La Commune - Page 3

  • Pin it!

    97.702 € en plus dans les caisses communales

    Bonne nouvelle pour les finances communales de Fontaine-l’Evêque.

    1.jpgComme nous l’explique l’échevin des Finances, Philippe D’Hollander (PS), la dotation qui revient à la Ville, de la part du Fonds des Communes sera supérieure de 97.702 euros par rapport aux prévisions.  « Nous allons toucher 6.220.690 € au lieu des 6.122.928 € annoncés » , précise-t-il.
     
     
    Pour rappel, le Fonds des Communes est une masse budgétaire par laquelle la Région wallonne contribue au financement des communes wallonnes par des transferts généraux.  « Le calcul de cette dotation allouée à chaque entité est extrêmement technique » , souligne Philippe D’Hollander.
     
    MEILLEUR TAUX D’INFLATION
    Budget - copie.jpgToutefois cette augmentation inespérée par les élus fontainois est due au fait que le taux d’inflation est plus important que prévu.  « Il était de 0,6 % au lieu de 0,4 % en 2015 et passe de 1,2 % à 1,7 % en 2016. » 
    De plus, les prévisions ont été calculées sur base des montants de l’IPP enrôlés en 2013 alors que la dotation définitive au Fonds des Communes en 2016 sera calculée au départ de l’IPP enrôlé au cours de l’exercice d’imposition 2014. « L’année 2014 a été plus favorable qu’en 2013. » 
    Cette mauvaise estimation est, cette fois, accueillie avec le sourire dans la cité des Clous. De fait, en 2015, le montant du Fonds des Communes avait été diminué, en cours d’année, de près de 190.000 €. Les comptes 2015 étaient dans le rouge. Le mali pour l’année dernière était chiffré à près de 697.000 €, tout de même. 
    L’échevin des Finances, en guise de conclusion, espère ainsi terminer l’année 2016 en équilibre.  « Si nous recevons du Fédéral, soit l’IPP et le précompte immobilier, ce qui nous a été annoncé, les comptes 2016 seront en boni. »
    O.PÂQ.

  • Pin it!

    Fête Nationale 2016

    Sortie du Te-Deum, cérémonie civile à la salle des mariages, ferme pédagogique "Eclats de Joie", lectures vivantes pour enfants, atelier fabrication de livre et concert du groupe "On Prend l'Air", au château Bivort de Fontaine-l'Evêque. Le tout, sous un soleil radieux.

    Fête Nationale 2016

  • Pin it!

    La salle Matagne enfin restaurée, et une extension de la crèche en projet.

    Un budget de 30.000 € a été prévu pour la salle.

    Des travaux d’aménagement sont prévus à la salle Matagne, ce qui ravit Noël Van Kerckhoven.

    Portier

    1.jpgDepuis le 1 er janvier dernier, la commune de Fontaine-l’Evêque ne possède plus, comme salle des fêtes, que celle du Mouligneau à Forchies-la-Marche. Visiblement, cette situation va évoluer dans le bon sens. De fait, les autorités locales vont aménager la salle Matagne, située dans l’ancienne école de Leernes, cette année. Par ailleurs, elles projettent d’agrandir leur crèche communale à la cité des Oiseaux de Fontaine-l’Evêque.  

    Au début des années 2000, la majorité de l’époque avait décidé de diviser l’ancienne école de Leernes en deux. Cette séparation avait pour objectif d’offrir, à la population, une MCAE (Maison Communale d’Accueil de l’Enfance) et une salle des fêtes.  «Les enfants, qui ont fréquenté la MCAE entre 2009 et 2014, ont été transférés, il y a deux ans, vers la nouvelle crèche, implantée dans la cité des Oiseaux à Fontaine-l’Evêque», précise le bourgmestre Noël Van Kerckhoven (PS). 

    Pour la seconde partie de la bâtisse, le projet était d’aménager une salle des fêtes. «Les travaux de la salle Matagne n’ont malheureusement jamais été réalisés.» 

