Fontaine-l'Evêque

  • Pin it!

    Jogging de Leernes

    Joggueur.jpgQuatre victoires en un week-end  

    Ce que Mahia vient de réaliser a peut-être sa place au Guinness Book, le livre des records.

    Sébastien Mahia, qui mène la danse au « Vals & Châteaux », n’arrête plus de gagner. C’est ainsi que le Namurois vient d’enchaîner quatre victoires en l’espace de 38 heures. La dernière, il l’a remportée à Leernes devant Gianni Guido, Christophe Geens, Cédric Pasque et Thomas Van Belle. Cette année, c’est la 28ème fois qu’il passe la ligne en premier !

    4.jpg
    Mahia a bien butiné le week-end dernier. Chr. Hennuy
     
    Repris au « Vals & Châteaux », le Jogging de Leernes est pour beaucoup un rendez-vous incontournable. Cela s’explique par le fait que l’organisation propose un beau parcours, mi-boisé, mi-campagnard, et qu’elle est constituée de joggeurs qui connaissent forcément les attentes de leurs invités. Cette fois, à l’occasion de sa neuvième édition, cette course de village a attiré 580 coureurs. C’est seulement 40 de moins qu’aux 10 Miles de Charleroi de la semaine dernière !

    Sans surprise, Sébastien Mahia a remporté le 12,7 km, ses poursuivants les plus proches étant Gianni Guido, Christophe Geens, Cédric Pasque et Thomas Van Belle. Et s’il a déjà couru à Leernes, c’est la première fois qu’il y gagne. L’an passé, il avait en effet subi la loi de Benjamin Barbier et Christian Nemeth. Dimanche, Sébastien a toujours occupé la tête de la course, d’abord avec Jérôme Van Reusel jusqu’au 3 e km, puis seul. Après avoir franchi la ligne, il a fait demi-tour pour aider Emmanuelle Dewinter, la seule joggeuse des Bouffiols, à bien terminer sa course.

    COMBLER UN MANQUE
    Avec cette nouvelle victoire, le meneur du « Vals & Châteaux » en est à son 28 e succès depuis le début de l’année ! Pas sûr qu’un autre coureur ait déjà décroché autant de victoires en un semestre. Pour arriver à ce chiffre, il faut naturellement qu’il coure et gagne plusieurs fois par semaine. Le week-end dernier, il a fait très fort en l’emportant à quatre reprises ! 
    « Pour moi, il s’agit d’un nouveau record », sourit-il.  « Vendredi soir, j’ai d’abord enlevé la Corrida de Flawinne. Le lendemain, j’ai gagné à Holsbeek, près de Louvain, puis, quelques heures plus tard, à Andenne. Avec ma course de ce dimanche matin, j’en suis donc à quatre victoires ce week-end. » Il poursuit, sur un ton rigolard :  « On me dit souvent que je dois me calmer, courir moins, mais je n’en fais qu’à ma tête. Pourquoi je cours autant ? Parce que j’aime ça, bien sûr, mais aussi pour combler un manque : ça me permet en effet de ne pas penser à certaines choses. »
    KARL ZIMMERMANN
     

    SUR LA PETITE DISTANCE : Encore Nemeth

    Malgré la présence de jeunes éléments prometteurs, dont Romain Debroux, Christian Nemeth s’est adjugé le 7,2 km, plus facilement que prévu. Et s’il est venu courir à Leernes, c’est d’abord par sympathie pour les organisateurs, Laurent Herbin et Christine Boulanger, ainsi que pour Alain Van Bergen, le patron du « Vals & Châteaux ». On aurait bien voulu qu’il en découse avec Sébastien Mahia sur le 12,7 km, mais les choses de la vie en ont décidé autrement… « Je suis rentré à 3 heures du matin. Dès lors, il valait mieux ne pas forcer. A 44 ans, j’ai appris qu’il fallait rester zen en toutes circonstances. » C’est déjà la quatrième fois que Christian gagne à Leernes.

    K.Z.

    Quelques photos prises sur le haut de la rue Verdaille...

    Jogging de Leernes

  • Pin it!

    La commune puise dans ses réserves

    Budget - copie.jpgAu dernier conseil communal de Fontaine-l’Evêque, les autorités locales ont approuvé les comptes 2015. Le service ordinaire s’est clôturé sur un boni global de 230.000 €. Un résultat positif dû aux bonis extérieurs. De fait, pour 2015, le résultat à l’exercice propre est de – 697.000 €. 
     
