Pin it!

28 communes s'unissent pour un bassin de vie de Charleroi plus attractif.

La Conférence des bourgmestres qui regroupe 28 communes va développer un projet intitulé « développement de l’attractivité du territoire, du tourisme et de la supracommunalité au sein du Bassin de vie de Charleroi ». L’intercommunale Igretec a été choisie pour en être l’opérateur.  

 

La Province de Hainaut vient de débloquer une enveloppe de 750.000 euros pour la période 2017-2018 dans le cadre de la supracommunalité. Ce montant permettra de financer plusieurs projets supracommunaux, c’est-à-dire des projets communs à plusieurs entités. Et cela au sein du Bassin de vie de Charleroi.

Ce dernier regroupe 28 communes à savoir Aiseau-Presles, Anderlues, Chapelle-lez-Herlaimont, Charleroi, Châtelet, Courcelles, Erquelinnes, Farciennes, Fleurus, Fontaine-l’Évêque, Froidchapelle, Gerpinnes, Ham-sur-Heure/Nalinnes, Les Bons Villers, Lobbes, Merbes-le-Château, Momignies, Montigny-le-Tilleul, Pont-à-Celles, Seneffe, Sivry-Rance, Thuin, Walcourt, Cerfontaine, Philippeville, Couvin et Viroinval. « Nous avons été au-delà des frontières provinciales et de celles des arrondissements  », précise Paul Furlan, président de la Conférence des bourgmestres. 

Pour favoriser la supracommunalité, la Conférence des bourgmestres du Bassin de vie de Charleroi va lancer son projet intitulé « Développement de l’attractivité du territoire, du tourisme et de la supracommunalité au sein de ce territoire ». Pour Emmanuel Wart (MR), bourgmestre de Les Bons Villers, la région de Charleroi n’est pas assez attractive. « Elle possède pourtant de nombreux atouts comme le BSCA.  » 

Cinq axes

Pour booster l’attractivité, les vingt-huit communes se sont mises d’accord sur ce programme qui s’enroule autour de cinq axes : actions de promotion du bassin de vie à l’International, mission de Benchmarking (ndlr : cela consiste à analyser ce qui se fait ailleurs en vue de s’en inspirer), la mise en place d’une structure d’accueil touristique et économique, autres projets structurants à l’échelle du bassin de vie de Charleroi et projets de partenariats entre quelques communes. 

Pour mener à bien cette opération, la Conférence des bourgmestres a fait appel à l’intercommunale Igretec. Et le travail a déjà commencé. « Nous sommes déjà allés voir la région de la Ruhr en Allemagne, véritable référence en termes de réhabilitation de friches industrielles  », explique Nicolas Sottiaux, coordinateur de projet en développement régional chez Igretec. Un schéma de structure à l’échelle du Bassin de vie de Charleroi est en cours d’élaboration ainsi qu’un bureau de la conférence des bourgmestres. Au sein de ce dernier, Paul Furlan (PS) en sera le président. « Je serai accompagné de Marie-Hélène Knoops (MR), Jean-François Gatelier (cdH) et Christophe Clersy (Ecolo).  » La province sera représentée par Yves Lardinois (PS). « Tous les partis traditionnels sont représentés.  » 

L’union fait la force

En se regroupant, les communes auront un poids plus important vis-à-vis des gouvernements wallon et fédéral mais aussi auprès des instances européennes. « L’union fait la force  », souligne Paul Furlan. 

À noter que d’autres sources de financement pourraient être trouvées. « Nous allons voir auprès de la Région wallonne. On voudrait que pour un euro déboursé par la Province, un euro soit également investi par la tutelle wallonne  », termine Paul Furlan. 

Ce dernier ira prochainement à la rencontre du ministre des Pouvoirs Locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS).

O.Paq.

 

Les commentaires sont fermés.