nous a dit que non, que c’était déjà inclus dans le budget...», continue l’échevin.

    Unknown.jpg«Bref, ce sont des éléments extérieurs à la gestion communale directe. Et si le problème vient de l’extérieur, la solution doit aussi venir de l’extérieur», clame la commune.

    En attendant, elle doit se débrouiller avec les moyens mis à sa disposition alors que les dépenses sont de plus en plus difficiles à gérer : «c’est l’explosion des pensions sur la zone de police, c’est l’exclusion des chômeurs qui viennent s’adresser au CPAS, c’est la réforme de la zone de secours qui se profile et enfin, ce sont les intercommunales de gaz et d’électricité qui seront soumises à l’impôt des sociétés et qui vont répercuter le coût sur les consommateurs (dont les communes)».

    Mais l’échevin rassure : «Même si un déséquilibre devait intervenir, il est hors de question de taxer davantage la population de l’entité fontainoise, déjà soumise à une pression fiscale importante malgré un niveau modéré du revenu moyen».

    A.W.

  • Pin it!

    Désherbage sans pesticides

    Environnement.jpg

    Service Propreté, Parcs et Jardins, le jeudi 16 avril 2015

    Le désherbage sans pesticide permet de travailler de façon naturelle, en utilisant de l’eau chaude sous haute pression.

    Démonstration et travail sur le terrain

    • dès 9h - Place et Centre de Leernes
    • dès 14h - Quartier Grand Mouligneau à Forchies-la-Marche
    • à 16h : Conférence : « Produits phyto et biocides » par Gérard Jourdain Salle du Mouligneau - rue du Grand Mouligneau 61 à  Forchies-la-Marche

    désherbage.jpg

     

  • Pin it!

    Rue du Martinet : « Catastrophique ! »

    Stop.jpgDes trous, des bosses et de véritables fosses. C’est ainsi que nous pourrions décrire l’état de la rue du Martinet à Fontaine-L’Evêque. La rue est pourtant très longue et c’est un quartier entier qui est concerné. On parle notamment de la cité des oiseaux. Il est clairement impossible de rouler à plus de 30 km/h, la voiture de la Nouvelle Gazette n’aurait pas tenu le choc !

    Et c’est le sujet de conversation de tout le quartier. Chacun s’en plaint et commente la situation déplorable.


    DES RACINES PRESQUE ÉMERGENTES

    «Les racines des arbres soulèvent tout le macadam. Ça crée des dos-d’âne et des ralentisseurs naturels. On croirait presque que c’est fait exprès ! Bientôt, les racines perceront le béton», commente une riveraine. «Ma voiture est assez basse et il est devenu impossible de passer dans ce coin sans abîmer tout le bas de ma voiture. C’est infernal», nous dit un autre.

    Les voitures ont du mal à y circuler, tout comme les autres utilisateurs. « l n’est pratiquement plus possible de rouler à vélo pour les plus petits sans tomber dans un de ces trous ou de basculer sur une de ces bosses !», explique un habitué des lieux.

    DES RÉPARATIONS GROSSIÈRES

    Et la route ne cesse de se dégrader. Le problème n’est pas nouveau. «Parfois, la commune vient réparer. C’est-à-dire que les ouvriers mettent des sortes de rustines dans les trous pour reboucher. Mais ils font ça très mal, explique Renée, qui habite au bout de la rue du Martinet. Ils recouvrent avec du béton mais ils ne passent même pas pour bien aplatir. En peu de temps, tout est arraché et c’est de nouveau pareil !», déplore-t-elle. «C’est clairement catastrophique ! Tout le quartier est dans cet état-là. Ce sont toutes des petites rues mais elles sont toutes dans le même état», nous dit encore ce passant qui habite le quartier.

    RALENTISSEURS NATURELS

    Bref, tout le monde dans le coin est d’accord pour dire que la voirie est calamiteuse. Malgré tout, certains y voient de bons côtés. «Il n’y a pas de coussins berlinois, de rétrécissements de chaussée, de bac à fleurs ou autre... Du coup, j’ai déjà vu des automobilistes rouler comme des fous dans ces petites rues fréquentées par les piétons et les enfants. C’est très dangereux. Finalement, heureusement qu’il y a une telle dégradation de la chaussée pour les faire ralentir. Les racines des arbres font des ralentisseurs naturels et les trous les empêchent de foncer !», s’explique très pragmatiquement cette dame. Comme quoi, le malheur de certains fait le bonheur des autres.

    Du côté de la commune, aucun chantier de réfection de la voirie n’est prévu très prochainement. l

    A.W.


    Les trous dans le macadam des routes dans la cité des oiseaux à Fontaine-l’Évêque ne se comptent plus (1, 2 et 3). Renée (4), comme les autres habitants du quartier, trouve cela déplorable. Plus loin, les racines créent des dos-d’âne naturels sur les routes. Impossible de passer avec une voiture basse. T.P.

    1.jpg

    2.jpg

    3.jpg

    4.jpg

  • Pin it!

    Zone des Trieux

    Pas de mésentente entre les 2 communes

    Police2 - copie.jpgPas facile de donner des moyens aux zones de police, quand on est soi-même étranglé. La semaine dernière, le conseil de police votait le budget de la zone des Trieux. Durant des années, les comptes ont été négligés. En 2012, il a fallu trouver près d’un million d’euros pour y remettre bon ordre. C’est chose faite aujourd’hui... mais la police des Trieux manque encore cruellement d’hommes et de moyens.

    Le budget y répondra partiellement. Mais, il a fallu croiser le fer. Fontaine, sous tutelle, s’est abstenue. «Cela n’a pas été de gaieté de cœur. Mais, nous avons le couteau sur le gosier. Limités par le CRAC, la seule position que nous pouvions adopter était l’abstention. Qu’on ne se méprenne pas : nous voulons que notre police fonctionne et notre vote ne reflète en aucun cas une mésentente avec Courcelles», nous a précisé Noël Van Kerckhoven, bourgmestre PS de Fontaine. Une position que la présidente de la zone de police et bourgmestre de Courcelles, Caroline Taquin, dit comprendre. Elle est par contre moins indulgente à l’égard de l’abstention du PS... courcellois, pour cause d’annexes manquantes. Et parce que, selon Théo Gaparata sur Facebook, «le budget privilégie la répression à la prévention». «C’est faux, s’insurge Caroline Taquin. Nous avons au contraire revu considérablement à la hausse la dotation du CPAS par rapport aux années passées». Un mauvais procès donc doublé de basses manœuvres, pour la bourgmestre. In fine, Courcelles et Fontaine-l’Évêque participeront à la zone de police des Trieux, respectivement à hauteur de 3. 577. 952 euros et 2.111.000 euros. l

    M-G.D.