Pin it!

Emplois menacés : Terre tire la sonnette d’alarme

Des déchets placés dans les bulles : un surcoût de 400.000 €

1.jpgLes bulles de Terre asbl sont placées un peu partout en régions wallonne et bruxelloise.
Corinne Feron

L’asbl Terre, association qui récolte des vêtements inutilisés, rappelle à la population que seuls les dons de vêtements réutilisables peuvent être déposés dans leurs bulles à vêtements. De nombreux citoyens mal intentionnés déposent leurs déchets dans ces fameuses bulles bleues. Cent emplois sont menacés. Par ailleurs, l’asbl va quitter Fontaine-l’Evêque pour s’implanter sur le site de l’ICDI à Couillet.  

 

« Prendre les bulles à textiles de Terre asbl pour une poubelle, c’est menacer cent emplois dans le Hainaut. » Tel est le message envoyé par les dirigeants de cette association à la population. 

De fait, certains citoyens mal intentionnés déposent leurs déchets dans les bulles à textiles. Une pratique incivique qui met en péril l’équilibre budgétaire de l’association.  « De fait, le coût annuel que représente la collecte, le tri et l’évacuation à l’incinérateur de ces déchets, est évalué à près de 400.000 euros » , précise la chargée de communication de Terre asbl, Claudia Marongiu. 

Une situation qui, pour l’instant, s’aggrave.  « Au cours de ces deux premiers trimestres, 18 % des choses collectées étaient des déchets. C’est déjà plus de 3 % en plus par rapport à l’année 2015. » 

Terre asbl tire donc la sonnette d’alarme et rappelle à la population que seuls les dons de vêtements réutilisables sont acceptés.

Il faut dire que l’association est en plein développement. Le nombre de kilos de vêtements récoltés est en constante augmentation depuis 2012.  « En 2015, nous avons récolté près de 16.330 tonnes. C’est plus de 700 tonnes par rapport à l’année précédente. » 

Direction Couillet

Dans quelques mois, l’asbl Terre va quitter ses entrepôts à Fontaine-l’Evêque pour aller s’installer sur le site de l’ICDI à Couillet. L’inauguration est prévue pour fin octobre-début novembre . « Le centre de tri dans l’entité fontainoise devient obsolète. Nous y avons peu de possibilités de développement. » 

Ce déménagement dans le  « village de recyclage » de l’ICDI à la rue du Déversoir permettra d’augmenter la capacité de tri, de créer une quinzaine d’emplois, d’ouvrir de nouveaux magasins de seconde main et de mettre en place une nouvelle unité de production de chiffons d’essuyage.  « Nous serons aussi en mesure d’accueillir le grand public tout au long de l’année. Nous pourrons ainsi intensifier notre mission de sensibilisation au développement durable. Un peu comme cela se fait sur le site de Herstal. » 

Le nombre d’emplois passera de 206 à 221.  « Il y a actuellement sur le site de Fontaine-l’Evêque vingt employés » , précise Claudia Marongiu. 

Enfin, l’arrivée de Terre à Couillet renforce la collaboration avec l’ICDI pour la collecte des textiles dans ses parcs à containers. Avec leur présence sur le site de Couillet, les dirigeants souhaitent convaincre les autorités de la ville de Charleroi de développer le réseau des bulles à textiles sur son territoire, réseau quasi inexistant à ce jour.

O.Pâq.

L'incivilité coûte 400.000€

« Prendre les bulles à textiles de Terre ASBL pour une poubelle, c’est menacer cent emplois dans le Hainaut. » Tel est le message envoyé par les dirigeants de cette association à la population. 

De fait, certains citoyens mal intentionnés déposent leurs déchets dans les bulles à textiles. Une pratique incivique qui met en péril l’équilibre budgétaire de l’association.  « De fait, le coût annuel que représente la collecte, le tri et l’évacuation à l’incinérateur de ces déchets, est évalué à près de 400.000 euros » , précise la chargée de communication de Terre ASBL, Claudia Marongiu. 

Une situation qui, pour l’instant, s’aggrave.  « Au cours de ces deux premiers trimestres, 18 % des choses collectées étaient des déchets. C’est déjà plus de 3 % en plus par rapport à l’année 2015. » 

Terre ASBL tire donc la sonnette d’alarme et rappelle à la population que seuls les dons de vêtements réutilisables sont acceptés.

À noter que dans quelques mois, Terre va quitter ses entrepôts à Fontaine-l’Evêque pour aller s’installer sur le site de l’ICDI (Intercommunale de collecte et de valorisation des déchets ménagers) à Couillet, près de Charleroi).

Les commentaires sont fermés.