    Comment expliquer un tel résultat négatif sur une année ? La recette en provenance du fonds des communes a été revue à la baisse en cours d’année, soit 190.000 € en moins.  « On constate aussi une diminution des recettes relatives à l’impôt des personnes physiques (IPP) et au précompte immobilier , déplore l’échevin des Finances Philippe D’Hollander (PS).  La commune y a enregistré une recette de 12 % inférieure à la prévision budgétaire, soit -920.000 €. » 
    Pour cette raison, Fontaine-l’Evêque a décidé d’écrire officiellement au ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) .  « Soit ses services nous ont fait parvenir des données hypothétiques contenant des erreurs prévisionnelles récurrentes dans le calcul des additionnels communaux, soit les versements du SPF Finances enregistrent un retard de plus en plus conséquent, dû à l’enrôlement tardif des additionnels. Quoi qu’il en soit, nous attendons toujours sa réponse. »

    PAS DE LICENCIEMENT
    En 2015, les dépenses de fonctionnement ont représenté 11 % des dépenses de la ville au cours de l’année. Concernant celles du personnel, elles ont représenté un peu plus de 41 % des dépenses totales de la commune.  « Elles sont maîtrisées. Nous avons d’ailleurs conservé le volume d’emploi. Toutefois, S’il est possible de réorganiser les services pour essayer de limiter les dépenses, il faut rester attentif à l’évolution du personnel statutaire car les cotisations de responsabilisation en matière de pension seront insoutenables pour les futurs exercices. » 
    Au niveau des dépenses de transfert, elles ont augmenté de 11 % par rapport à 2014.  « Cette majoration est essentiellement due à l’augmentation des dotations à la zone de police (+12 %) et à la nouvelle pré-zone de secours (+21 %). La dotation au CPAS a également été majorée de 13 % par rapport à 2014. Nous devons faire face à l’augmentation du nombre de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale (RIS). » 
    La conséquence directe de ce déficit est la détérioration de la trésorerie. La ville devra avoir recours de plus en plus fréquemment à des avances de trésorerie pour faire face à ses besoins en cours d’année.

    RÉNOVATION DES VOIRIES


    Plus d’un million d’euros sont prévus pour la 2e phase des travaux du Mika Shoe. De Cesaere
    3.jpgÀ l’extraordinaire, la ville a investi 2.090.000 € dans les diverses structures communales. Ainsi, 276.000 € sont prévus dans l’entretien et rénovation de voiries (rues des Carrières, Yernelle, Forge Ferry, de la Briqueterie). Près de 68.000 € et 100.000 € ont été respectivement prévus pour la réfection du Pont du Congo à Forchies et pour la mise en conformité de l’école du boulevard du Nord à Fontaine-l’Evêque. Environ 1.180.000 € vont permettre de financer la seconde phase des travaux sur le site de l’ancien « Mika Shoe ». 
    Pour les futurs exercices, l’échevin des Finances rappelle, en guise de conclusion, que la vigilance reste de mise.
     
    O.PÂQ.
  • Pin it!

    Zone des Trieux : criminalité

    Avec 14 délits/jour, la criminalité reste élevée  

    Zone des Trieux : les vols de voiture et cambriolages à la hausse tandis que le vandalisme recule.

    Police2 - copie.jpgEn 2015, 5.191 délits ont été commis sur les communes de Courcelles et de Fontaine-l’Evêque. « La criminalité générale est restée stable, même si elle est toujours élevée », précise Delphine De Lavareille, chef de corps de la zone de police des Trieux.   Mais cette « constance » cache de grandes variations. Les faits de violence et les vols de et dans voiture se sont envolés alors que le vandalisme a fléchi significativement. Place aux chiffres…