    Le bâtiment est donc aujourd’hui vide d’occupation. Mais visiblement plus pour très longtemps.

    Plus qu’une salle des fêtes

    De fait, la commune va entamer des travaux d’aménagement de la salle Matagne.  «Leernes ne possède pas de lieu où peuvent se réunir les habitants.» Et, par ailleurs, des salles des fêtes communales, il n’en reste qu’une depuis la fermeture de celle de Fontaine-l’Evêque, survenue le 1 er janvier dernier pour des raisons évidentes de sécurité. À savoir, la salle du Mouligneau à Forchies-la-Marche. 

    À la salle Matagne, les menuiseries extérieures ont déjà été remplacées. Cela pour un montant total de près de 7.000 euros TVAC.  «Cette somme est comprise dans le budget des 30.000 €», précise le maïeur. «Avec le reste de la somme, nous allons remettre en conformité l’électricité et réaménager les sanitaires, la cuisine et la buvette. Nous allons également équiper la salle en mobilier. Les travaux devraient se terminer fin de cette année pour une réouverture prévue début 2017. La salle pourra accueillir une centaine de personnes.» 

    Concernant les anciens locaux de la MCAE, ces derniers seront vraisemblablement destinés à l’accueil extrascolaire. Il se trouve actuellement en face de la nouvelle crèche, située dans la cité des Oiseaux à Fontaine-l’Evêque.  «Dans les anciens locaux de la MCAE, nous ne devons rien rénover. Ils sont aujourd’hui bien équipés. Le parlophone à l’entrée ainsi que l’alarme fonctionnent toujours. Comme c’est une ancienne école, les enfants pourront bénéficier de la grande cour.» 

    Extension de la crèche

    Suite à ce déménagement, la commune étudie la possibilité d’augmenter le nombre de places d’accueil de la crèche.  «Nous ne sommes qu’au tout début de la procédure. Nous devons introduire un dossier auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles.» 

    En attendant, la commune vient de recevoir l’accord de l’ONE pour accroître la capacité d’accueil de 45 à 49 bambins.  «Le régime de travail des six puéricultrices passera d’un mi-temps à 3/4 temps» , termine Noël Van Kerckhoven. 

    O.Pâq.

  • Pin it!

    Plus de 160.000€ de subsides

    Cette enveloppe servira, entre autres, à la création d'un Agora Space.

    1.jpgBonne nouvelle pour les autorités locales fontainoises. Le ministre wallon des Sports Paul Furlan (PS) va offrir deux importants subsides pour la commune. Un premier de 75.000 € pour la rénovation de la toiture des infrastructures du club de football de Forchies-la-Marche et un deuxième de 86.250 € pour l’installation d’un agora space à Leernes.  

    En cette fin de semaine, la commune et les citoyens de Fontaine-l’Evêque ont de quoi se réjouir. De fait, au terme d’une réunion avec le bourgmestre Noël Van Kerckhoven (PS), le ministre wallon des Sports Paul Furlan (PS) a fait la promesse d’offrir, à l’entité, deux importants subsides.  « Nos deux dossiers ont été jugés recevables par l’administration de Paul Furlan » , affirme le bourgmestre fontainois. 

    Les documents sont sur le bureau du ministre et dans l’attente d’une signature. « Ils seront signés avant les vacances parlementaires, soit avant le 21 juillet. » 

    Subsidié à 75 % 

    Le premier subside de 75.000 € servira à rénover la toiture de la buvette du club de football de Forchies-la-Marche . « La buvette ainsi que les vestiaires sont inondés lors de fortes pluies. Nous avons déjà mis, les années précédentes, un enduit sur le toit pour colmater les trous. Mais ce n’était qu’une solution provisoire. Nous allons également profiter de la rénovation pour isoler le bâtiment » 

    Le montant total des travaux est de 100.000 €, dont 25.000 € à charge de la commune. 

