Pin it!

L'église Saint Vaast finalement rasée.

La Région Wallonne vient de rendre un avis défavorable au projet de Centre Culturel

Terrible nouvelle pour la commune de Fontaine-l’Evêque. La Région wallonne lui a rendu son rapport concernant la suite du projet Saint-Vaast. « Il est défavorable », peste le bourgmestre Noël Van Kerckhoven (PS). Ce grand projet de dynamisation du centre-ville est donc compromis. Le site de l’église sera très vraisemblablement assaini. Des réunions entre commune et cabinets du ministre de l’Aménagement du Territoire Carlo Di Antonio (cdH) et du ministre-président Paul Magnette (PS) sont prévues.  

Coup dur pour la commune de Fontaine-l’Evêque et son centre-ville. Le projet Saint-Vaast ne verra jamais le jour. Du moins pas comme il était prévu au départ.

Pour rappel, ce projet prévoyait le réaménagement de l’église Saint-Vaast en centre culturel, le café « le Cercle » en salle des fêtes et en logements, la construction de locaux techniques derrière l’église, et une ouverture sur le parc Roi Baudouin au départ de la rue Joseph Parée… Tous ces projets ou presque sont à jeter à la poubelle. 

De fait, la Région wallonne vient de remettre son avis… malheureusement défavorable pour Fontaine-l’Evêque. Cela alors que toutes les parties, cabinet du ministre wallon de l’Aménagement du Territoire Di Antonio, commune et architecte, s’étaient mises d’accord il y a plusieurs mois.

La raison ? Un fonctionnaire, qui a repris le dossier après un départ en maladie de l’ancienne personne en charge, a mis son veto. Les 3,5 millions d’euros que la commune a reçus dans le cadre d’une enveloppe SAR (site à réaménager) ne lui permettent pas de réaliser toute une série d’aménagements prévue comme la construction d’un escalier pour accéder aux appartements aménagés au-dessus du café, la construction d’un local technique derrière l’église… 

1,2 million € de travaux

Et financer sur fonds propres est impossible. L’investissement est estimé à 1,2 million d’euros. « Nous n’avons pas les fonds nécessaires. Nous avons déjà déboursé près de 630.000 euros pour préserver l’église et financer les frais liés au travail du cabinet d’architecture.  » 

Après s’être réuni, la volonté du collège est de raser l’église et d’assainir le site en utilisant les subsides décrochés. « Plus un euro ne sera déboursé dans l’église. Elle tombe en ruine et menace de s’effondrer. Investir un capital serait un gaspillage d’argent public.  » 

Priorité au « le Cercle » 

La tour et le clocher, classés au patrimoine, pourraient être conservés. Des réunions vont prochainement avoir lieu entre commune, cabinets du ministre Carlo Di Antonio (cdH) et du ministre-président Paul Magnette (PS) afin de voir ce que la commune peut finalement faire avec cette enveloppe. Le but premier est de remettre à neuf la salle « le Cercle ». L’entité n’a plus, depuis la fermeture de la salle des fêtes située place de la Wallonie, de salles communales pouvant accueillir plusieurs centaines de personnes. 

En attendant, le temps presse. « Le subside que nous avons reçu couvre jusqu’au 30 septembre. Au-delà de cette date, il sera perdu  », termine le mayeur. À moins que la commune ne bénéficie d’un délai prolongé. Affaire à suivre… 

O.Pâq.

Des années de travail.

La commune et l'architecte complètement abattus.

3.jpgLe projet Saint-Vaast, voilà un des dossiers phares, à côté de celui du Mika-Shoe, de la commune de Fontaine-l’Evêque. Un projet dont on parle depuis plusieurs années. Alors que tout semblait être prêt (le début des travaux avait été annoncé en conseil pour septembre 2016), un fonctionnaire a mis son veto. Un drame pour la commune qui voyait à travers ce projet une opportunité de dynamiser complètement le centre de l’entité et de donner un second souffle à l’église Saint-Vaast et à la salle du Cercle, toutes les deux inutilisées aujourd’hui.

Ce dossier, le bourgmestre, ses échevins et l’architecte ont travaillé dessus durant des centaines d’heures. Les plans d’architecte ont été, sur demande de la Région, modifiés à de nombreuses reprises.« Aujourd’hui, l’architecte est complètement abattu  », explique le bourgmestre dépité lui aussi.

Commentaires

  • Pourquoi ne pas se limiter à restaurer la salle des fêtes,plutôt qu'une église qui tombe en ruines..

  • il faut être patient, il a fallu 30 ans à Jamagne pour qu'une décision soit prise pour démonter l'ancienne église et en construire une nouvelle polyvalente dont j'assure la gestion des activités culturelles , dans un petit village de moins de 300 citoyens....

    préserver le patrimoine aurait été mieux mais 30 ans plus tard , c'était trop tard , trop couteux pour garder le clocher au milieu du village

  • L'église de Jamagne est vraiment un beau projet intégré au coeur du village + possibilité de compartimenter l'église pour l'utiliser en salle pour les activités culturelles.
    Toute la différence, c'est que ce n'est pas dans le même diocèse.
    Dans le Hainaut , on préfère démolir les églises pour que les subsides principaux de la région wallonne prévus pour les lieux de culte soient centrés sur un seul projet : la cathédrale de Tournai.
    C'et en route partout : on fait croire aux gens qu'il n'y a pas d'argent pour le maintien des clochers comme patrimoine mais c'est de la manipulation entre le politique et l'église.
    Après on habille les dossiers pour dire qu'on est désolé, que ça coûte trop cher, etc ... et qu'on doit abattre car il n'y a plus d'autre solution.

Les commentaires sont fermés.