    Plantons le décor d’abord. Sur les 5.191 délits répertoriés sur la zone des Trieux, 3.449 ont été commis en terre courcelloise (+ 2 % par rapport à 2014) et le solde, soit 1.742, sur le territoire de Fontaine-l’Evêque (-6 %). Avec plus de 14 délits quotidiens, la moyenne reste élevée. 
    Les infractions contre les biens (vols, dégradations…) représentent 56 % des délits ; celles contre les personnes (coups et blessures, harcèlement, menaces…) 28 %. Suivent enfin les infractions économiques et financières (fraude informatique…) et autres. 
    Zoomons maintenant sur les priorités du plan zonal de sécurité
    • 1. Délinquance urbaine : + 22 % de vols de et dans véhicules 
    Sont repris sous cette appellation générique les infractions(ivresse, drogue, nuisances.), dégradations, vols et autres faits de violence commis dans l’espace public.
    On retiendra que les vols dans ou sur véhicule ont flambé : +21,8 % par rapport à 2014. 
    Avec 443 faits répertoriés, les violences ont également augmenté : + 6 %. 
    A contrario, le vandalisme et les incendies volontaires accusent, eux, une chute vertigineuse : – 16,5 % ! 
    • 2. Vols dans habitations : en augmentation de 9,2 % 
    Après deux années de fléchissement, les vols qualifiés dans les habitations sont repartis à la hausse : + 9,2 %. En 2015, 678 cambriolages ont été dénombrés : 70 % ont été commis sur la commune de Courcelles ; le solde sur Fontaine-l’Evêque. « Ce phénomène justifie pleinement à la fois la redynamisation de notre offre de service liée à la techno-prévention ainsi que la relance des surveillances d’habitation ‘Police Veille’ lors des départs en congé  », rappelle la chef de corps Delphine De Lavareille. Deux précisions encore : 4 fois sur 10, le délit n’a pas dépassé le stade de la tentative de cambriolage. L’auteur est reparti bredouille. Un mot encore concernant les butins les plus prisés : bijoux et montres ont toujours la préférence des voleurs, suivis par les multimédias et autres ordinateurs. 
    • 3. Sécurité routière : Plus d’accidents avec blessés 
    Dans ce registre, le bilan de l’année 2015 est mitigé. Les accidents avec lésions corporelles légères augmentent de 21 % (133 contre 110 en 2014). Par contre, leur gravité est moins aiguë : 9 personnes ont été sévèrement blessées (contre 14 en 2014) et deux personnes ont également perdu la vie (idem en 2014). Le phénomène s’est particulièrement marqué à Courcelles qui a totalisé 84 accidents avec lésions corporelles (soit + 14 %). 
    On pointera parmi les zones accidentogènes courcelloises les nationales 583, 582 et 584, ainsi que les rues Général de Gaulle et Winston Churchill. À Fontaine-l’Evêque, on pointera parmi les axes problématiques la N90, la N582 et les rues Chaussée et Vandervelde.
    Une vitesse inadaptée et la conduite sous influence (alcool et stupéfiant) sont, sans surprise, le plus souvent incriminées.
     

    ON Y RÉFLÉCHIT: En attendant le futur hôtel de police

    La police des Trieux est toujours éclatée sur 3 sites : la rue du Temple à Courcelles (la direction), la place Larsimont à Trazegnies (Enquête et recherche, proximité pour Courcelles) et la place de Wallonie à Fontaine-l’Evêque (intervention, service action roulage et criminalité et proximité de Fontaine). Pas besoin d’être spécialiste en ressources humaines pour comprendre que cet éparpillement des services est tout sauf favorable en termes d’efficacité et de décloisonnement. 
    Depuis trois ans, le Collège de police planche donc sur un regroupement de tous les départements de la zone des Trieux. Avec deux options possibles : le regroupement dans un bâtiment déjà existant ou la construction d’un nouvel hôtel de police. 
    La réflexion est toujours en cours. Mais la seconde option est, à ce stade, privilégiée. Elle permettrait de mieux coller à la réalité de terrain.

    M-G.D. 

  • Pin it!

    La commune veut s’offrir une nouvelle école à Forchies

    Ces locaux permettraient d’agrandir l’école des Trieux

    La commune de Fontaine-L’Evêque désire acheter une nouvelle école fondamentale à Forchie-la- Marche. En effet, le bâtiment de l’ancienne école libre, situé à la rue Chaussée, est abandonné depuis des années. Et parallèlement, la petite école communale de Forchies-la-Marche située non loin de là manque de place pour accueillir tous les élèves.

    Photo: Les bâtiments de l’ancienne école libre. C.H.

    C’est une idée qui mûrit depuis un moment dans la tête du bourgmestre de Fontaine-l’Evêque et dans celle de l’échevin de l’enseignement Sébastien Verstricht : racheter les bâtiments d’une ancienne école libre fermée il y a 6 ans pour agrandir la petite école communale des Trieux située à la rue Chaussée.

    « C’est un projet qui me tient à cœur car c’est l’agrandissement d’une école communale. C’est toujours positif pour la commune. L’école des Trieux est complète et comme on ne sait pas pousser les murs, il faut acheter un nouveau bâtiment », explique Sébastien Verstricht.

    Un projet louable qui serait financé par la vente de plusieurs biens appartenant à la commune, dont « Le Potager », un terrain situé sur la drève du château communal.