    L’autre dossier accepté par le cabinet de Paul Furlan concerne la création d’un agora space dans la cité de Leernes, aux abords de la place Fayt.

    Le coût total avoisine les 115.000 €. Tout comme pour le premier dossier, la commune est subsidiée à hauteur de 75 %.  « Nous allons donc recevoir une subvention de 86.250 €. » 

    Pour ces deux dossiers, la commune va désormais devoir établir un cahier des charges et lancer un appel d’offres. « Nous espérons commencer les travaux de rénovation de la toiture de la buvette et des vestiaires avant l’hiver. Le placement de l’agora space est prévu pour la première partie de l’année 2017. » 

    O.Pâq.

  • Pin it!

    La commune puise dans ses réserves

    Budget - copie.jpgAu dernier conseil communal de Fontaine-l’Evêque, les autorités locales ont approuvé les comptes 2015. Le service ordinaire s’est clôturé sur un boni global de 230.000 €. Un résultat positif dû aux bonis extérieurs. De fait, pour 2015, le résultat à l’exercice propre est de – 697.000 €. 
     
    Comment expliquer un tel résultat négatif sur une année ? La recette en provenance du fonds des communes a été revue à la baisse en cours d’année, soit 190.000 € en moins.  « On constate aussi une diminution des recettes relatives à l’impôt des personnes physiques (IPP) et au précompte immobilier , déplore l’échevin des Finances Philippe D’Hollander (PS).  La commune y a enregistré une recette de 12 % inférieure à la prévision budgétaire, soit -920.000 €. » 
    Pour cette raison, Fontaine-l’Evêque a décidé d’écrire officiellement au ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) .  « Soit ses services nous ont fait parvenir des données hypothétiques contenant des erreurs prévisionnelles récurrentes dans le calcul des additionnels communaux, soit les versements du SPF Finances enregistrent un retard de plus en plus conséquent, dû à l’enrôlement tardif des additionnels. Quoi qu’il en soit, nous attendons toujours sa réponse. »

    PAS DE LICENCIEMENT
    En 2015, les dépenses de fonctionnement ont représenté 11 % des dépenses de la ville au cours de l’année. Concernant celles du personnel, elles ont représenté un peu plus de 41 % des dépenses totales de la commune.  « Elles sont maîtrisées. Nous avons d’ailleurs conservé le volume d’emploi. Toutefois, S’il est possible de réorganiser les services pour essayer de limiter les dépenses, il faut rester attentif à l’évolution du personnel statutaire car les cotisations de responsabilisation en matière de pension seront insoutenables pour les futurs exercices. » 
    Au niveau des dépenses de transfert, elles ont augmenté de 11 % par rapport à 2014.  « Cette majoration est essentiellement due à l’augmentation des dotations à la zone de police (+12 %) et à la nouvelle pré-zone de secours (+21 %). La dotation au CPAS a également été majorée de 13 % par rapport à 2014. Nous devons faire face à l’augmentation du nombre de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale (RIS). » 
    La conséquence directe de ce déficit est la détérioration de la trésorerie. La ville devra avoir recours de plus en plus fréquemment à des avances de trésorerie pour faire face à ses besoins en cours d’année.

    RÉNOVATION DES VOIRIES


    Plus d’un million d’euros sont prévus pour la 2e phase des travaux du Mika Shoe. De Cesaere
    3.jpgÀ l’extraordinaire, la ville a investi 2.090.000 € dans les diverses structures communales. Ainsi, 276.000 € sont prévus dans l’entretien et rénovation de voiries (rues des Carrières, Yernelle, Forge Ferry, de la Briqueterie). Près de 68.000 € et 100.000 € ont été respectivement prévus pour la réfection du Pont du Congo à Forchies et pour la mise en conformité de l’école du boulevard du Nord à Fontaine-l’Evêque. Environ 1.180.000 € vont permettre de financer la seconde phase des travaux sur le site de l’ancien « Mika Shoe ». 
    Pour les futurs exercices, l’échevin des Finances rappelle, en guise de conclusion, que la vigilance reste de mise.
     
