Pin it!

Des dizaines d’hommages poignants à Didier Bortolozzi

 

Le président de l’AS Fontaine était tout simplement aimé de tous. Il avait son caractère et son franc-parler mais il était comme ça et il suffit de voir les commentaires sur les réseaux sociaux pour encore mieux s’en convaincre.

Francesco Leonardo, le correspondant qualifié du club, n’en revenait toujours pas quand nous l’avons contacté ce mardi en début de journée : «  Dois-je vous dire que j’ai passé une mauvaise nuit… Je suis sous le choc comme tout le monde. Didier, je le connaissais depuis une trentaine d’années et quand il a relancé le foot à Fontaine avec la création de l’AS Fontainoise en 2008, je l’ai rejoint avec beaucoup d’enthousiasme et je l’ai toujours suivi dans tout ce qu’il a entrepris. C’était un vrai passionné, un homme qui a tout donné pour le club qui lui était si cher. Il fait tout pour tout le monde, des plus petits aux plus grands. L’AS Fontaine, c’était son club et sa vie. Nos jeunes sont orphelins de ce grand monsieur. Nous allons nous réunir et nous mobiliser pour lui rendre hommage et poursuivre son oeuvre à la tête du club. Nos dix ans d’existence, on voulait les fêter d’une belle manière. Ce ne sera plus jamais la même chose sans notre président…  »

Parmi ceux qui l’ont bien connu et beaucoup apprécié, il y a bien évidemment Fabrice Focant.

L’actuel entraîneur de Gosselies était auparavant à Fontaine, club avec lequel il a tout connu : «  Je l’ai d’abord côtoyé à l’époque où je jouais à Fontaine. Il était alors l’adjoint de Ian Hamilton. On a eu par la suite des soucis quand j’étais à Roux et on avait fait appel à lui. Quand il m’a contacté à l’époque pour venir entraîner son équipe première, je n’ai pas hésité un seul instant. On a connu des moments forts avec la montée de P3 en P2 et la saison suivante, la victoire en Coupe du Hainaut avec la montée en P1 à l’issue du tour final dans la foulée. Que dire de ces moments vécus ensemble... Lundi, j’ai encore parlé avec lui à peine une demi-heure avant son malaise cardiaque. Il a encore trouvé les mots pour m’encourager avant le match de Coupe que je joue ce mercredi avec Gosselies. C’était un président comme on n’en fait plus et j’espère que tout le monde pourra lui rendre l’hommage qu’il mérite parce que c’était un mec comme on n’en fera plus jamais.  »

On ne doute pas que la grande famille du foot régional sera en nombre vendredi pour lui rendre un ultime hommage lors de ses funérailles.

JEAN-FRANÇOIS SERVAIS

Les commentaires sont fermés.