    Les anciens bâtiments scolaires comprennent également une grande salle ainsi qu’un parking. « Mais nous souhaitons acquérir uniquement le bâtiment et laisser le parking et l’annexe à leurs propriétaires actuels », explique le bourgmestre, Noël Van Kerckhoven. S’ils sont d’accord évidemment. Un devis a été réalisé, évaluant le prix de l’ensemble à 400.000 euros. « Mais comme nous ne désirons que les bâtiments scolaires, il faut évaluer le prix aux alentours de 200.000 euros », continue le bourgmestre.

    Un projet qui mûrit depuis plus d’une année. « Tout le monde semble partant. Nous avons eu l’autorisation du CRAC (Centre Régional d’Aide aux Communes), obligatoire puisque nous sommes sous tutelle », nous dit-il encore.

    « L’avantage majeur de ce bâtiment, c’est qu’il se trouve vraiment en face de l’école des Trieux. Il n’y a qu’un passage pour piétons à traverser. C’est idéal », note encore l’échevin de l’enseignement.

    Ce jeudi soir, le conseil communal de Fontaine-L’Evêque a voté la réaffectation des fonds obtenue grâce à la vente des biens publics comme « Le Potager ».

    Une proposition d’achat a été faite aux propriétaires de l’école. « Si le prix qu’ils demandent est dans nos possibilités, nous serons ravis d’acquérir le bâtiment », conclut Noël Van Kerckhoven.

    Il ne restera alors qu’à remettre un bon coup de pinceau pour rafraîchir les lieux, qui après 6 ans d’abandon en ont bien besoin.

    A.W.

     
  • Pin it!

    El Tchôdia - présentation du livre

    Ici, tout est symbole : les bouleaux et les fougères qui accueillent le visiteur, les guirlandes que les "guirlandeux" préparent dès le jeudi, les cocardes que l'on porte fièrement, la recette du Chaudeau que l'on garde secrète de génération en génération, la canne major que l'on va chercher à la ferme Marc, les "traînards" qui arpentent les campagnes et Saint-Birau que célèbrent les enfants habillés de blanc et coiffés d'un chapeau de paille.

    Copyright Génération IMAGE - Jean-Pol Demoulin - ® - 1998

     

    Lire la suite

  • Pin it!

    Mika Shoe : 400.000 € sauvés

    1.jpgTout commence en 2010. La ville de Fontaine-l’Evêque rénove alors un groupe de logements dits « le Grand Léon », situé à la Grand-Rue, dans le cadre d’un dossier de rénovation urbaine (quatre appartements et une maison). 
    Pour ces travaux, la ville avait reçu 695.000 € de subventions de la Région wallonne.
     
    Une fois rénovés, le Collège précédent (Vous ! de 2006 à 2012) a pris la décision de les revendre par lots. « Mais seuls deux appartements ont été achetés  », précise Noël Van Kerckhoven, actuel bourgmestre de la commune. Le Service public de Wallonie avait donc réclamé le remboursement du subside dans son entièreté, considérant que la vente faisait office de remboursement pour la commune. La Ville de Fontaine-L’Evêque avait donc une « dette » de 695.000 euros envers la RW. 
    Mais un autre projet était sur les rails, celui du « Mika Shoe » situé à la rue Delattre. Et un accord avait été passé avec l’ancien Collège pour que cette « dette » soit déduite des subsides accordés pour cet autre projet. Revenu au pouvoir en 2012, le groupe PS a estimé illogique de se voir amputer du montant complet de l’immeuble (695.000 euros) alors que seuls 2 appartements avaient été vendus. 
    Le Collège a donc demandé au Service public de Wallonie l’autorisation de ne rembourser qu’un montant calculé en fonction de la superficie vendue.
     
    Le Ministre Paul Furlan a marqué son accord.
    C’est donc un montant de 294.000 euros qui sera amputé des subventions à recevoir pour le dossier du « Mika Shoe » au lieu de 695.000 euros. Cela permettra donc à la ville de sauver 400.000 euros pour le Mika Shoe. « Un montant qui est le bienvenu car tous les travaux du Mika Shoe avaient été budgétisés sur les comptes propres de la commune car nous n’espérions plus bénéficier de subsides  », ajoute Noël Van Kerckhoven. 
    Dommage toutefois que la Ville ait perdu de l’argent dans toute cette transaction car la vente des appartements a rapporté moins de 295.000 euros… Mais elle a limité les dégâts dira-t-on. 