    O.PÂQ.
  • Pin it!

    Zone des Trieux : criminalité

    Avec 14 délits/jour, la criminalité reste élevée  

    Zone des Trieux : les vols de voiture et cambriolages à la hausse tandis que le vandalisme recule.

    Police2 - copie.jpgEn 2015, 5.191 délits ont été commis sur les communes de Courcelles et de Fontaine-l’Evêque. « La criminalité générale est restée stable, même si elle est toujours élevée », précise Delphine De Lavareille, chef de corps de la zone de police des Trieux.   Mais cette « constance » cache de grandes variations. Les faits de violence et les vols de et dans voiture se sont envolés alors que le vandalisme a fléchi significativement. Place aux chiffres…

    Plantons le décor d’abord. Sur les 5.191 délits répertoriés sur la zone des Trieux, 3.449 ont été commis en terre courcelloise (+ 2 % par rapport à 2014) et le solde, soit 1.742, sur le territoire de Fontaine-l’Evêque (-6 %). Avec plus de 14 délits quotidiens, la moyenne reste élevée. 
    Les infractions contre les biens (vols, dégradations…) représentent 56 % des délits ; celles contre les personnes (coups et blessures, harcèlement, menaces…) 28 %. Suivent enfin les infractions économiques et financières (fraude informatique…) et autres. 
    Zoomons maintenant sur les priorités du plan zonal de sécurité
    • 1. Délinquance urbaine : + 22 % de vols de et dans véhicules 
    Sont repris sous cette appellation générique les infractions(ivresse, drogue, nuisances.), dégradations, vols et autres faits de violence commis dans l’espace public.
    On retiendra que les vols dans ou sur véhicule ont flambé : +21,8 % par rapport à 2014. 
    Avec 443 faits répertoriés, les violences ont également augmenté : + 6 %. 
    A contrario, le vandalisme et les incendies volontaires accusent, eux, une chute vertigineuse : – 16,5 % ! 
    • 2. Vols dans habitations : en augmentation de 9,2 % 
    Après deux années de fléchissement, les vols qualifiés dans les habitations sont repartis à la hausse : + 9,2 %. En 2015, 678 cambriolages ont été dénombrés : 70 % ont été commis sur la commune de Courcelles ; le solde sur Fontaine-l’Evêque. « Ce phénomène justifie pleinement à la fois la redynamisation de notre offre de service liée à la techno-prévention ainsi que la relance des surveillances d’habitation ‘Police Veille’ lors des départs en congé  », rappelle la chef de corps Delphine De Lavareille. Deux précisions encore : 4 fois sur 10, le délit n’a pas dépassé le stade de la tentative de cambriolage. L’auteur est reparti bredouille. Un mot encore concernant les butins les plus prisés : bijoux et montres ont toujours la préférence des voleurs, suivis par les multimédias et autres ordinateurs. 
    • 3. Sécurité routière : Plus d’accidents avec blessés 
    Dans ce registre, le bilan de l’année 2015 est mitigé. Les accidents avec lésions corporelles légères augmentent de 21 % (133 contre 110 en 2014). Par contre, leur gravité est moins aiguë : 9 personnes ont été sévèrement blessées (contre 14 en 2014) et deux personnes ont également perdu la vie (idem en 2014). Le phénomène s’est particulièrement marqué à Courcelles qui a totalisé 84 accidents avec lésions corporelles (soit + 14 %). 
    On pointera parmi les zones accidentogènes courcelloises les nationales 583, 582 et 584, ainsi que les rues Général de Gaulle et Winston Churchill. À Fontaine-l’Evêque, on pointera parmi les axes problématiques la N90, la N582 et les rues Chaussée et Vandervelde.
    Une vitesse inadaptée et la conduite sous influence (alcool et stupéfiant) sont, sans surprise, le plus souvent incriminées.
     

    ON Y RÉFLÉCHIT: En attendant le futur hôtel de police

    La police des Trieux est toujours éclatée sur 3 sites : la rue du Temple à Courcelles (la direction), la place Larsimont à Trazegnies (Enquête et recherche, proximité pour Courcelles) et la place de Wallonie à Fontaine-l’Evêque (intervention, service action roulage et criminalité et proximité de Fontaine). Pas besoin d’être spécialiste en ressources humaines pour comprendre que cet éparpillement des services est tout sauf favorable en termes d’efficacité et de décloisonnement. 
    Depuis trois ans, le Collège de police planche donc sur un regroupement de tous les départements de la zone des Trieux. Avec deux options possibles : le regroupement dans un bâtiment déjà existant ou la construction d’un nouvel hôtel de police. 
    La réflexion est toujours en cours. Mais la seconde option est, à ce stade, privilégiée. Elle permettrait de mieux coller à la réalité de terrain.

    M-G.D. 

  • Pin it!

    La commune veut s’offrir une nouvelle école à Forchies

    Ces locaux permettraient d’agrandir l’école des Trieux

    La commune de Fontaine-L’Evêque désire acheter une nouvelle école fondamentale à Forchie-la- Marche. En effet, le bâtiment de l’ancienne école libre, situé à la rue Chaussée, est abandonné depuis des années. Et parallèlement, la petite école communale de Forchies-la-Marche située non loin de là manque de place pour accueillir tous les élèves.

    Photo: Les bâtiments de l’ancienne école libre. C.H.

    C’est une idée qui mûrit depuis un moment dans la tête du bourgmestre de Fontaine-l’Evêque et dans celle de l’échevin de l’enseignement Sébastien Verstricht : racheter les bâtiments d’une ancienne école libre fermée il y a 6 ans pour agrandir la petite école communale des Trieux située à la rue Chaussée.

    « C’est un projet qui me tient à cœur car c’est l’agrandissement d’une école communale. C’est toujours positif pour la commune. L’école des Trieux est complète et comme on ne sait pas pousser les murs, il faut acheter un nouveau bâtiment », explique Sébastien Verstricht.

    Un projet louable qui serait financé par la vente de plusieurs biens appartenant à la commune, dont « Le Potager », un terrain situé sur la drève du château communal.

    Les anciens bâtiments scolaires comprennent également une grande salle ainsi qu’un parking. « Mais nous souhaitons acquérir uniquement le bâtiment et laisser le parking et l’annexe à leurs propriétaires actuels », explique le bourgmestre, Noël Van Kerckhoven. S’ils sont d’accord évidemment. Un devis a été réalisé, évaluant le prix de l’ensemble à 400.000 euros. « Mais comme nous ne désirons que les bâtiments scolaires, il faut évaluer le prix aux alentours de 200.000 euros », continue le bourgmestre.

    Un projet qui mûrit depuis plus d’une année. « Tout le monde semble partant. Nous avons eu l’autorisation du CRAC (Centre Régional d’Aide aux Communes), obligatoire puisque nous sommes sous tutelle », nous dit-il encore.

    « L’avantage majeur de ce bâtiment, c’est qu’il se trouve vraiment en face de l’école des Trieux. Il n’y a qu’un passage pour piétons à traverser. C’est idéal », note encore l’échevin de l’enseignement.

    Ce jeudi soir, le conseil communal de Fontaine-L’Evêque a voté la réaffectation des fonds obtenue grâce à la vente des biens publics comme « Le Potager ».

    Une proposition d’achat a été faite aux propriétaires de l’école. « Si le prix qu’ils demandent est dans nos possibilités, nous serons ravis d’acquérir le bâtiment », conclut Noël Van Kerckhoven.

    Il ne restera alors qu’à remettre un bon coup de pinceau pour rafraîchir les lieux, qui après 6 ans d’abandon en ont bien besoin.