    A.W.

  • Pin it!

    Dossier Rovillard: 2 ans de prison

    Globe-trotteur et pique-assiette.
    Marianne Beuneau

    Justice.jpegL’ancien maïeur de Fontaine-l’Evêque est poursuivi pour des faux et des détournements commis entre 2000 et 2008. À l’époque, il était à la fois bourgmestre de Fontaine, administrateur de l’AWIPH et président de Cube, l’association des communes de Belgique. Des « casquettes » qui lui ont permis de voyager loin et souvent, de la Chine au Liban en passant par le Canada, les États-Unis, la Grèce ou le Maroc. Au cours de ses 15 derniers mois de mandat communal, on a dénombré 35 voyages. Presque autant qu’une hôtesse de l’air…  

    Georges Rovillard évoquait des « missions », des « colloques », voire des « symposiums »… Autant de voyages qui ont coûté cher aux finances de la Ville de Fontaine-l’Evêque et de l’AWHIP, l’agence wallonne pour l’intégration de la personne handicapée. Car l’ancien homme fort de Fontaine-l’Evêque avait la mauvaise habitude de se faire rembourser les frais exposés des deux côtés… même quand il se faisait inviter par une municipalité étrangère ! De préférence en Grèce ou au Maroc en été. À Paris ou à Lille quand s’y déroulait une expo intéressante. En Chine ou aux États-Unis quand c’était possible. 

    Des vacances pas chères ! 

    1.jpgRien n’est jamais « sorti » de ces colloques, ni au bénéfice de la Ville de Fontaine, ni à celui de l’AWIPH. Le seul qui en a retiré quelque chose, qui en est chaque fois revenu plus riche, finalement, c’est Georges Rovillard. Alors, au parquet, le substitut Emmanuelle Guisset lâche le mot : «C’était des vacances… Avec son épouse, dont les frais étaient pris en charge, eux, aussi, alors qu’elle ne jouait aucun rôle officiel dans ces voyages». Le système était bien rodé : Georges Rovillard se faisait rembourser ses frais de déplacement, de restauration, ses menues dépenses (champagne, parfum, vêtements, bouquins, pharmacie…). Il n’hésitait pas à ramasser quelques tickets de caisse au passage pour arrondir sa note finale. Et passait en force à la caisse de l’AWIPH comme à la caisse de Fontaine-l’Evêque, précédé de sa réputation de dictateur qui ne supportait pas d’être contredit. Un système Rovillard quasiment maladif, alors que lui et son épouse percevaient plus de 9000 euros de salaire chaque mois ! 

    Il accuse les autres.

    «Son système de défense ne tient pas la route, dit encore Emmanuelle Guisset.  Il parle d’erreur matérielle, d’erreur administrative mais jure qu’il était de bonne foi. Il affirme que la receveuse communale n’a pas fait son boulot, que c’était à elle de trier ses tickets de caisse et d’en refuser certains, il dit pareil pour les fonctionnaires de l’AWHIP. Mais tout le monde est d’accord : ce n’était pas possible de contrer Rovillard». La magistrate a donc requis 2 ans de prison contre l’ancien bourgmestre, sans s’opposer à un éventuel sursis partiel. Quant à l’épouse de Rovillard, qui suivait son mari en voyage sans se poser de questions, sans jamais se demander à quel titre elle était là et qui payait, elle pourrait obtenir la suspension du prononcé, une mesure de faveur. Le parquet a encore confirmé la transaction pénale sollicitée par l’ancien secrétaire communal Michel Carlier et l’abandon des poursuites contre l’ancienne receveuse, Mme Lejeune. 

    Fontaine dans le rouge

    «Tout cela s’est déroulé alors que les finances communales étaient dans le rouge et que la Ville était sous tutelle, s’est indigné Me Étienne Lambert, Rovillard n’en avait cure. Voilà le résultat de 80 ans de majorité socialiste absolue ! Il n’y a eu aucun contrôle interne ni externe, on l’a laissé faire ; Tout simplement». Il faut se rappeler qu’à l’époque, pendant que le maïeur visitait les palaces du monde entier, Fontaine-l’Evêque avait supprimé les tickets repas à ses fonctionnaires, pour épargner les finances communales ! Aujourd’hui, Fontaine souhaite récupérer 70.000 euros. Même discours du côté de l’AWIPH : «Depuis le départ de Rovillard, les missions à l’étranger ont baissé de plus de 50 % ! Et elles sont sévèrement contrôlées, tant sur leur pertinence que sur leur coût» explique Me Sandra Berbuto. l’AWIPH réclame aujourd’hui 15.000 euros. 