    A.W.

     
  • Pin it!

    Fermé depuis deux ans, le pont du Congo sera enfin rénové

    Travaux.jpgIl fait partie intégrante du patrimoine de l'entité.

    La commune a prévu de dépenser sur fonds propres près de 65.000 €. Les travaux devraient débuter le lundi 23 mai prochain et durer près de 50 jours ouvrables. Parallèlement à la rénovation du pont du Congo, les rues de Joli-Bois, des Combattants et de la Briqueterie seront remises à neuf pour la fin du mois de mai.  

    Après deux années laissé à l’abandon, une nouvelle vie pour le pont du Congo. O.P.

    Construit, il y a de nombreuses années, le pont du Congo, situé à la rue Justin Lombard à Forchies-la-Marche, est aujourd’hui dans un état de vétusté très avancé.  « Des briques tombaient sur la voirie. Cela présentait un certain danger pour les automobilistes et piétons qui y passaient en dessous »,  souligne l’échevin des Travaux de Fontaine-l’Evêque, Gianni Galluzzo (PS). 

    Suite à l’alerte donnée par les riverains il y a un peu plus de deux ans, le pont du Congo a été fermé à la circulation il y a plus de deux ans. Et pour éviter de mettre en place de nombreuses déviations, la commune a créé un passage qui contourne le pont.  « Une convention avec l’agriculteur, propriétaire de terrain juste à côté, a été signée. » 

    Le pont sauvegardé

    Avant d’entamer le moindre chantier, la commune a toutefois décidé de faire appel à un expert en stabilité. Histoire de voir quels travaux doivent être entrepris. « Fort heureusement, nous ne devons pas détruire l’infrastructure. Pour le démolir et le construire, cela nous aurait coûté près de 500.000 €. » 

    Pour le remettre à neuf, il est prévu, dans le cahier des charges établi par la commune, d’enlever les anciens joints à haute pression avant d’effectuer le rejointoiement, de refaire les façades et de procéder à un ancrage par tirants sur la partie supérieure du pont. La végétation qui s’est développée au dessus au fil des années va également être enlevée. La voirie va aussi être refaite.  « Nous avons prévu d’enlever les pavés et de placer un nouveau tarmac avec, au centre de la rue, un filet d’eau. » 

    Pour ce projet, la commune va dépenser environ 65.000 € sur fonds propres. Concernant les délais, le début du chantier tarde à venir. Lors d’une réunion avec l’entreprise, cette dernière a souhaité faire autre chose de ce qui était prévu au départ. « Des changements utiles mais pas primordiaux à nos yeux. De plus, cela aurait entraîné des coûts supplémentaires. Nous avons, cette semaine, un entretien téléphonique avec l’entreprise. Le chantier pourrait débuter le lundi 23 mai prochain et devrait durer une cinquantaine de jours ouvrables.  » 

    Et ailleurs

    Alors que ce chantier va bientôt commencer, d’autres sont le point de se terminer. C’est notamment le cas des rues Joli-Bois et des Combattants à Forchies-la-Marche, soit la deuxième voie d’accès la plus utilisée entre Fontaine-l’Evêque et Forchies.  « Ces voiries, suite à l’important charroi causé par les déviations mises en place lors des travaux de la rue de Forchies, se sont fortement dégradées. Nous avons dépensé près de 90.000 € sur fonds propres pour les remettre à neuf. » 

    Et de poursuivre, « une grande partie de rue de la Briqueterie à Fontaine-l’Evêque est, elle aussi, en cours de rénovation. Ce chantier, estimé à 88.000 €, rentre dans le cadre du Plan d’investissement communal 2013-2016. Il est donc subsidié à 50 % par la Région wallonne ». 

    Ces rues devraient être à nouveau ouvertes aux automobilistes vers la fin du mois de mai.

    O.Pâq.

     

  • Pin it!