    La semaine prochaine, la parole sera donnée à la défense des prévenus, Me Preumont, Me parlemo et Me Demine. 

    AN.D.

     

  • Pin it!

    En bref...

    En-bref.jpg

    Sébastien Bourgeois a entrevu la victoire 

    1.jpgJOGGING DE MONTIGNY-LE-TILLEUL

    En raison de l’Euro de foot et de la programmation de Belgique-Irlande à 15 heures, le JC Montagnard, l’organisateur du Jogging de Montigny-le-Tilleul, s’est vu contraint d’avancer à 10h30 le départ de sa course. Il faut savoir que des écrans géants ont été installés au hall omnisports de la localité pour la retransmission télévisée des rencontres et que les deux événements ne pouvaient cohabiter, faute de place. Le changement d’heure a-t-il influé sur la participation ? Toujours est-il que les coureurs ont été moins nombreux que l’an passé (431 contre 542).

    Inconnu au bataillon -et pour cause, c’est la première fois qu’il se produisait en Wallonie –, le néerlandophone Patrick Van Petegem a remporté le 11,2 km. Sa victoire ne souffre aucune discussion, même si son principal concurrent, Sébastien Bourgeois, l’a fait douter un petit moment. « Il a mérité sa victoire », reconnaissait ce dernier. « Il a toujours été devant. Je me suis bien rapproché de lui au 8 e km, dans le bois, dans la partie la plus boueuse et la plus technique du parcours. Mais, alors que l’écart entre lui et moi n’était plus que de 5 m, il a remis une couche. »

    Sébastien était cependant très content de sa 2 e place. « Nous sommes venus en famille puisque Emilie (Timmermans) et nos enfants Oscar et Louis ont aussi couru. D’ailleurs, quand vous aurez fini de m’interviewer, j’irai rechercher ma femme, afin de l’aider à terminer au mieux. » Oscar, 9 ans, et Louis, 11 ans, se sont tous deux alignés sur le 6,1 km. « Car les courses pour enfants sont trop courtes pour nous », nous ont-ils dit en riant.

    Déjà victorieux à 6 reprises en Flandre cette année, Patrick Van Petegem s’est fixé pour objectif de faire aussi bien en Wallonie. Un beau challenge, non ?

    Le vainqueur du 6,1 km est l’inévitable Demeke Molla. Il a pris le meilleur sur Brahim Oubouskour qu’on n’attendait pas à pareille fête, surtout qu’il avait prévu de faire les 10 Miles de Charleroi le lendemain.
    KARL ZIMMERMANN

    L’AS Fontaine fera tout pour retrouver l’élite

    2.jpgAprès une saison 2014-2015 qui les avait vus remporter la Coupe du Hainaut et le tour final en P2 pour retrouver la P1, la défunte saison a été moins heureuse pour l’AS Fontaine qui n’a pu éviter la culbute en P2. Il en faut plus pour décourager le président Didier Bortolozzi qui a présenté son équipe la semaine dernière. Elle sera l’une des équipes à suivre en P2C la saison prochaine.
    (PHOTO: THIERRY PORTIER)

     En débat au conseil communal jeudi

    A l’ordre du jour du prochain conseil communal ce jeudi 23 juin, le plan d'investissement Communal 2013-2016, les travaux de réfection de la rue Prisonniers de Guerre et de la Rue de Goutroux à Forchies la Marche, le remplacement des menuiseries extérieures de l'école communale du boulevard du nord à Fontaine l'Evêque et l’aménagement d'un parking aux abords de la Salle omnisports et de l'école 3 Bonniers à Fontaine l'Evêque.
    D.G.

     

  • Pin it!

    Fête de la Musique 2016 - photos

    Comme partout ailleurs, la fête de la musique, annonciatrice de l’été, a battu son plein dans toute la commune.

    Pour la quatrième édition, la musique a été fêtée comme il se doit à Fontaine-l’Évêque ce vendredi 17 juin. Grande fête gratuite et populaire, la fête de la musique a réuni un maximum de groupes locaux, des musiciens amateurs comme des professionnels et un large public. La musique était partout dans le centre-ville, y compris dans des lieux qui n'ont pas l'habitude d'organiser des concerts comme la bibliothèque ou des cafés et commerces. La programmation se voulait éclectique et orientée tous publics.

    Voici quelques photos de certains concerts:

    Fête de la Musique

Nos rubriques