    Près de 45.000€ pour la bibliothèque

    Les lampes de la bibliothèque sont trop onéreuses et vont être prochainement remplacées par de l’éclairage LED
    Th.P.

    Les lampes de la bibliothèque communale, située place de Wallonie, consomment plus que celles d’une salle omnisports. Selon les autorités locales, c’est tout simplement une catastrophe économique. Un tout nouveau système d’éclairage va ainsi être installé avant la fin de cette année.  

    C’est dans les années 90 que la commune de Fontaine-l’Evêque a transformé la halle aux grains en bibliothèque. La Halle aux livres, située sur la place de Wallonie, permet comme dans la plupart des bibliothèques communales, aux Fontainois d’emprunter des livres. Un espace informatique leur offre également la possibilité de se connecter à internet. Malheureusement, et selon la directrice générale faisant fonction de la commune et ancienne bibliothécaire, Laurence Boulanger, les lecteurs sont mal à l’aise à cause de l’éclairage. Il faut dire que depuis les années 90, le système d’éclairage n’a jamais été remplacé.  « Ce sont toujours des spots halogènes qui consomment énormément » , précise le bourgmestre Noël Van Kerckhoven (PS). 


    7.436 € par an 

    De fait, la consommation électrique est telle que la commune doit débourser près de 7.436 € par an. Cela alors que la bibliothèque n’est ouverte que 24 heures par semaine. « À titre de comparaison, la bibliothèque consomme plus qu’une salle omnisports. De plus, nous devons régulièrement changer les ampoules qui ont une puissance de 350 watts chacune. C’est tout simplement une catastrophe économique. » 

    Ces constatations ont obligé la commune à réagir. C’est pourquoi, lors de la dernière séance du conseil communal, les autorités locales ont prévu un peu plus de 45.000 € pour le remplacement de tout le système d’éclairage. Une remise à neuf qui avait déjà été prévue par les autorités locales l’année dernière.  « Nous avions prévu un budget de 25.000 euros. Le système qui nous était proposé par l’entreprise ne nous convenait pas vraiment. Il était basique, sans doute efficace mais pas du tout esthétique par rapport au bâtiment. » 

    80 % d’économie d’énergie 

    Mais aujourd’hui, la commune annonce que c’est un système d’éclairage composé de LED qui a été choisi.  « Cela nous permettra de réaliser une importante économie d’énergie d’environ 80 %. » 

    Soumis au vote, le point à l’ordre du jour a permis à la commune de lancer le marché public. Les entreprises ont un peu moins d’un mois pour y répondre. Ensuite et pour la date du lancement des travaux, tout dépendra du calendrier de l’entreprise lauréate du marché.  « Nous pouvons espérer que tout soit terminé pour fin de cette année » , conclut le bourgmestre Noël Van Kerckhoven. 

    O.Pâq.

     

     

     

  • Pin it!

    Une étude pour la toiture du Chateau Bivort

    2.jpgAu cours de cette même séance publique, la commune a prévu dans son budget 2016 près de 45.000 € pour la toiture du château Bivort et de sa chapelle. Ce montant servira à lancer une étude pour remettre à neuf le toit de cet édifice classé au patrimoine wallon.

    « Lorsque nous avons démonté le clocheton car ce dernier menaçait de s’effondrer, le service du Patrimoine wallon a constaté que la charpente, et cela à de nombreux endroits de la toiture du château et de la chapelle, était en mauvais état. Les ardoises naturelles sont à remplacer. Cette étude, une fois réalisée, nous permettra de phaser le chantier. » 

    Le montant à débourser pour cette étude est jugé excessif par le conseiller Alain Turchet (MR) du groupe d’opposition CDH-MR. « C’est la somme maximale que nous allons dépenser, a répliqué le bourgmestre. Ce montant estimatif est calculé sur base de la somme globale à débourser pour remettre à neuf le toit du château, soit entre 500 et 600.000 euros. »
    La procédure, afin d’attribuer un bureau d’études, est désormais lancée.
    O.Pâq.